Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Jean-Marie Allain
Articles récents

Ne pas raconter de salades

25 Décembre 2015 , Rédigé par Jean-Marie Allain

~~ "Passez-moi la salade, je vous passerai la rhubarbe" avait prononcé M. Sarkozy le 7 décembre 2015 sur la chaîne de télévision France 2, pour dénoncer les petits arrangements qui se profilaient derrière le fameux " front républicain".

L’erreur n’est pas passée inaperçue mais elle a au moins le mérite de nous replonger dans l’histoire de notre belle langue.

L'expression ancienne est "passe-moi la casse , et je te passerai le séné " si j’en crois un commentaire de "La littérature expliquée » par Des Granges et Charrier chez Hatier page 348…(acheté sur une brocante et précieusement conservé sur mes étagères).

La casse et le séné sont deux plantes purgatives.

Toujours selon cet ouvrage, c'est Edmond Rostand (1897) , dans Cyrano de Bergerac, qui aurait remplacé l'une de ces deux plantes en faisant dire à Cyrano " Et donneur de séné par désir de rhubarbe / avoir son encensoir toujours, dans quelque barbe ?".

Là, ils vont peut-être un peu vite en besogne car l’expression « Passe - moi le séné, je te passerai la rhubarbe"... figurait déjà, selon un lecteur du site l’internaute, dans« Grenoblo malhèrou" , signalé bien connu des érudits grenoblois. (Edit. de 1860 page 63).

La modification de l’expression était donc antérieure à l’écriture De Cyrano qui la reprendra effectivement sous cette forme, peut-être pour les besoins de la rime.

Rappelons que cette expression désigne les petits arrangements entre amis. On comprendra qu’elle ne soit pas passée inaperçue à mes yeux. "Je te donne, tu me donnes… "

Lire la suite

Bérimont, l'année du centenaire

24 Décembre 2015 , Rédigé par Jean-Marie Allain

Bérimont, l'année du centenaire

~~L’année 2015 s’achève et avec elle l’année du centenaire de la naissance de l'écrivain Luc Bérimont. La commune de Marpent, avec ses petits moyens, lui a rendu hommage en organisant l’exposition « l’ivresse des mots », inaugurée en présence de son épouse Marie-Hélène Fraïssé-Bérimont, du député Rémi Pauvros et de Philippe Dronsart, maire de Ferrière-la-Grande.

Si Luc Bérimont retrace son enfance dans « le Bois Castiau », ses réminiscences sambriennes sont plus rares dans sa poésie.

Raison de plus pour se rappeler du poème dans lequel il évoque la Sambre, le Collège Coutelle, les remparts de Vauban et les usines qui tournent à plein régime.

La Sambre, en bordure à l’hiver

Ourlait nos lits de fêtes froides

Nos onglées tenaient lieu d’alcool

L’éclat des lampes de cinq heures

Nous portait, sortant du Collège

Vers les vieux remparts où le gel

Etendait ses tapis friables

Vauban ! Dans ta furia sombre

Des filles nous prêtaient leurs seins

Compagnes de classe, apprenties

Déjà dépoitraillées par d’autres

Les usines bramaient au loin

Nos bouches cherchaient un chemin

Vers un ventre entr’ouvert à peine

(Convertisseurs tonnant l’acier

Odeurs de femelles en chaleur

Imprégnant de profonds lainages)

C’était l’hiver, le grand jeu blanc

Dont nous pratiquions les Jorasses

Eblouis de domination

Souverains, durs, et sans remords

Or, nul n’a jamais plus compris

Où s’étaient cachés les acteurs

Quand il fallut jouer la pièce

Lire la suite

De gauche peut-être, républicains sûrement pas !

23 Décembre 2015 , Rédigé par Jean-Marie Allain

~~En donnant raison au maire de Marpent contre l’agglomération, qui a volontairement ignorer le Code des Impôts pour le calcul de la Dotation de Solidarité 2014, le Tribunal administratif a considéré, après la Chambre Régionale des Comptes, qu’on ne pouvait pas impunément aggraver les inégalités avec un dispositif censé les réduire et impunément s’asseoir sur le Code des Impôts, c’est-à-dire sur le droit.

Le paradoxe dans cette histoire, c’est que des élus dits "de gauche" ont voté une règle contraire à leurs valeurs de lutte contre les inégalités et, de surcroît, violé en toute connaissance de cause, les lois de la République.

A la suite de ces petits écarts, ils n'ont manqué pas de toupet en agitant la banderole du Front républicain. Un individu qui viole consciemment la loi s’appelle un malfrat. Comment appeler un élu qui fait la même chose ?

Après tout, ils sont peut-être de gauche (mais alors je dois réviser mes classiques de la littérature prolétarienne) mais ce qui est sûr, c’est qu’il ne sont pas républicains !

Lire la suite

SAUVER LA SERIM !

21 Décembre 2015 , Rédigé par Jean-Marie Allain

~~ Entreprise de sous-traitance de mécanique de précision, créée dans les années 80 par le marpentois Jean-Claude Philippe et travaillant pour différents donneurs d’ordre comme Aréva, Bombardier, Jeumont Electric, l’entreprise SERIM a fermé ses portes il y a une semaine maintenant.

Depuis juillet 2014, la situation de l’entreprise était devenue très difficile (passage progressif de 20 à 13 salariés). En août, , l’entreprise est placée en redressement judiciaire, sous contrôle d’un administrateur Maître Patrick Declerck de Douai.

Septembre : le tribunal propose à la vente l’actif de la SERIM (donc sans le passif) Olivier HEGO, un technicien bien connu dans le monde de la mécanique dépose une offre de rachat, maintenant la totalité du personnel (13 emplois) mais cette offre est concurrencée par une proposition de M.Pascal COCHET qui, en décalage par rapport à l’annonce officielle de la vente de l’actif, propose de racheter les parts sociales (donc l’actif et le passif).

Le 5 octobre, Le Tribunal, estimant probablement que cette seconde solution est la moins mauvaise pour M PHILIPPE, se dispense de l’audience et opte pour le scénario COCHET qu’il fixe opérationnel au 5 janvier 2016 avec, en attendant, un accompagnement de M COCHET… qui, peut-être après avoir réfléchi sur l’audace de son offre, disparaîtra des écrans radar!

Décembre : la situation devient intenable (pour payer les salaires), le dossier passe entre les mains du liquidateur Maître Julien Marlière avec séance du Tribunal fixée le lundi 14 décembre, en présence du commissaire-priseur.

Monsieur et Madame HEGOT sont toujours partants pour reprendre l’actif mais le risque, si la liquidation judiciaire est prononcée, c’est que les machines soient vendues séparément à des professionnels « acheteurs revendeurs » sans oublier le bâtiment partie intégrante de l’actif (puisqu’il n’a pas été acheté via une SCI).

Ce serait la fin de la SERIM malgré l’existence d’un repreneur sérieux et fiable.

Le Maire de Marpent, informé du proche dénouement, se rapproche le vendredi 11 décembre d’Olivier Hégo et, à sa demande, transmet une lettre au Président du Tribunal de commerce pour que soit évitée la solution de la vente dissociée. Ce lundi 14 décembre, le maire se rend au Tribunal en compagnie de Mme Hégot. Dans un premier, il leur est dit que la séance a lieu à huit clos mais que la demande pour assister à l’audience sera transmise au Président du Tribunal Une heure plus tard, le Tribunal invite le gérant de la Sérim, accompagné de deux salariés, à entrer dans la salle… de même que le maire de Marpent et Mme Hégo.

Tous se retrouvent devant l’administrateur judiciaire, le liquidateur judiciaire et le procureur et le Président du Tribunal. L’administrateur rappelle l’histoire de l’épisode Cochet qui a amené l’entreprise dans une situation irréversible, sans aucune trésorerie et le liquidateur confirme que les salaires ne peuvent plus être payés.

Le maire, invité à prendre la parole par le Président, le remercie pour avoir accepté sa présence et explique qu’il est là à la fois par solidarité avec le fondateur de la Sérim et son personnel mais aussi pour éviter une vente dissociée aux enchères des machines qui hypothéquerait le plan du repreneur qui l’accompagne.

Mme Hégot confirme en effet que le projet de reprise du couple, validée par la banque, garde toute son actualité. Le Procureur explique qu’étant donné la situation exsangue de la trésorerie, la prononciation de la liquidation est incontournable et urgente si l’on veut que les sommes dues aux salariés soient versées par l’AGS (Association pour la gestion du régime d’assurance des créances des salariés). Mais que, par contre, le scénario de reprise «en bloc » garde toute sa place pour peu que M et Mme Hégo déposent rapidement auprès du liquidateur, dans le cadre d’une vente de gré à gré, leur projet de reprise qui concernerait donc cette fois le bâtiment, le fonds ce commerce et les machines, à charge pour le couple de ré – embaucher progressivement le personnel indépendamment de ce plan.

La décision du Tribunal est mise en délibéré et sera connue dans les jours qui viennent. En vue de constituer dossier de reprise, une réunion ce mardi 15 décembre à l’agglomération, à l’initiative de Mme Hégo a rassemblé autour d’elle, M Saliou (service économique de l’agglo), un représentant de l’UIMM, un représentant d’initiative Sambre Avesnois et le maire de Marpent.

Lire la suite

Le couac des trottoirs

20 Décembre 2015 , Rédigé par Jean-Marie Allain

Le couac des trottoirs

~~Les élus de Marpent et les riverains ont été surpris de voir entreprendre un renouvellement de 150 mètres de trottoirs rue Delmotte, trottoirs dont l’état général n’était pas excellent certes, mais loin d’être alarmants.

En réalité, les services de l’agglomération se sont trompés de dossier et n’ont pas tenu compte de la demande plus ancienne et plus importante du projet de création de trottoirs également rue Delmotte mais à en un autre endroit (virage de Rocq).

Alors que cette ancienne demande a fait l’objet de plusieurs courriers officiels, de délibérations et avait été adressée au service programmation – investissement voirie, l’autre demande ne concernait que la réparation du revêtement à l’ancien emplacement de l’abri-bus et avait été adressée par télécopie au service entretien de l’agglomération.

Dans un courrier au Président de l’agglomération, annexé de l’ensemble des pièces afférentes à ce dossier, le maire de Marpent exprime son souhait, pour éviter ce genre de déboires à l’avenir, avant chaque investissement sur la voirie, que le projet fasse l’objet d’une réunion en mairie et d’une validation.

Dans le cas présent, les élus se retrouvent devant des travaux qu’ils n’ont pas demandé (et que la commune ne pourra donc payer) et attendent toujours la réalisation, depuis 2013, d’autres travaux plus urgents puisqu’il s’agit de canaliser les eaux de ruissellement dans des caniveaux pour éviter les inondations des habitations situées en contre-bas de la rue Delmotte.

Lire la suite

L’AGGLO CONDAMNEE A REFAIRE SES CALCULS

14 Décembre 2015 , Rédigé par Jean-Marie Allain

~~Fin 2014, le maire de Marpent, au nom de la commune, a saisi le Tribunal Administratif pour faire annuler une délibération de l’agglomération relative au calcul de la dotation de solidarité communautaire. Ce calcul nous paraissait inéquitable et non conforme au Code des impôts qui exige de prendre prioritairement en compte pour ce calcul le potentiel fiscal et la taille de la commune.

Le Tribunal Administratif de Lille vient de nommer raison au maire de Marpent et d’annuler la délibération litigieuse, contraire à l’article 1609 – 9 - C du Code des Impôts.

L’agglomération est tenue, dans le cadre de la dotation 2016, de ventiler les montants de manière à récupérer les sommes indûment versées aux communes riches pour les reverser aux communes pauvres.

Pour information, l’agglomération n’ a pas changé son mode de calcul en 2015 et le maire de Marpent a de nouveau saisi le Tribunal pour faire fin à ce qu’il est convenu d’appeler une interprétation laxiste et anti- républicaine de la loi.

Lire la suite

L'enjeu principal du second tour dans notre région

8 Décembre 2015 , Rédigé par Jean-Marie Allain

Le débat auquel on assiste sur le brevet de républicanisme des uns et des autres est infantile et grotesque.

Nous sommes dans un scrutin régional et l’enjeu essentiel reste, qu’on le veuille ou non, le programme.

A ce titre, la ligne de fracture des projets en compétition passe par le Canal-Seine Nord.

Espérons que les médias puissent organiser un débat sur les programmes et aborder ce sujet, probablement l’un des plus importants de la campagne.

Lire la suite

Je te donne, tu me donnes

3 Décembre 2015 , Rédigé par Jean-Marie Allain

~~Arnaud Decagny fait de la résistance pour garder la piscine Pasteur et, en tant que maire, je peux le comprendre. Il n’était pas élu dans le mandat précédent et se retrouve devant une situation pour le moins baroque.

Les élus de l’agglomération ont voté à l’époque la construction d’un centre aquatique mais, pour faire passer le projet au sein du conseil communautaire et faire admettre un déficit de 700 000 euros par an, ils se sont engagés à fermer deux piscines, Tournesol à Louvroil et piscine Pasteur à Maubeuge.

La suppression de ces deux piscines devait entraîner la suppression de deux déficits et donc amoindrir les pertes du futur Centre aquatique. Ce qui est le plus surprenant dans cette histoire, ce n’est pas qu’Arnaud Decagny vive très mal l’impact de la fermeture de la piscine Pasteur, c’est le mystère qui a présidé au choix de la ville centre de s’embarquer dans ce projet alors qu’elle est la grande perdante : perte d’un équipement et nécessité d’emmener les scolaires en bus à Louvroil, une hérésie en termes de temps et de coût.

Le terme « choix » est peut-être un peu fort car Maubeuge, c’est compréhensible, a trainé les pieds et beaucoup d’élus socialistes et communistes, et non des moindres, trouvaient ce projet inadapté au territoire, du moins le confessaient-ils dans les couloirs.

Rien de choquant en effet à ce qu’une agglomération de la taille de la nôtre dispose de ce type d’équipement… sauf que la configuration linéaire et multipolaire de notre agglomération, fait rarissime en France, impose d’offrir la même qualité de service sur chaque pôle de l’agglomération : trois super-piscines par exemple plutôt qu’un seul gros équipement éloigné des deux autres pôles.

L’"intérêt pour le territoire" éternellement mis en avant a donc un goût de cynisme faisandé.

Les élus du pôle aulnésien n’en avaient que faire puisqu’ils avaient la piscine « les Aigades » qui leur suffisait amplement. Quant aux élus du pôle jeumontois, ils étaient également peu concernés puisque disposant également de deux piscines : Recquignies et Jeumont et sachant que leurs scolaires n’auraient jamais à utiliser ce méga-équipement.

Il y eut donc également une approbation de ce côté, teintée d’ailleurs d’un peu de scrupule car exprimer son opposition face à un tel projet, c’eut été se faire reprocher de « prêcher pour sa paroisse » comme aime le dire Bernard Baudoux et se voir suspecter de ressentir une espèce de jalousie territoriale.

Le mystère n’en demeure pas moins sur les raisons qui ont amené les élus du pôle central qui étaient contre ce projet (et les plus concernés) à garder l’épée dans le fourreau au moment du vote. La seule explication qui me soit venue à l’esprit, ce sont des impératifs politiques. Cela, je m’en excuse, est assez machiavélique, mais les socialistes ayant systématiquement besoin du renfort des voix communistes au second tour, il y avait une pression incontestable pour que le compromis se fasse, sans oublier la règle du jeu du « je te donne, tu me donnes » désormais devenue célèbre de notre agglomération.

Centre Aquatique , Eura-Sambre et Parc zoologique, Centre des musiques actuelles, Gare numérique : chacune des plus grosses villes de l’agglomération se tenait par la barbichette (les règles du jeu n’ont d’ailleurs pas changé comme on l’a vu avec les 300 000 euros des structures gonflables : OK pour Maubeuge, à condition de les avoir à Jeumont et Aulnoye…).

Ce projet de Centre Aquatique est finalement né au forceps car je ne connais aucun responsable politique de l’agglomération (y compris communiste) qui, en dehors du maire de Louvroil (on en attendait pas moins) s'est impliqué pour défendre ce projet.

L’attitude du maire de Maubeuge est compréhensible. Il refuse d’assumer les conséquences de choix auxquels il n’a pas participé…mais l’agglo va peut-être là encore devoir lâcher du lest : « je te donne, tu me donnes.. »

Lire la suite

Drapeau français

28 Novembre 2015 , Rédigé par Jean-Marie Allain

Drapeau français

~~~~Nombre d’hommes politiques et d’intellectuels n’ont pas cessé, depuis les attentats de 13 novembre, d’en appeler au rétablissement du service militaire obligatoire et au ressaisissement de l’école républicaine, de son pouvoir de transmission de l’amour de la France et de notre attachement à son histoire.

Soit, mais on pourrait aller plus loin et supprimer, tout au moins pour les établissements scolaires, les jours fériés du 8 mai et du 11 novembre en hommage aux français victimes des guerres, cérémonies qui tombent progressivement en désuétude faute d’anciens combattants et d’une difficile relève par les jeunes générations.

La réintégration de ces deux jours dans le calendrier scolaire (couplée avec l’interdiction d’ouverture des commerces, si méprisante pour les « morts pour la France ») permettrait d’impliquer tous les enfants de nos écoles dans des commémorations qui participent aussi à la transmission de l’amour de la France.

De même, la non obligation pour les mairies de pavoiser leur façade du drapeau français (en dehors des journées officielles) demeure une énigme républicaine qu’il serait temps de dépoussiérer.

Lire la suite

Allocution de Sainte cécile

23 Novembre 2015 , Rédigé par Jean-Marie Allain

~~Chers musiciennes et chères musiciens

Vous me permettrez, à quelques jours de la Tragédie du 13 novembre, de revenir quelques instants sur cette nuit d’horreur. Car, vous l’avez remarqué, l’un des lieux ciblés ce 13 novembre, celui d’ailleurs où les lâches ont pu commettre un massacre, était un lieu musical, le Bataclan.

Cette remarque n’est pas anodine alors que, quelques jours après le Bataclan, nous célébrons la sainte Cécile car c’est bien, au travers des cibles des terroristes, le sport qui était visé à avec le Stade France, les lieux de détente comme les terrasses de café et un lieu d’écoute et de plaisir musical.

Les barbares néo-fascistes ne supportent pas qu’une population diversifiée se retrouve, par-delà sa diversité ethnique et culturelle, dans un milieu pour partager une passion commune.

Déjà dans les années 90, les premières décisions du Front Islamique du Salut furent d’interdire la musique et la danse et de condamner l’art comme une jouissance coupable venue d’ailleurs.

Ici, en France, chacun a encore en mémoire cet iman de Brest qui enseigne aux enfants que « la musique est créature du diable » et « transforme en porc ceux qui l’écoutent ».

Leur but est bien d’opposer les uns et les autres, notamment les musulmans et les non musulmans, pour mieux désorganiser la société française et nous ne devons pas tomber dans ce piège.

Comme le disait Madona, ils ne nous empêcheront de continuer à aimer ce que l’on aime. Continuer à vivre comme avant, c’est déjà mener le combat.

Les Etats qui règnent par la terreur finissent toujours par s’effondrer. Rappelons que Cécile, votre sainte patronne, est une romaine du IIe siècle de notre ère qui, pour avoir refusé d’idolâtrer les dieux des romains, s’est vu condamnée à être étouffer dans une chaudière avant d’être décapitée mais ces actes barbares n’ont pas empêché l’empire romain de s’écrouler.

Nous pleurons toutes celles et tous ceux qui sont morts sous les balles de ces lâches, quelle que soit leur religion.

Pour revenir quelques instants sur votre concert, j’apprécie comment grâce à vous chaque marpentois peut accéder à des types de musique qui sont généralement joués dans des lieux très élitistes et écoutés par des catégories spécifiques. C’est bien entendu le cas de La Force du destin, de Verdi, l’un des compositeurs d’opéra les plus influents du dix-neuvième siècle que vous mettez à la portée de tous.

Traditionnellement en effet, l’opéra est d’abord un lieu où les mondanités se retrouvent entre elles, à des places qui comptent autant que le programme, celles qui permettent de voir et surtout d’être vu ! Cela me rappelle une histoire que racontait récemment Jean-Claude Casadessus, le chef de l’orchestre National de Lille Un jour, alors qu’il demande à un taxi de l’emmener à l’opéra, le chauffeur lui dit « ah : çà, c’est pas pour nous ! » et J.C Casadessus s’est juré à partir de ce jour-là de sortir la musique des lieux sacralisés pour la diffuser dans des lieux comme les écoles, les hôpitaux et même les prisons.

Cette démocratisation de la musique, vous y contribuez également par les cours gratuits que vous proposez et c’est tout à l’honneur des bénévoles concernés qui ne demandent qu’ à faire partager leur passion Je ne serai pas plus long, En cette fin de novembre qui restera à jamais marquée par le sceau des effroyables attentats, il est important de rappeler que la musique peut nous transporter partout, abolir les frontières et, n’en déplaise aux obscurantistes, embellir la vie.

Lire la suite