Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Jean-Marie Allain
Articles récents

UN CCAS, c'est une banque solidaire

18 Janvier 2016 , Rédigé par Jean-Marie Allain

~~Les centres communaux d’action sociale sont des organismes discrets mais dont l’utilité peut être très importante sur la commune. Leur fonction la plus connue reste les secours classiques aux familles nécessiteuses et dont les critères d’attribution relèvent des administrateurs.

A Marpent, nous aidons chaque mois en moyenne une trentaine de familles sur la base de critères de ressources (condition nécessaire) examinée à la lumière d’un faisceau de critères tels que la recherche d’emploi, l’implication associative etc..

Des entretiens avec les bénéficiaires permettent d’affiner notre regard et d’identifier les problèmes qui ne sont pas toujours des problèmes alimentaires.

Au-delà de ces familles, depuis une dizaine d’années, notre CCAS pratique régulièrement pour les foyers modestes des prêts d’honneur pour des investissements tels le permis de conduire, l’électro-ménager ou l’achat d’un moyen de locomotion.

Cette formule de banque solidaire(prêts sans intérêts) n’est pas très courante dans les CCAS bien qu’elle ne pose pas de problème juridique particulier.

Généralement, les prêts sont bien remboursés parce que le remboursement s’étale sur une longue période avec de faibles mensualités. Mais, il faut savoir que ce rôle de banque solidaire existe et surtout le faire savoir…

Lire la suite

Gémapi, la frustration déborde

15 Janvier 2016 , Rédigé par Jean-Marie Allain

~~Les élus de l’arrondissement étaient hier conviés à prendre connaissance avec la loi sur la modernisation de l’action publique et l’affirmation des métropoles (Maptam) de 2014, et plus particulièrement avec le volet cette loi qui impose aux élus locaux d’assumer dès le 1er janvier 2018 la « gestion des milieux aquatiques et la prévention des inondations » (GEMAPI).

Cette compétence était jusqu’alors facultative et partagée entre les diverses catégories de collectivités La Gemapi couvre quatre champs d’intervention : l’aménagement des bassins et sous-bassins hydrographiques ; l’entretien des cours d’eau, canaux, lacs et plans d’eau ; la défense contre les inondations et la mer digues); la protection et la restauration des écosystèmes aquatiques.

La loi vise à rationaliser l’organisation territoriale, marquée par l’enchevêtrement et la dispersion des pouvoirs locaux en attribuant aux communes et leurs groupements la responsabilité de la Gemapi, ce bloc local pouvant transférer la compétence à des établissements publics ou syndicats intercommunaux d’emprise géographique plus étendue Les aménagements sur les terrains privés des riverains seront facilités et les communes et établissements publics intercommunaux à fiscalité propre exerçant la Gemapi pourront dans ce but instaurer une taxe, plafonnée à 40 euros par habitant.

L’Etat se "défile" pour reprendre l’expression de ses opposants à la taxe alors que par-dessus le marché il ponctionne le budget des agences de l’Eau dans le cadre de la réduction des déficits publics.

Mais, ce qui paraît le plus incongru dans cette histoire , c’est que la protection des inondations se limite aux seuls cours d’eau et exclut la maîtrise des eaux pluviales et de ruissellement ; Or, en avesnois, les inondations par débordement de rivières et de la Sambre ou de ses affluents, ce n’est pas l’enjeu premier… Je n’ai pas connu de véritable débordement de la Sambre à Marpent depuis une quarantaine d’années…

Localement (Marpent, Boussois, Recquignies…), tous les arrêtés de catastrophe naturelle concernent des inondations liées au problème de ruissellement dont l’origine se situe dans les pratiques agricoles, l’urbanisation ou encore la réalisation d’infrastructures et qui appellent des aménagements.

Les élus locaux ne peuvent donc qu’éprouver un sentiment de frustration devant cette loi qui qui ne répond pas aux attentes des élus confrontés aux plaintes des administrés à la suite de fortes pluies.

Lire la suite

L'accueil des roms en Sambre

11 Janvier 2016 , Rédigé par Jean-Marie Allain

~~Interrogé ce matin par « la Voix du Nord » sur ma position quant à l’accueil d’une familles rom venue de la métropole et délogée du quartier de Sois-le-Bois, je n’ai pas manqué de rappeler que la commune, sur le plan humanitaire, n’avait pas à rougir puisque nous sommes l’une des rares de l’arrondissement à s’être déclarée favorable pour accueillir une famille de réfugiés de la guerre en Syrie.

La question des roms est pourtant d’une toute autre nature. Depuis ses débuts, en 1957, la construction européenne a visé à établir des droits fondamentaux communs à tous les citoyens, basés sur un principe qui constitue le socle de l'UE : la libre circulation des hommes et des biens.

- La liberté de résidence : tout Européen peut s'installer librement dans le pays de l'UE de son choix. Au bout de trois mois, il doit disposer d'un emploi .

- La liberté de travailler : à partir de 2007, année de leur adhésion à l’UE, les Roumains et les Bulgares pouvaient déjà travailler sans restriction dans dix-neuf Etats membres, puisque seuls l'Allemagne, l’Autriche, la Belgique, L’Espagne, la France, le Luxembourg, Malte, les Pays-Bas et le Royaume-Uni appliquaient des mesures de restriction (accès à certains métiers bien identifiés).

Ces interdictions partielles à l'ouverture du marché du travail pour les Roumains et les Bulgares ont été levées, bien que les deux pays concernés ne soient pas membres à part entière de l'espace Schengen.

Les citoyens roumains et bulgares peuvent donc ainsi exercer un emploi sans titre de séjour, ni autorisation de travail, mais devront, comme tout citoyen européen, disposer de ressources suffisantes et d’une assurance maladie pour rester plus de trois mois en France.

Dans le cas contraire (sans emploi ou sans assurance maladie), ils sont considérés en situation irrégulière et sujets à des mesures d’éloignement du territoire.

Je ne vois donc pas en quoi, si ces personnes ne sont pas françaises, nous devrions les reloger. Et si elles sont françaises, c’est à la métropole, dont nous ne sommes pas le paillasson, de garder « ses pauvres » puisque c’est là que s’accumule la richesse et la Sambre a déjà fort à faire avec ses flots ininterrompus de miséreux.

Lire la suite

L'avesnois boude les communes nouvelles

8 Janvier 2016 , Rédigé par Jean-Marie Allain

~~Le regroupement de certaines communes volontaires sous la forme de 230 « communes nouvelles » , dans le cadre de la loi de 2010, vient légèrement modifier le paysage institutionnel français.

Pour des raisons sans aucun doute liées à la densité urbaine de notre département et donc à la forte intégration intercommunale, le Nord est à la traîne (et l’Avesnois exempt de ce mouvement à ce jour).

Il faut dire que cette réforme arrive un peu tard, les transferts de compétence vers les intercommunalités ayant déjà réglé les principaux défis techniques auxquels sont confrontés les communes (élimination des déchets par exemple).

C’est d’ailleurs un peu dommage car cette formule de « communes nouvelles » ne souffre pas la comparaison, d’un point de vue démocratique, avec l’intercommunalité. Le moment venu, les habitants voteront pour désigner leurs représentants au suffrage universel direct, ce qui n’est pas le cas avec les intercommunalités qui restent des anomalies démocratiques malgré le subterfuge du fléchage sorti du chapeau ministériel en 2014.

Certes, j’ai conscience qu’en écrivant cela, je tourne le dos à la position de ma chère Association des Maires Ruraux de France, fermement opposée à l’élection des intercommunalités au suffrage universel pour deux raisons. La première parce que cela risquerait de donner une plus forte légitimité au président de l’intercommunalité qu’au maire. Je ne partage cette appréhension, les légitimités pouvant cohabiter comme on le constate avec les autres niveaux électifs (un conseiller régional n’a pas plus de légitimité qu’un conseiller départemental). La seconde parce que la constitution de listes à l’échelle intercommunale pourrait aboutir à ce qu’une commune ne soit pas représentée dans l’intercommunalité. Mais cela, la loi peut l’empêcher.

Ces fusions volontaires apparaissent donc comme des niveaux intéressants de mutualisation et garantes d’une représentation démocratique mais elles auront du mal à se généraliser puisqu’arrivant un peu tard dans le paysage, d’autant plus que l’une des premières motivations à ces regroupement demeure manifestement la carotte financière , plus que les affinités nourries par l’histoire, la géographie et le travail sur des projets communs.

Lire la suite

Chaque année, on nous refait le coût des vœux !

4 Janvier 2016 , Rédigé par Jean-Marie Allain

~~ Je ne m’étonne pas que le maire de Raucourt –au - Bois déclare à « la Voix du Nord » qu’il préfère recentrer sa cérémonie des voeux sur les habitants. C’est bien son rôle premier de mon point de vue.

On peut en effet déceler deux finalités dans la cérémonie des voeux : D’un côté, se retrouver avec habitants de la commune, de l’autre remplir une salle, la plus grande possible, en envoyant des centaines, voire des milliers d’invitations pour une action de communication externe.

Cela coûte effectivement très cher au contribuable même si souvent les contribuables ne sont pas majoritaires dans ces manifestations. Et souvent, plus la ville est importante, plus c’est le cas.

A Marpent, j’ai fait le choix depuis plusieurs années de ne plus inviter mes collègues des autres communes, je l’avais d’ailleurs fait via un courrier pour leur expliquer.

Cela avait surpris sur le moment mais je vois que finalement cette conception de vœux, de plus en plus de maires la partagent.

Je trouve d’autre part que la cérémonie des voeux en janvier est un chemin de croix pour les élus qui se sentent obligés de rendre la politesse au collègue qui s’est déplacé… cela peut faire une vingtaine de cérémonies…et même davantage pour ces élus qui peuvent se permettre, sans craindre le ridicule, de passer quinze minutes ici, et quinze minutes là-bas.

Les personnes qui viennent à notre cérémonie sont essentiellement des administrés et cela ne coûte pas cher si l’organisation se fait « in house » comme on dit maintenant : nous préparons les galettes et les navettes… reste le liquide délivré avec parcimonie… Coût total de la manifestation : environ 700 euros, soit 25 centimes d’euros par habitant.

Le « vivre ensemble » mérite bien cet effort.

Lire la suite

Urime për Ismail Kadare !

4 Janvier 2016 , Rédigé par Jean-Marie Allain

Je ne suis pas du genre à me précipiter sur la liste des récipiendaires de la nouvelle année mais j'apprends ce matin, par l'ambassade de France à Tirana, que le grand écrivain albanais Ismail Kadaré va recevoir la Légion d'Honneur et cette nomination nous comble de joie au vu des rapports amicaux noués entre Marpent et Poliçan.

Lors de notre réception en septembre à l'ambassade, nous avions échangé avec nos interlocuteurs et l'ambassadeur de France sur la notoriété d'Ismail Kadaré en France.

Trois récents ouvrages d'Ismail Kadaré sont d'ailleurs disponibles dans notre médiathèque L'Oiseau-Lyre. N'hésitez pas, c'est ouvert à tous.

Le Ministre des Affaires étrangères Ditmir Bushati a été le premier à annoncer au public albanais que l’écrivain Ismail Kadare était l’un des décorés de la Légion d’honneur (commandeur) le 1er janvier : « La nouvelle année 2016 a commencé avec une nouvelle fantastique. Ismail Kadare est décoré de la Légion d'honneur, ordre national civil ou militaire le plus prestigieux en France. Un grand honneur pour Kadare et l'Albanie ». Le chef du gouvernement Edi Rama a également félicité Kadare : « Aux premiers jours de 2016, qui coïncident avec le 80e anniversaire de la naissance de notre grand écrivain, mondialement connu, le président François Hollande a promu Ismail Kadaré à l’ordre de Commandeur de la Légion d'Honneur, la plus haute décoration française. Très chaleureuses félicitations, ma gratitude et mon respect à l'écrivain qui a merveilleusement utilisé et enrichi la langue albanaise et dont l’œuvre est admirée et traduite en beaucoup de langues étrangères ».

Lire la suite

La nationalité et les traités internationaux

1 Janvier 2016 , Rédigé par Jean-Marie Allain

~~Si l’opposition au principe de la déchéance de la nationalité aux binationaux est fondée sur le refus de ne pas avoir deux catégories de citoyens, il convient alors, plutôt que de sanctuariser les textes, d’élargir la déchéance à tous les terroristes et djihadistes français, binationaux ou pas.

Cela contredit l’article 15 de la Déclaration Universelle des Droits (1948), confortée par la convention de New York de 1954, puis de celle de 1961, qui reconnait à chaque individu le droit à une nationalité, et donc a fortiori, l’interdiction de créer des apatrides.

Or, rien n’interdit de modifier une convention ou un traité international, voire de s’en désengager. Cela éviterait de créer une distorsion entre les binationaux et les autres et permettrait de sortir d’une conception ethnique de la nation (qui pose des critères d’entrée dans la nation mais jamais les critères de sortie) au profit du modèle républicain, basé sur le principe d’adhésion volontaire à une communauté nationale et donc rétablissant les possibilités d’entrée et de sortie de cette même communauté.

Les djihadistes français ne se retrouveraient d'ailleurs pas pour autant apatrides (encore que cela ne nous empêcherait pas de dormir) puisqu'ils se revendiquent d'un Etat dont ils doivent aussi assumer la nationalité.

Lire la suite

S'il faut aimer la France...

31 Décembre 2015 , Rédigé par Jean-Marie Allain

~~Le débat sur la nation corse faisant suite aux graves évènements de Noël vient compléter le débat autour de la déchéance de la nationalité pour les bi-nationaux coupables d’actes terroristes.

Sans qu’ils aient un lien factuel entre eux, le premier débat peut en effet nous aider à comprendre le second. Il existe deux conceptions de la nation : la conception ethnique (issue de la philosophie allemande) et la conception civique née avec la philosophie des Lumières et la révolution française.

La conception ethnique de la nation considère que les membres d'une nation ont en commun des caractéristiques telles que la langue, les coutumes, la culture alors que la conception civique (chère à Ernest Renan) s’appuie sur l’adhésion et le partage d’un certain nombre de valeurs et sur la volonté collective de vivre ensemble.

Les partisans de la conception ethnique diront que la Belgique est un Etat composé de trois nations tandis que ceux qui adhèrent à la conception civique considèreront qu’il existe bel et bien une nation (ou communauté nationale) belge.

Les allemands mettaient en avant la conception ethnique en revendiquant l’Alsace et la Lorraine tandis que les français argumentaient le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

Mais, à l’aune du débat en cours sur la nation (et la nationalité), il est intéressant de remarquer que l’une des différences qu’entraînent ces conceptions de la nation, c’est que dans un cas (la conception ethnique)), on ne sort pas de la communauté nationale (on ne peut renier ni une langue, ni une culture) alors que dans l’autre cas (la conception civique), on peut en sortir puisqu’elle repose sur l’adhésion volontaire à une communauté d’idées.

Or, dans le débat sur la déchéance de la nationalité, ceux qui s’offusquent d’une pareille éventualité (la gauche d’appareils) adhèrent implicitement à la conception ethnique de la nation puisque considérant qu’un membre de la communauté nationale, sous prétexte de bi-nationalité, ne peut sortir (ou être sorti) de cette communauté.

Ainsi donc, et même si personne n’est dupe des « petits calculs » de ceux qui agitent l’épouvantail de la déchéance, il faut bien admettre qu’on cherche la cohérence chez les idéologues de gauche qui d’un côté se réclament d’une conception civique et républicaine et - donc ouverte - de la nation et de l’autre défendent implicitement une conception ethnique et fermée de celle-ci en s’opposant à ce que l’on puisse en exclure ceux qui tournent le dos aux valeurs de la communauté nationale.

L’attachement à la communauté nationale n’est d’ailleurs pas incompatible avec d’autres appartenances, régionale ou locale. L’identité d’un individu se construit comme une poupée gigogne.

C’est le sens de la très belle phrase de Natacha Polony que j’ai souhaitée insérer dans ma carte de vœux : «S’il faut aimer la France, c’est parce que l’appartenance à la communauté nationale est une des identités nécessaires à la construction d’un individu, dans une période où la globalisation détruit les diversités ».

Lire la suite

L'équité n'est pas soluble dans la neige

29 Décembre 2015 , Rédigé par Jean-Marie Allain

~~Depuis plusieurs années, la commune répond favorablement à la demande des enseignants du Collège De Gaulle pour subventionner la classe de neige, au prorata du nombre d’élèves marpentois concernés.

Autrement dit, la subvention communale, de l’ordre de 50 € par enfant, était versée dans la caisse commune qui sert à financer la classe de neige.

Soucieux toutefois de vérifier que les autres communes prenaient part elles aussi à cet effort, j’ ai souhaité l’an dernier recevoir le bilan financier. Or, celui-ci montre que seules les communes de Marpent et de Recquignies mettent la main à la poche, au contraire de Jeumont, Boussois ou encore Vieux-Reng.

En d’autres termes, la subvention des deux communes (Marpent, Recquignies) finance indirectement le coût global de l’opération. Bref, l’inéquité dans toute sa splendeur.

J’avais donc conditionné cette année notre participation à l’engagement des autres communes.

Devant le statut-quo, le conseil a donc décidé de ne plus verser de subvention au Collège De Gaulle mais d’attribuer, pour le même montant, un bon d’achat à Décathlon à chaque élève marpentois concerné.

Lire la suite

Ne pas raconter de salades

25 Décembre 2015 , Rédigé par Jean-Marie Allain

~~ "Passez-moi la salade, je vous passerai la rhubarbe" avait prononcé M. Sarkozy le 7 décembre 2015 sur la chaîne de télévision France 2, pour dénoncer les petits arrangements qui se profilaient derrière le fameux " front républicain".

L’erreur n’est pas passée inaperçue mais elle a au moins le mérite de nous replonger dans l’histoire de notre belle langue.

L'expression ancienne est "passe-moi la casse , et je te passerai le séné " si j’en crois un commentaire de "La littérature expliquée » par Des Granges et Charrier chez Hatier page 348…(acheté sur une brocante et précieusement conservé sur mes étagères).

La casse et le séné sont deux plantes purgatives.

Toujours selon cet ouvrage, c'est Edmond Rostand (1897) , dans Cyrano de Bergerac, qui aurait remplacé l'une de ces deux plantes en faisant dire à Cyrano " Et donneur de séné par désir de rhubarbe / avoir son encensoir toujours, dans quelque barbe ?".

Là, ils vont peut-être un peu vite en besogne car l’expression « Passe - moi le séné, je te passerai la rhubarbe"... figurait déjà, selon un lecteur du site l’internaute, dans« Grenoblo malhèrou" , signalé bien connu des érudits grenoblois. (Edit. de 1860 page 63).

La modification de l’expression était donc antérieure à l’écriture De Cyrano qui la reprendra effectivement sous cette forme, peut-être pour les besoins de la rime.

Rappelons que cette expression désigne les petits arrangements entre amis. On comprendra qu’elle ne soit pas passée inaperçue à mes yeux. "Je te donne, tu me donnes… "

Lire la suite