Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Jean-Marie Allain

Articles avec #histoire locale tag

Le moulin de Marpent retrouve ses ailes

10 Juillet 2012 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #Histoire locale

moulin.JPG

Une agitation fébrile régnait ce 4  juillet au matin aux alentours du moulin de la Parapette, construit au début du XVIII e siècle.

Il y avait du monde pour assister à l’évènement tant attendu, la pose des ailes.

On pouvait voir parmi la petite foule amassée au pied de l’édifice les bénévoles de la Fête du moulin, les habitants de la cité Léo Lagrange et quelques personnalités telles la Présidente de la Fédération Nationale des Amis des moulins, venue de Normandie, un représentant de l’ARAM (l’Association Régionale des Amis des moulins) et plusieurs administrateurs du Crédit Agricole, un des premiers sponsors du projet.

Tout ce petit monde amoureux d’Eole a pu assister, avec émerveillement, à l’impressionnante et délicate opération du levage du toit et de sa pose au sommet de l’édifice, opération aussi stressante que l’atterrissage d’un Airbus si l’en croit les applaudissements de soulagement une fois la mission achevée.

Puis, ce fut dans un silence toujours aussi solennel que l’abbé Drapier, fidèle à la tradition de la meunerie, vint bénir les ailes et lancer quelques paroles d’encouragement et d’espoir.

La seconde partie du travail consista à poser les ailes Berton, du nom de son inventeur qui ne laissa qu’un seul exemplaire dans le Nord Pas-de-Calais mais essaima la Vendée de son système ingénieux d’ailes rétractables, alternatives aux ailes à voile des moulins du Nord.

Le moulin, qui a dorénavant retrouvé ses allures d’antan, n’avait plus qu’à attendre qu’on lui fasse la Fête, le 13 et 14 juillet .Pour son dixième anniversaire (puisque c’est la 10e Fête du moulin), les visiteurs ne pouvaient pas rêver d’un plus beau cadeau.

Lire la suite

Le moulin de la Parapette

26 Octobre 2011 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #Histoire locale

Les démarches pour obtenir des subventions ne sont jamais des longs fleuves tranquilles.

Pour remettre les ailes de notre bon vieux moulin de la Parapette, la Région nous a accordé une subvention au titre des crédits Pays Sambre Avesnois.

Pour le Conseil Général, c’est plus compliqué.

Toute subvention sur le patrimoine doit préalablement recevoir l’avis favorable de l’architecte des Bâtiments de France.

Dans le cas présent, l’avis n’a pas été obtenu pour la raison suivante : ne respecte pas le patrimoine !

En fait, l’ABF ne disposant d’aucun élément historique sur  l’histoire de ce moulin très ancien (bien avant 1789), il doute qu’il puisse avoir eu des ailes … alors que les vieux marpentois se souviennent qu’elles ont été démontées et entreposées durant des décennies dans la ferme de la Parapette.

Mais la mémoire orale ne compte pas….

Il est donc pour l’architecte non conseillé de remettre des ailes  au moulin par souci du respect du patrimoine.

Le seul élément que nous possédions, c’est cette carte postale que m’avait envoyée un passionné des moulins de la région de Lens, achetée sur une brocante.

Mais cette pièce à conviction n’a pas suffi.

Il est vrai que notre historiographe marpentois, sur la base de l’analyse du tampon de la poste, affirme que cette carte est un montage  et il a sans aucun doute raison.

Qu’à cela ne tienne, le moulin retrouvera bien ses ailles, n’en déplaise aux Bâtiments de France.

photo-moulin.jpg

Lire la suite

La Fête de mon moulin 2011

19 Juillet 2011 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #Histoire locale

benjamin.JPGcheveaux-de-trait.JPGles-meuniers.JPGle-bal-des-sabots.JPGla-foule.JPGle-meunier.JPGflambeaux.JPG

Ronde des meuniers, retraite aux flambeaux et bal des sabots !

Lire la suite

Un carnet au goût de friandise

20 Janvier 2011 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #Histoire locale

Ecrire sur son carnet une histoire sur les gens de peu, avec les gens de peu, c’est  un travail qu’a superbement réalisé Jean-François Pocentek, écrivain qui a côtoyé et dialogué avec les habitants du quartier du Huit mai à Aulnoye-Aymeries.

 

«  Gens du huit mai » (édite aux Editions La Contre Allée)  est un beau recueil de paroles, nous plongeant dans ce temps où  « l’usine sifflait son besoin de main-d’œuvre », qu’elle soit autochtone ou immigrée car après tout « ce qui les faisait frères, c’était le fait de bosser, d’une façon ou d’autre autre, avec une musette sur le dos, d’être des ouvriers ».

 

Rentrés chez eux, dans les baraques, ils étaient les uns près des autres mais pas les uns sur les autres.

 

Les gens parlent aussi de leur temps libre, des promenades sur le chemin de halage qui mouillait les sandalettes et de tas d’autres endroits où les mots simples, gardent « un goût de friandise ».

 

Le monde a bien changé, hélas.

« Des SDF crèvent dans les bois et on paie un gâteau d’anniversaire au chien (…)

« Trois euros d’augmentation et huit mille cadeaux à Miss France.C’est à se taper le cul par terre ».

 

Cette expérience d’ « écrivain en résidence » accouche d’un texte plein de poésie et d ’humilité, émouvant et profondément humain.

Lire la suite

La java de Marpent, la chanson du pétrole

21 Mai 2010 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #Histoire locale

Un journaliste me demandait si la java du pétrole, la chanson de Léon Fumière, était une invention humoristique ou s'inspirait d'un fait réel.

Il s'agit bien d'un fait réel et je m'en souviens moi aussi.

En juillet 1963, la Compagnie des pétroles du sud-est parisien,agissant pour le compte du groupe Shell qui avait identifié une zone d'intérêt pétrolier, installe rue des Rocquelles un dérick de 44 mètres pour entreprendre un forage qui descendra jusque 5000 mètres.

Après un an de tests, le forage est abandonné, non sans avoir fourni des informations d'ordre géologique et non sans avoir marqué les esprits.

La java de Marpent, écrite par Celmar et Sylvain Plennevaux, et composée par ce dernier et Marc Arnould, figure sur un 45 tours du jeumontois Léon Fumière, dit Chandor, enregistré aux Editions Bekar à Binche.

La Fête du moulin a mis à l'honneur ce morceau de musique lors du spectacle Sons et Lumière en 2007.

Des informations plus détaillées figurent dans le livre de notre ami marpentois André HUART consacrée à l'Histoire de Marpent (s'adresser à l'auteur).

Lire la suite

Philippe LAMOUR, un landrecien hors du commun

3 Mars 2010 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #Histoire locale

Rares hélas sont les sambriens qui ont entendu parler de Philippe LAMOUR, un grand bonhomme de chez nous, à l’itinéraire particulièrement intéressant et dont plusieurs établissements scolaires portent le nom dans le sud de la France.

 

Philippe LAMOUR est né à Landrecies où il passe son enfance avant de recevoir une formation chez les religieux en Belgique.

Après la première guerre mondiale, sa famille s’installe à Paris où il mène des études de droit.

Etudiant brillant, il est inscrit au barreau à vingt ans et s’occupe des dossiers de dommages de guerre où, déjà, il se fait remarquer pour la qualité de sa plume.

 

Le pouvoir aux producteurs !

 

Le jeune étudiant en droit écrit dans de nombreuses revues, de toute tendance, et s’engage en 1926 dans le Réseau de Georges Valois, mouvement à la fois nationaliste et socialiste qui dénonce l’incapacité des dirigeants et réclame le pouvoir pour ceux qui travaillent.

 

Concilier jacobinisme et girondisme

 
Philippe LAMOUR va révéler ses talents d’orateur et d’organisateur au sein de cette organisation dont il dirige le secteur Ile de France et qui, même si elle disparaît dès 1928, va marquer durablement ses conceptions en matière d’aménagement du territoire.

Philippe LAMOUR rêve d’un Etat fort (Proudhon se retourne dans sa tombe !) dont le pouvoir serait confié à ceux qui produisent comme il s’en explique dans son ouvrage « la République des producteurs ».

Méfiant à l’égard des partis politiques (comme je le comprends), refusant l’affrontement stérile droite/gauche (tiens, un précurseur !), il s’affiche antiparlementaire et décentralisateur (Proudhon est apaisé !) tout en gardant une grande confiance dans l’Etat dont il croit en la capacité, grâce à l’aménagement du territoire, à impulser des dynamiques de développement.

 

On dirait aujourd’hui qu’il n’était pas pour «  plus d’Etat » mais pour « mieux d’Etat ».

 

Mélange subtil de jacobinisme (par sa foi au pouvoir central) et de girondisme (par son souci de la décentralisation), Philippe LAMOUR prône un devoir d’intervention financière de l’Etat dans l’aménagement mais également un droit des acteurs territoriaux à concevoir et à mettre en œuvre des projets.

 

L’éloge du progrès et de la modernité planifiée

 

Fort de cette conception interventionniste de l’Etat, Lamour considère la société allemande comme un modèle, en particulier pour la politique des autoroutes.

Ce qui n’en fait pas pour autant, on le verra, un ennemi des écolos, encore moins un sympathisant du nazisme.

D’ailleurs, il participe à la traduction de « Mein Kampf » dans le but d’informer les français sur la menace que constitue le nazisme.

 

Devenu avocat, il fonde en 1931 la revue « Plans », revue financée par l’épouse de l’architecte Walter et qui prône la modernité et, pour y parvenir, la planification.

La revue traite de nombreux sujets et peut se targuer de prestigieuses signatures comme celle de Le Corbusier.

Philippe Lamour épouse Ginette, la fille des Walter.

 

Un agriculteur productiviste qui a « les tripes à gauche »

 

En dépit se son engagement aux côtés de Georges Valois et de sa considération moqueuse pour la résistance, Philippe Lamour garde « les tripes à gauche ».

Socialiste partisan d’une économie de marché, il est candidat malheureux de la coalition du Front Populaire aux élections de 1936 à Sens (Yonne) et dénonce la responsabilité du régime de Vichy.

Après la guerre, il décide de se retirer dans le Massif Central pour devenir agriculteur.

Conformément à ses idées, il s’intéresse à la modernisation de la production, ce qui l’amènera à s’engager dans le syndicalisme agricole où il deviendra le responsable national de la Confédération Générale Agricole, ancêtre de la FNSEA, et apôtre du productivisme agricole et de la mécanisation.

Son ascension fulgurante reste un mystère pour les historiens dont certains n’excluent pas un rôle dans la franc-maçonnerie.

Il rencontre même le Général de Gaulle pour le convaincre de produire du blé en masse… mais sans succès.

Sa piètre estime de Pétain, proche voisin, l’incite à quitter le massif Central pour le Gard où il va cultiver le blé, la vigne et pratiquer l’élevage.

Il sera le premier agriculteur du département à bénéficier d’un tracteur dans le cadre du Plan Marchall.

Il participe à la riziculture en Camargue où, là encore, il devient Président… du syndicat des riziculteurs.

 

L’aménageur du Languedoc

 

Dès 1946, il rencontre Jean Monet avec qui il travaille à l’élaboration du premier Plan d’aménagement du Languedoc.

C’est à cette période qu’il découvre aux Etats-Unis l’aménagement de la vallée de la Tennessee qui révèle qu’une politique publique de l’eau fluviale peut permettre à une région de se développer.

Ce voyage le conforte dans sa philosophie planificatrice et, devenu conseiller du Préfet de Nîmes (décidément, il sait se placer ce Lamour !), s’en inspire pour concevoir le grand rêve des romains de captation de l’eau du Rhône pour irriguer et électrifier le Languedoc et, secondairement, développer un tourisme sur le littoral.

Pierre Mendes-France, Président du Conseil, signe le décret le jour de sa démission, sur le capot de sa voiture !

Devenu Président de la Compagnie du Bas-Rhône Languedoc (dont le siège est un immeuble de 20 étages, encore un signe de modernité !), Philippe Lamour se lance dans son projet dont il admettra plus tard qu’il n’était pas un modèle du genre (ouf !).

Les agriculteurs locaux boudent le projet et se méfient de l’eau qui reste chère et dont ils ne veulent pas se retrouver tributaires.

Les rapatriés d’Algérie et les investisseurs touristiques saisissent l’opportunité.
Les premiers pour développer le maraîchage et l’arboriculture, les seconds pour créer les stations balnéaires de la Grande Motte et du Cap d’Adge.

Jusque-là, notre aménageur n’a rien de très sympathique.
On pourrait même dire, qu’enivré par ses rêves d’aménageur technocratique, il endosse la responsabilité du bétonnage d’une partie du littoral français.

Heureusement, Philippe Lamour va évoluer et la dernière partie de sa vie est sans conteste celle qui fait émerger de la sympathie.

 

Lamour de la nature : La révolution de la qualité

 

Le succès mitigé de l’aventure languedocienne l’amène reconsidérer ses schémas de pensée au profit d’un environnement conçu non plus au service du rendement mais au service de l’homme.
Le champion du productivisme va ainsi engager un autre combat, celui de la qualité, par exemple en créant l’appellation «  vin délimité de qualité supérieure » (VDQS… vous comprendrez pourquoi je ne peux oublier Philippe Lamour), intermédiaire entre le vin ordinaire et l’appellation contrôlée AOC.

Puis, il lance le premier li’dée de baliser les sentiers de Grande Randonnée.
C’est encore lui qui est à l’origine des Parcs Naturels Régionaux.

C’est lui encore qui invente le concept de « station-village de montage », en réaction contre les stations intégrées comme les Arcs ou Tignes, où l’on fait la queue comme dans les supermarchés et aux mains de quelques requins de la promotion immobilière.

 

La création de la DATAR

 

Philippe Lamour accède aux plus hautes fonctions lorsqu’il est nommé Président du Conseil Supérieur de la Construction, organisme créé par Pierre Sudreau.
Au travers de ce poste, il met en œuvre le Plan d’Aménagement du Territoire de 1962 et participe en 1963 à la création de la Délégation à l’Aménagement du Territoire et à l’Action Régionale (DATAR) – devenu depuis la DIACT, compétitivité des territoires, libéralisme oblige) – où il restera jusqu’en 1974.

 

 

Elu maire de Ceillac, il consacre la fin de sa vie à la défense du remembrement et sera Président (eh oui, un accroc du pouvoir !) de l’Association Nationale de l’Aménagement Foncier Agricole et Rural.

Auteur de nombreux ouvrages, esprit inclassable (comme je les aime) non-conformiste (c’est son côté sympa) et d’apparente contradiction (c’est cela aussi le non dogmatisme), Philippe Lamour a raconté sa vie dans son livre « le cadran solaire », récompensé par le Prix des Maisons de la Presse.

 

Considéré comme le père de l’aménagement du territoire en France, il décède en 1992.

 

Un landrecien dont la vallée sambrienne a peut-être oublié le nom mais dont l’existence mérite qu’il soit davantage connu localement.

Lire la suite