Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Jean-Marie Allain

Port du masque dans les mairies

24 Juillet 2020 , Rédigé par Jean-Marie Allain

C'est le décret n° 2020-860 du 10 juillet 2020 qui fixe l’ensemble des règles applicables à ce jour en matière de lutte contre l’épidémie (transports, ERP, écoles, etc.).

Pour mettre en œuvre l’obligation de porter le masque « dans les lieux clos », annoncée par le chef de l’État et le Premier ministre la semaine dernière, il fallait donc modifier ce décret. C’est l’objet du court texte publié samedi, dont la plus grande partie est consacrée aux éventuelles conditions de placement en quarantaine des personnes arrivant de pays étrangers. Une seule petite phrase concerne les masques, sans que cela saute aux yeux : « Au III de l'article 27, les mots : « et S » sont remplacés par les mots : « S, M et, à l'exception des bureaux, W ».
Explication : l’article 27 du décret du 10 juillet est relatif aux règles régissant les ERP (établissements recevant du public). Dans sa version initiale, il prescrit le port du masque obligatoire dans sept types d’ERP : L, X, PA, V, Y et S, c’est-à-dire : salles d’audition, de spectacle, de conférence, cinémas, salle polyvalentes (L) ; établissements sportifs clos, patinoires, manèges, piscines couvertes (X) ; établissements de plein air (PA) ; lieux de culte (V) ; musées (Y) ; et bibliothèques (S). 
Le décret de samedi ajoute donc à ces lieux où le port du masque est obligatoire : les « magasins et centres commerciaux » (M) et les « administrations et banques » (type W sauf les bureaux). Il est donc notamment à retenir que le masque est désormais obligatoire dans toutes les mairies, qui appartiennent au type W : certes mais pour quelle raison avoir attendu si longtemps ?

 

Lire la suite

Code électoral : réponse de M le Député Di Pompéo

23 Juillet 2020 , Rédigé par Jean-Marie Allain

Trois remarques

Cousolre compte plus de 1000 habitants (2270 selon l’INSEE 2017) 

Il n’y a eu qu’un seul tour à Cousolre

Il ne faut pas parler de la liste d’opposition mais d’une des deux listes d’opposition (Les listes de Brigitte HEUCLIN et d’Albert JALLAY s’opposaient à celle de Maurice BOISART).

 

Lire la suite

La satellisation des péri-urbains

21 Juillet 2020 , Rédigé par Jean-Marie Allain

 

J’ai fait le choix, en accord avec mes collègues de la majorité municipale, d’intégrer le groupe des communes indépendantes à l'Agglomération.

Ce groupe s’est vu octroyer deux postes de Vice-Président , ruralité et tourisme (contre trois dans le précédent mandat).

Je n’ai postulé, au sein de notre groupe, à aucun de ces postes, souhaitant garder le recul suffisant pour exercer en toute indépendance ma liberté de jugement (et de vote).

Je siégerai à la commission voirie - assainissement comme dans le précédent mandat.

 

La composition de l’exécutif de la communauté d’agglomération est le fruit d’un savant dosage de sensibilités politiques mais en y regardant de plus près,

on constate qu’il n’en est pas de même en ce qui concerne la représentation entre les strates démographiques.

 

L’Agglomération compte :

 

  •  7 villes (communes de plus de 5000 habitants) totalisant environ 85 000 habitants et comptant 9 vice-présidents

  • 27 communes rurales (moins de 2000 habitants) totalisant environ 10 000 habitant et affichant 6 vice-présidences

  • 9 communes péri-urbaines (entre 2000 et 5000 habitants, soit Bachant , Berlaimont, Boussois, Cousolre, Leval, Marpent, Pont-sur-Sambre, Recquignies et Rousies) regroupant environ 20 000 habitants et .. aucun vice-président !

 

Plusieurs de ces communes avaient déjà dans le passé soulevé le problème de leur insuffisante prise en compte dans les politiques de l’agglomération.

 

Nul doute que la nomination de conseillers délégués parmi ces 9 communes viendra atténuer cette bizarrerie et calmer les ardeurs des évincés.

Il n’en reste pas moins que l’absence totale de ces communes péri- urbaines au sein de l’exécutif interroge.

Lire la suite

Le marquage discutable des candidats étrangers

5 Juillet 2020 , Rédigé par Jean-Marie Allain

Dans la commune de Cousolre (Nord), le maire sortant est réélu alors que la liste d’opposition comptabilise deux fois plus de suffrages.

Cette liste arithmétiquement victorieuse a tout simplement oublié de mentionner sur le bulletin de vote que deux de ses candidats étaient, belge pour l’un et allemand pour l’autre.

Les bulletins de cette liste ont donc été comptabilisés comme  nuls en vertu de l’article R117-4 du Code électoral qui stipule que dans les communes de 1 000 habitants et plus, les bulletins de vote doivent comporter pour tout candidat ressortissant d'un Etat membre de l'Union européenne autre que la France, l'indication de sa nationalité

Le Tribunal administratif, puisqu’il y a eu recours, appréciera si cet oubli est plus grave que les manquements formulés par la liste d’opposition à l’encontre de la liste du maire sortant.

Mais ce qui laisse perplexe dans cette histoire, c’est le fait d’imposer à un contribuable éligible l’obligation d’indiquer sa nationalité sur le bulletin de vote… et pourquoi pas un badge sur le veston tant qu’on y est ?

Ces contribuables ne sont pas des citoyens nationaux mais sont des citoyens à part entière dans la cité (puisqu’ils peuvent y voter et s’y faire élire)  et il n’y a aucune raison de leur infliger ce « marquage » distinctif si ce n’est pour les désigner aux yeux des électrices et des électeurs comme «  les étrangers » de la liste.

Il faut rapidement abroger cet article absurde du Code électoral.

 

                                                         

Lire la suite