Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Jean-Marie Allain

Des murs qui nous en font voir de toutes les couleurs

23 Juin 2021 , Rédigé par Jean-Marie Allain

J’ai soulevé récemment au conseil communautaire le problème qu’allait poser l’article du PLUI sur le traitement des façades au regard de la montée en puissance des demandes d’isolation thermique par l’extérieur, souvent subventionnées à 100 % avec les certificats d’économie d’énergie.

En effet, dans le PLUI, «  l’enduit ou la peinture sont autorisés, à l’exception des façades des constructions à caractère traditionnel composées de matériaux apparents (briques et/ou pierre) ».

En d’autres termes, sont interdits enduit et peinture sur briques ou pierre.

Ainsi, le PLUI n’évoque aucunement l’interdiction de la pose de panneaux dédiés à l’isolation thermique par l’extérieur, fut-ce sur de la brique ou de la pierre, laissant au maire le libre choix d’apprécier l’opportunité de ce type de revêtement.

C’est en tout cas la lecture que j’en fais.

Le dossier qui m’a été présenté aujourd’hui est un exemple intéressant : pose de panneaux d’isolation sur mur de briques dans un quartier de 60 maisons aux façades majoritairement en briques !

 

L’esthète pourrait être surpris, voire choqué que le maire signe favorablement la demande mais je le fais sur la base de plusieurs éléments :

  1. Le PLU ne l’interdit pas

  2. Il existe déjà dans le quartier des précédents (dont une façade en briques remise en peinture blanche et une autre revêtue d’une fausse brique dénotant sur les habitations voisines, ces deux réalisations s’étant faites sans autorisation avant mon arrivée en mairie)

  3. La commune envisage l’an prochain de mettre en place un programme de ravalement de façades en encouragent nos habitants à donner de la couleur et de la gaieté à des rues trop souvent grisâtres et mornes.

Je ne sais pas comment l’Etat ou l’Agglomération interprèteront ma décision.

L’Etat compte en effet, parmi ses nombreux serviteurs, des fonctionnaires qui pourraient contester une forme d’excès de pouvoir. Mais la constitutionnalisation de la Charte de l'environnement donne à celle-ci une portée normative.

Encore récemment (décision N°2019-823 du 31 janvier 2020), le Conseil Constitutionnel, à partir du préambule de la Charte, a dégagé un objectif de valeur constitutionnelle de protection de l’environnement.

L’isolation thermique des façades a bien pour objectif de réduire le rejet des gaz à effet de serre et donc de protéger l’environnement.

Au-delà du débat technique sur la plus grande efficacité d’une méthode par rapport à l’autre (isolation par l’extérieur ou l’intérieur), force est de constater que les dispositifs publics (Etat / Europe) encouragent les particuliers à faire de l’isolation de façades à bas prix pour l’habitant (notamment pour les plus modestes d’entre eux) mais se heurtent à une réglementation locale d’urbanisme elle-même sous contrôle de l’Etat puisque le Préfet a le pouvoir d’accepter ou non un PLU.

Nul doute que le sujet deviendra bientôt crucial et qu’il vaut mieux s’y préparer.

Lire la suite

Revoir la carte des zones inondables

12 Juin 2021 , Rédigé par Jean-Marie Allain

L’Etat incite fortement les communes à recentrer  leur développent sur la patrie urbanisée de leur territoire, ce dont Marpent peut se prévaloir en ayant mis en oeuvre depuis 2001, le « zéro artificialisation ».

Or, il apparaît aujourd’hui que ces exigences se heurtent de plein fouet, surtout pour les communes comme la nôtre disposant d’une faible offre foncière, aux contraintes des zones inondables dont les limites remontent parfois à plusieurs décennies.

Le PPRN (Plan de Prévention des Risques Naturels) de Marpent date de 1994 et, innovation pour le moins surprenante, les services de l’Etat, probablement animés d’un zèle sécuritaire, ont classé en zone d’ aléas forts à la fois les parcelles classées en zone rouge mais aussi les parcelles classées en zone bleue.

Un telle décision suscite aujourd’hui de graves problèmes pour garantir une urbanisation raisonnée de notre minuscule commune.

  • Des parcelles se retrouvent inconstructibles alors qu’elles ne le seraient pas si elles étaient en zone bleue (des propriétaires ont revendu leur habitation alors qu’ils souhaitent découper leur parcelle pour y construire une seconde habitation, démarche de densification que nous encouragerons !)

  • Des propriétaires se voient interdits de réaliser une piscine enterrée sur leur parcelle alors qu’ils le pourraient s’ils étaient zone bleue et envisagent donc de quitter la commune.

Ces situations démontrent la gravité de la situation et portent un préjudice au territoire sambrien pour lequel l’enjeu démographique reste essentiel.

J’ai sollicité auprès de l’Agglomération une table ronde sur ce sujet important et au cours de laquelle nous pourrions examiner les modalités d’une rencontre avec les services de l’Etat, d’une part pour réactualiser un document obsolète (le périmètres des crues centenales n’a jamais intégré la réalisation du barrage du Val Joly) et d’autre part exiger que la distinction, en termes de déclinaison réglementaire, entre la zone rouge et la zone bleue soit respectée.

Lire la suite

Réinventer le passage souterrain

8 Juin 2021 , Rédigé par Jean-Marie Allain

La rue de la place relie l’ancien centre-bourg (le quartier de la place avec son kiosque) à la rue de la mairie par un passage souterrain, créé en 1959 lors la suppression du passage à niveau.

Cette liaison piétonne singulière est très utilisée par les parents qui habitent dans le vieux-bourg ou plus au nord de la commune mais sans moyen de locomotion, pour venir en mairie, faire leurs courses ou accompagner leurs enfants au groupe scolaire ou aux activités de loisirs (médiathèque, cours de musique etc..).

Or, depuis de longues années, ce passage est devenu le point noir de la commune en termes d’images et de sentiment d’insécurité 

Le projet (dessiné par Pascal Deplanche, délégué en charge des projets ) caractéristique de par sa luminosité, son esthétisme et les garanties de sécurité, consiste à transformer ce «  passage souterrain »  en «  passage de la place », en lui donnant  toutes les apparences d’une bouche de métro, conçue dans l’esprit « art nouveau » d’Hector Guimard, et accompagner ainsi nos efforts pour requalifier le centre-bourg.

La municipalité entend par ailleurs compléter par cette opération originale la requalification du centre-bourg, engagée depuis dix ans : rénovation de la mairie, du groupe scolaire, création de la médiathèque, création d’un cabinet médical et paramédical, création d’un local commercial, sécurisation des abords de l’école etc..

Le projet, dont les travaux seront réalisés cet été, affiche son ambition de provoquer une véritable mutation de ce lieu sordide pour en faire un espace de qualité, respectueux de ses habitants et garantissant à ces derniers des conditions de confort et de sécurité qu’ils sont en droit d’attendre d’un lieu public.

Lire la suite