Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Jean-Marie Allain

Modèle " Imminence "ou "Eminence "?

23 Février 2019 , Rédigé par Jean-Marie Allain

 

Certains profitent de l’affaire de la viande polonaise frelatée et vendue dans plusieurs pays européens pour se livrer à un plaidoyer de l’Europe telle que nous la connaissons, au risque d’écorcher la vérité.

Ces europhiles dogmatiques considèrent qu’on a détecté très vite, jusqu’au moindre petit commerce, les viandes incriminées. Sauf que ce n’est pas l ’Europe qui a détecté mais les services vétérinaires français.

Ces mêmes européistes affirment par ailleurs que les contrôles et la traçabilité ont bien fonctionné et que c’est grâce à eux si la fraude a été détectée, ce que le Président de la République affirme également  dans son allocution au Salon de l’Agriculture.

C’est ignorer que la fraude a été détectée et révélée par un journaliste de la télévision privée TVN24 qui s'était fait embaucher dans ce site, montrant que les vaches malades étaient abattues de nuit dans l'abattoir en question, échappant ainsi aux contrôles vétérinaires polonais officiels effectués de jour.

Sans ce journaliste, personne n’aurait entendu parler de ce trafic.

Un responsable de l'interprofession française de la viande Interbev Bovins, Guy Hermouet, met le doigt là  où çà fait mal, car l’Europe a bel et bien à voir en la matière :

"J'espère que cette affaire va réveiller les Européens avec des contrôles vétérinaires aux frontières, afin que les mêmes garanties soient offertes sur la viande importée que sur la viande made in France".

Et pour couronner le tout, les européistes, qui en sont pas à une contradiction près,  vantent  « les circuits courts » (c’est plus à la mode que de préconiser les circuits « made in France » mais c’est pourtant le même logiciel), une façon de reconnaître que la politique économique européenne et son système d’ouverture aux marchés mondiaux portent en germe, si pas les scandales, à tout le moins les risques sanitaires et le réchauffement climatique.

A moins qu’il faille promouvoir  les circuits courts façon «  Imminence »  et  « en même temps » les marchés mondiaux prônés par notre Eminence, c’est-à-dire une chose et son contraire.

Il est temps de  quitter le confort d’une vision manichéenne sur l’Europe, cesser de sortir son révolter lorsque quelqu’un exprime son scepticisme sur une certaine Europe (celle qui, par exemple, jusqu’à très récemment, donnait des dérogations pour pratiquer la pêche électrique en mer du Nord en ruinant  nos artisans pêcheurs) et appréhender d’une manière plus mesurée et plus équilibrée les défis de la complexité.

 

Lire la suite

Echecs à Marpent !

23 Février 2019 , Rédigé par Jean-Marie Allain

Le Malbodium Chess Club, club d’échecs de Maubeuge, n’est pas parvenu à obtenir une salle dans cette ville pour organiser la phase régionale de la coupe Loubatière.

 

Celle-ci  se tiendra donc le dimanche 24 mars 2019, toute la journée à partir de 9 heures dans la salle d’honneur de la mairie de Marpent.

 

Cette phase régionale recevra six équipes de quatre joueurs venant de Lille, Boulogne, Saint-Quentin, Belloy-sur-Somme et Maubeuge.

 

Les deux premières équipes seront qualifiées pour la phase interrégionale.

Entrée gratuite.

 

C’est un plaisir pour notre commune que d’accueillir une telle manifestation qui aura des prolongements avec une initiation aux échecs dans le cadre du centre de loisirs.

Lire la suite

Le verre de la discorde

19 Février 2019 , Rédigé par Jean-Marie Allain

Jacques Bleuze, en charge des déchets à l’agglo, a commencé son périple pour expliquer et convaincre les habitants dans les trois communes ayant accepté l’expérimentation  de l’intérêt de l’apport volontaire du verre à la collecte à domicile.

Son argument principal s’appuie sur le fait que le verre collecté par habitant  (ici 27,7 kilos par an) est nettement inférieur à la moyenne départementale (35,4 kg par an).
cette différence étant liée, selon lui, au fait que l’apport volontaire serait plus efficace que la collecte à domicile.

Un exercice impartial consisterait à comparer la moyenne du niveau de collecte  pour les communes pratiquant l’apport volontaire avec la moyenne du verre  collecté pour les communes restées à la collecte à domicile.

Or, nous ne connaissons pas, pour la moyenne départementale, les parts respectives occupées par l’un  ou l’autre mode de collecte.

Faute de partir sur ces bases saines, M.Bleuze  met la conclusion qu’il souhaite depuis le début comme explication. C’est lumineux comme une nuit sans lune.

A supposer  même que l’on constate un meilleur niveau de collecte sur les territoires en apport volontaire (ce qui n’est pas prouvé aujourd’hui), des facteurs explicatifs devraient être testés comme le niveau socio-culturel de la population (dont on sait qu’il est corrélé avec le geste écologique),  la moyenne d’âge de celle-ci ou encore la nature des consommations différentielles selon chaque territoire.

Selon l’Ademe, si l'on considère les quantités totales collectées, la performance du porte-à-porte est aujourd'hui supérieure d'environ 20% à celle de l'apport volontaire.

Bertrand Bohain, délégué général du Cercle national du recyclage (CNR), insiste sur le fait que "bien souvent, les points d'apport volontaires deviennent des dépotoirs".

Deuxième argument : le coût de la collecte en porte à porte serait  de 108 € la tonne contre 34 € pour l’apport volontaire.

Si d’ailleurs l’on passait à l’apport volontaire, il serait logique de demander à l’agglomération, si elle fait vraiment des économies,  de rembourser les communes  sur la base de 108 – 34 , soit 74 euros par tonne collectée sur la commune !!

Cela étant dit, le chiffre de 108 € est inexact puisque basé sur des collectes en bi-flux et non en tri-flux (trois compartiments) comme chez nous.

En effet, aujourd’hui, le verre est collecté en même temps que les autres recyclables. Enlevons le compartiment verre, il faudra toujours vider la poubelle chaque semaine, le coût du ramassage à domicile ne baissera pas. Il serait moins faux de dire que la collecte du verre aujourd’hui ne coûte rien.

S’il convient de supprimer le compartiment verre pour laisser de la place aux autres recyclables, le dépôt dans une petite poubelle à verre qui serait collectée en même temps que les deux autres ferait parfaitement l’affaire.

 

Lire la suite

Le grumeau dans le millefeuille

12 Février 2019 , Rédigé par Jean-Marie Allain

Afin de les distinguer des établissements publics, les collectivités territoriales bénéficient d’une compétence générale leur permettant de prendre en charge toute affaire d’intérêt local.

Les communes détiennent cette prérogative depuis la loi de 1884.

La loi de 2015 portant Nouvelle organisation territoriale de la République (NOTRe) a supprimé la clause générale de compétence pour les départements et les régions, ceux-ci se voyant ramenées à des rôles de « chef de file » sur des compétences préalablement déterminées.

La gestion des collectivités territoriales est par ailleurs assurée par des assemblées délibérantes élues au suffrage universel direct

Les intercommunalités, dont les compétences sont très spécifiques (principe d’exclusivité) et dont les assemblées ne sont pas élues au suffrage universel direct ne sont donc pas des collectivités territoriales mais de simples collectivités locales.

Le niveau intercommunal n’aurais donc pas dû figurer dans la question.

Lire la suite

La commune et la souveraineté numérique

11 Février 2019 , Rédigé par Jean-Marie Allain

Attaché à notre souveraineté numérique, j’ai souhaité que nos agents soient équipés, par défaut, du moteur de recherche « Qwant »sur leur ordinateur d’ici le mois de juin (cela prend trois minutes).

Cette décision s’appuie sur trois raisons : éthique, défense de notre souveraineté et protection des données.

RAISON ETHIQUE

Aucun historique de recherche conservé, aucun cookie enregistré , ces fichiers qui recueillent des informations personnelles sur vous dès que vous naviguez sur un site et qui sont revendues de manière irresponsable, contrairement à toute éthique, à des géants monopolistiques qui les monétisent auprès des annonceurs publicitaires avec les dérives bien connues à grandes échelle de ce capitalisme de surveillance qui menace notre démocratie.

SOUVERAINETE NUMERIQUE 

Les  Russes (avec Yandex), les  chinois (avec Baidu) et les américains (avec Google) ont leur moteur de recherche.

Ne devenons pas une colonie numérique !

« Qwant » est un moteur de recherche européen made in France (détenu à 80 % % par la Caisse des dépôts), installé depuis plusieurs années sur les ordinateurs de nos parlementaires. C’ est le seul moteur de recherche qui possède les technologies lui permettant, contrairement à d’autres moteurs alternatifs, de ne pas être le passe-plat vers des moteurs étrangers.

PROTECTION DES DONNEES

« Qwant », c’est le moteur de recherche le plus pertinent et le plus performant pour une sécurité numérique accrue. Le Ministère des armées l’a d’ailleurs adopté.

Bien sûr, personne ne pourra empêcher un(e) agent (e) de taper un autre moteur de recherche dans la barre d’adresse et de zapper Qwant.

Mais je compte sur l’esprit civique de  nos agents  pour se retrouver sur la voie du patriotisme économique !!

Lire la suite

La novlangue de la CAF

9 Février 2019 , Rédigé par Jean-Marie Allain

 

Un ressortissant étranger de l’Union Européenne, en France depuis cinq ans et affichant des périodes d’activité professionnelle,  fait sa demande de RSA et se voit demander par la CAF, dans une novlangue propre à nos services publics, d’attester qu’il perçoit bien des ressources suffisantes !

N’est-il pas contradictoire de demander à une personne qui ne perçoit rien d’attester qu’elle a des ressources suffisantes ?

Les restos du Cœur procèdent de la même manière : il convient de prouver que l’on perçoit une indemnité quelconque pour être bénéficiaire !

Bref, la logique de notre administration , outre qu’elle est absurde, ignore que nous laissons ainsi sur le bord de la route des voisins et amis de la France.

Même les migrants tomberaient des nues…

Lire la suite

L'approche des grandes marées

6 Février 2019 , Rédigé par Jean-Marie Allain

L’approche des élections municipales annonce les grandes marées des promesses déversées à gros bouillons dans les conférences de presse.

Je lis dans notre quotidien local qu’une liste prévoit que le maire, ses adjoints et délégués s’engagent à reverser mensuellement 20% de leurs indemnités, ce qui en fin d’année rassemblera 25 000 euros.

Intention louable, mais le communiqué ne dit pas si cet argent sera versé à la commune, auquel cas les actes portant donation ayant en principe lieu devant notaire, celui-ci est tenu d'en donner avis aussitôt au receveur de la commune (article R.2242-3 du CGCT), et il appartient au préfet de réclamer la production de l'acte notarié constatant la donation. A renouveler chaque mois bien entendu.

L’alternative, c’est le don au  CCAS, beaucoup plus simple.

Mais il y a encore plus simple : il suffit en début de mandat de ne pas voter l’indemnité maximale mais de la baisser de 20 % (ce que nous avons fait sur la commune).

L’économie pour la collectivité  est du même montant, même si cela reste plus discret pour les administrés.

Autre avantage : impossible pour l’élu versatile de revenir sur la décision sans l’accord du conseil municipal.

Lire la suite

Rousseau et Simmel , toujours d'actualité

3 Février 2019 , Rédigé par Jean-Marie Allain

Lorsque Rousseau parlait de l’Etat idéal (« Du  Contrat social : Livre II, chapitre IX) , il voulait qu’il ne soit ni trop grand pour pouvoir être bien gouverné, ni trop petit pour pouvoir se maintenir par lui-même.

Un Etat, en effet, doit être suffisamment vaste et donc se « donner une certaine base pour avoir de la solidité, pour résister aux secousses qu’il ne manquera pas d’éprouver et aux efforts qu’il sera contraint de faire pour se soutenir ».

Mais, s’il est trop grand, il souffre d’une administration « plus onéreuse » et « le peuple a moins d’affection pour ses chefs qu’il ne voit jamais » (on comprend pourquoi les ministres veulent redevenir maires !), moins d’affection également « pour la patrie qui est à ses yeux comme le monde », et moins d’affection « pour ses concitoyens dont la plupart lui sont étrangers ».

« Un petit Etat est proportionnellement plus fort qu’un grand » concluait Rousseau,  qui n’avait pas tort puisqu’on avait d’ailleurs remarqué que les paradis fiscaux étaient tous des confettis minuscules sur la planisphère et qu’on vit mieux en Suisse ou au Luxembourg qu’en Russie ou aux Etats-Unis.

Mais ce qu’il écrit fait irrésistiblement penser aux thèses de Georg Simmel qui, un siècle plus tard, expliquait que la quantité introduisait des modifications dans les rapports humains, prenant comme exemple le communisme qui ne s’est jamais réalisé que dans les peuplades communautaires (mais fut un désastre à l’échelle d’un pays) ou dans la communauté des premiers chrétiens.

Pour Simmel, lorsqu’un groupe devient plus nombreux, l’Etat doit se doter d’un appareil administratif, multipliant les postes au sein de l’organisation, les relations devenant plus impersonnelles et le coût de la gestion plus lourd.

Rousseau et Simmel auraient probablement écrit la même chose à propos de la création des grandes régions et des grandes intercommunalités.

Lire la suite

Le monde qu'ils nous préparent

1 Février 2019 , Rédigé par Jean-Marie Allain

Le dernier Observatoire de l’Habitat publié par la Communauté d’Agglomération donne à voir l’évolution comparée des différentes communes à la lumières des projets en cours.

Comme l’illustre la carte (extraite de ce document), le déséquilibre en matière de logement social, déjà important entre les communes, va s’accroître et conforter plusieurs d’entre elles dans leur rôle d’aspirateur social,

une dynamique qui va à l’encontre des discours que l’on nous ressasse depuis 1981 sur les bienfaits de l’équilibre du peuplement.

Le réflexe obsessionnel des maires qui ne veulent pas que leur commune passe sous le seuil des 10 000 habitants les amène à programmer du  logement social partout où il y a de la place, à la manière des gamins qui étalent leur nutella jusque dans les trous de la tartine.

Pourtant, cette frénésie de logements sociaux, outre qu’elle contredit le Programme Local de l’Habitat que ces mêmes élus ont approuvé, aura à terme des incidences sur d’autres registres que la démographie : baisse des valeurs immobilières, gestion des populations fragilisées par la crise ..

Les pôles gares sont devenus des prétextes pour mobiliser toute la programmation de logements.
Mais qui a dit que les pôles gares devaient devenir des pôles d’habitat social ? Ce n’est pas dans l’intérêt des populations qui y vivront, ni dans celui des autres habitants.

Lire la suite