Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Jean-Marie Allain
Articles récents

Désert médical la Sambre ?

3 Novembre 2014 , Rédigé par Jean-Marie Allain

Désert Médical la Sambre ?

Pas partout.

Regardez la zone franche ! une hyper-concentration de professions médicales et para-médicales.

La zone franche a contribué au désert médical.

Pour notre consolation, relisons Yvan Illich.

Némésis médicale

Némésis médicale  (sur site des décroisseurs berrichons)

 

L'expropriation de la santé

Dans cet essai, écrit en 1975, Ivan Illich décrit comment l'entreprise médicale s'est imposée comme un incontournable dans notre société. Pour lui, la critique de la médicalisation et du système dans lequel elle s'impose n'est qu'un exemple parmi d'autres de l'institution industrielle. Néanmoins, le sujet de la médecine et donc de la santé est en lui même un sujet beaucoup plus sensible que la réflexion sur d'autres systèmes comme par exemple l'éducation ou les transports.

 Tout d'abord, Illich fait tomber quelques "mythes" qui lui font dire que "l'entreprise médicale est devenue un danger majeur :

 1. Les sociétés nanties d'un système médical très coûteux sont impuissantes à augmenter l'espérance de vie, sauf dans la période prénatale.

 2. L'ensemble des actes médicaux est impuissant a réduire la morbidité globale.

 3. Les actes médicaux et les programmes d'action sanitaire sont devenus les sources d'une nouvelle maladie : la maladie iatrogène. C'est-à-dire toutes les conséquences néfastes engendrées par les soins professionnels dans leur ensemble. Cela constitue pour Illich l'épidémie la plus importante qui soit et cependant la moins reconnue.

 4. Les mesures prises pour neutraliser la maladie iatrogène continueront à avoir un effet paradoxal, elles rendront cette maladie médicalement incurable encore plus insidieuse.

 Toutes ces affirmations sont démontrées point par point avec un usage très important d'articles scientifiques et de références variées. Pour chaque grande maladie qui a touché l'Europe, il montre que la médecine s'est fait la réputation d'avoir résolu ces fléaux alors que celle-ci est non fondée. L'exemple de la tuberculose est frappant. Il a fallu en effet attendre la seconde guerre mondiale pour qu'il y ait enfin une étiologie de cette maladie. A cette époque, la mortalité dûe a cette maladie avait déjà énormément chuté. Ainsi, sans action médicale mais une amélioration du mode de vie et l'hygiène, cette maladie avait reculé.

 Ensuite, Illich aborde la « iatrogenèse sociale ». Le rapport de l'individu par rapport à sa santé a profondément changé depuis un demi-siècle. La déresponsabilisation de l'individu devenu patient est totale. Il n'est d'ailleurs pas censé avoir la capacité de recouvrer la santé de lui-même. Les savoirs traditionnels ont été ridiculisés par la médecine moderne. L'individu est ainsi entièrement dépendant et désarmé face aux techniques mythifiées de la médecine. D'un autre côté, à présent, celle ci fait partie intégrante de la culture populaire : le fait que les gens aient besoins de soins médicaux de routine tout simplement parce qu'ils sont en gestation, ou ont tel âge, etc. On en arrive à une consommation thérapeutique quasi permanente.

 Le propos d'Illich n'est pas de rejeter toutes les pratiques médicales. Il prend en effet bien soin de souligner qu'une énorme majorité des diagnostics et des interventions thérapeutiques qui, statistiquement, servent plus le patient qu'ils ne lui nuisent ont en commun deux caractéristiques : ils sont peu coûteux, et peuvent être aisément appliqués de façon autonome au sein de la cellule familiale.

 Cette remarque est la principale solution donnée par Illich pour sortir du système morbide dans lequel nous sommes à présent.

Lire la suite

Taux d'équipement, gage d'attractivité ?

29 Octobre 2014 , Rédigé par Jean-Marie Allain

Le niveau d’équipement détermine t - il l’attractivité d’un territoire ?

C’est ce qu’affirme l’expert en finances locales, interrogé par la presse locale, suite au rapport de la Chambre régionale des comptes sur l’agglomération.

Oui sans aucun doute, mais pas de manière aussi mécanique et simpliste qu’il l'entend.

L’attractivité d’un territoire résulte d’un faisceau de facteurs au rang desquels on trouve le niveau d’équipement mais pas seulement , loin de là.

Ce n’est d’ailleurs pas là un sujet de finances locales mais d’aménagement du territoire (c’est l’ancien professeur des universités, en charge de l’aménagement du territoire qui parle !)

Exemple concret : la commune de Marpent propose une infrastructure sportive très moyenne : une salle de sports bas de gamme et deux terrains de football qui ne nous permettent même pas d’accueillir un match de coupe de France.
Or, le club compte 260 licenciés, contre un peu moins à Jeumont et 467 à Maubeuge.

En France, on compte environ 30 licenciés pour 1000 habitants.

Cela donne 14 pour Maubeuge, 25 pour 1000 à Jeumont …. Et   96  pour

1000 à Marpent !!

Si l’on avait le ratio  national (30 pour 1000), nous aurions 80 licenciés et non 260 !

On pourrait faire le même exercice sur le plan musical : une harmonie de 70 musiciens dans notre village, dans des locaux plutôt vétustes... plus rien à Jeumont malgré la brillance des locaux de la gare numérique.

L’attractivité n’est donc pas seulement liée au niveau d’équipement.

Elle est aussi influencée par les tarifs, les plages d’ouverture, le profil de la population et surtout  la qualité managériale au même titre qu’il est démontré depuis des lustres que cette qualité managériale de la gouvernance est le premier atout de l’attractivité d’un territoire.

Lire la suite

Le spécialiste financier et la grenouille

28 Octobre 2014 , Rédigé par Jean-Marie Allain

Le spécialiste en finances locales qui dresse, dans la presse locale et de manière anonyme, un tableau louangeur des finances de l’agglomération, n’est pas convaincant, c’est le moins qu’on puisse dire.

Son témoignage est tellement peu objectif qu’il en perd tout intérêt et prête même au ridicule.

En investissement, ils ont fait le choix d’un programme ambitieux, au regard du rattrapage nécessaire en matière de taux d’équipement, pour maintenir une activité économique et agir sur le taux de chômage, pour maintenir la population et éviter un exode, compte tenu du manque d’attractivité et d’image du Maubeugeois. Pour toutes ces raisons, les élus ont engagé l’agglomération dans une démarche dynamique.

Ces affirmations ne sont étayées par aucune donnée.

De quel  équipement parle notre éminence grise ? Quel est le taux de référence ?

Il laisse entendre qu’on engage des investissements d’infrastructure pour faire baisser le taux de chômage ! Avec ce type de raisonnement, on fait trois contournements autour de Maubeuge et on construit trois centres aquatiques.

L’expert fantôme ne se pose pas la question des raisons qui font qu’un territoire est attractif, si ce n’est en multipliant les équipements….quitte à ce qu’ils fonctionnent à 20 % de leur capacité !

Et comme les sottises volent toujours en escadrille, il continue :

Cette politique a évidemment un coût. Il se traduit sur la capacité de désendettement dont le niveau atteint douze ans. Ce ratio est effectivement élevé, mais il traduit les mesures ambitieuses mises en œuvre. (…)

L’ambition n’a pas de prix voyons !

Notre spécialiste n’habite probablement pas le territoire et justifie les pulsions dépensières et le niveau d’endettement par l’ambition.
Il me fait penser à un cadre qui se serait endetté jusqu’au coup en objets ostentatoires et qui justifierait son insouciance par son ambition de paraître pour rester dans le club des gagnants.

Avec ce corollaire que les effets ne seront visibles que dans quelques années, alors que la capacité de désendettement soulignée par la CRC se fige au moment de l’analyse. »

En d’autres termes, pas de panique, le désendettement  est en marche… à condition de ne plus faire de gros investissements, ce que paraît osé tant il est vrai que des besoins peuvent apparaître dans les années qui viennent.

« Sur le soutien aux communes, je dirais qu’elles ont eu la chance d’avoir eu des élus communautaires soucieux de l’état des finances des communes membres, en impactant au minimum le transfert des compétences. »

L’homme invisible oublie cependant de préciser que cette préoccupation  n’a concerné que les grosses communes (pour les piscines et la gare numérique), renforçant l’inégalité de traitement entre communes et creusant un peu plus les inégalités, ce que souligne parfaitement la Chambre Régionale des Comptes.

« Sur la masse salariale, la CRC pointe une forte hausse. C’est vrai dans l’absolu. Cela s’explique par la prise de compétences budgétivores comme la voirie, l’assainissement, le SDIS et les piscines.

Il affirme ainsi que le budget voirie est « budgétivore ».

Pourtant, c’est bien l’argument inverse qui a été avancé pour justifier le transfert de compétence : « transférez et cela coûtera moins cher ! ».

Il oublie également de préciser que le transfert de personnel s’accompagne d’un alignement par le haut des conditions de travail. Et quand on connait la générosité de certaines communes à l’égard des primes et des congés, cela plombe l’addition finale.

Résultat : la voirie coûte trois millions d’euros en plus que prévu par an.

 Néanmoins, il s’agit de compétences à forte valeur ajoutée de services au public, ce qui est là aussi un vrai choix politique que je n’ai pas à commenter.

Sauf que le faucardage des fossés a été diminué par trois et que pour le reste, si cela fonctionne, on cherche encore la valeur ajoutée par rapport à ce que se faisait antérieurement.

A contrario, sur la masse salariale, l’analyse relative montre que le taux de 20 % du fonctionnement est faible, en dessous de la masse salariale dans d’autres agglos. D’où la nécessité d’opérer une analyse financière relative et non absolue.

Au moins sur ce point on est d’accord.
On ne peut comparer qu’en fonction du même niveau de compétence et encore. A niveau de compétence équivalent, le caractère rural ou urbain peut fortement influer sur les charges.

Enfin, les communautés d’agglos exercent des compétences parfois complexes comme la politique de la ville, la gestion des aides à la pierre, l’expertise en finances… Pour ces raisons, elles doivent se doter d’une ingénierie de qualité et compétente qui a un certain prix ! »

On hallucine !

L’expertise financière est inexistante à l’agglo, il n’y a aucun contrôleur de gestion et toutes les analyses financières sont sous-traitées à des cabinets.

Notre analyste, qui lui au moins a le sens de la responsabilité alimentaire, se positionne !

Mais alors, j’entends déjà des sarcasmes  : « pourquoi ne pas avoir quitté le bateau plus tôt ? »

L’allégorie de la grenouille donne des éléments de réponse à cette question, somme toute pertinente.

Imaginez une marmite remplie d’eau froide dans laquelle nage tranquillement une grenouille. Le feu est allumé sous la marmite, l’eau chauffe doucement, devient tiède. La grenouille trouve cela plutôt agréable et continue à nager.

Puis, l’eau devient vraiment chaude. La grenouille commence à trouver cela désagréable mais elle s’est affaiblie, supporte dans une semi-léthargie et meurt à petit feu.

Mais si la même grenouille avait été plongée directement dans une marmite à 50 degrés, elle aurait donné le coup de patte adéquat qui l’aurait éjectée sitôt de la marmite.

Lire la suite

Parc zoologique : savez-vous qu'il y avait un plan B ?

25 Octobre 2014 , Rédigé par Jean-Marie Allain

L’abandon du projet d’extension du parc zoologique de Maubeuge n’est pas sans me faire penser au projet de la Porte de France à Jeumont il y a quelques décennies.

Initialement, les deux idées étaient bonnes.

Et tout se serait bien déroulé si à Jeumont il n’y avait pas eu des malversations, et si à Maubeuge le projet n’était pas tombé dans la spirale des grandeurs.

Pourtant, il existait bel et bien un autre projet de développement du zoo, concocté par moi-même dans les années 97 /98, à mon initiative et avec ma casquette de chargé d’études à l’agence d’urbanisme.

Ce projet, intitulé « Anima-Parc », visait à faire du zoo un moteur pour le centre-ville et se décomposait en trois tranches, sans extension du site actuel.

La première tranche concernait la fosse, aménagée en savane africaine, et  que le visiteur découvrait en empruntant une passerelle.

La seconde tranche visait à conforter l’ambiance montagnarde du bastion en installant, autour d’un chalet savoyard, des espèces rustiques type ovins écossais (avec les clochettes, c’est plus sympathique).

Le bastion était desservi par un ascenseur (profitant de mes vacances d’hiver, je m’étais rendu sur le site de Poma-Otis à Grenoble pour voir le fabricant).

Enfin, pour la partie qui se trouve au niveau de la mairie, et dans la perspective de recréer des animations animalières, j’avais consulté les principaux cirques français.

Le patron de Médrano, Raoul Gibault, originaire du Nord, est emballé par ma démarche et me fait venir à Brest où le cirque était en tournée pour discuter du projet et me propose de créer, dans la tradition du Nord, un « cirque stable » comme il en existe un place Poterne à Valenciennes.

Médrano, qui fait ses tournées l’hiver, prépare ses numéros l’été à Valence et se proposait de répéter tous ses numéros à Maubeuge en ouvrant aux visiteurs ses spectacles de «  chorégraphie animalière ».

Après l’accueil chaleureux chez Médrano, je travaille avec enthousiasme sur le projet d’ Anima Parc, esquisses d’un de mes collègues et estimations financières à l’appui.

On arrive à 1,5 million d’euros (10 millions de francs à l’époque) , finançables à 50 % par l’Europe au titre des crédits Objectifs 1.

Raoul Gibault, qui est également intéressé pour s’impliquer dans la gestion du zoo, vient sur place, je le reçois mais seul le directeur du cabinet de Jean-Claude Decagny, maire de Maubeuge à l’époque, est présent.

En matière de portage politique, on fait mieux.

La municipalité change.

L’équipe de Rémi Pauvros prend connaissance du dossier mais, le trouvant probablement insuffisamment ambitieux, part sur le projet que l’on sait, dix fois plus coûteux, consommateur d’espace et finalement politiquement suicidaire.

Le projet d’Anima-Parc ressortira peut-être un jour des cartons.

Lire la suite

Les poubelles doivent-elles rester en odeur de sainteté ?

24 Octobre 2014 , Rédigé par Jean-Marie Allain

trpttoir-poubelle.JPGAu début du précédent mandat, j’avais fait part à la commission environnement de l’agglomération des problème que posait la collecte des bacs poubelles : problème d’esthétique, problème d’odeurs, problème de coût pour la collectivité (en achat et en maintenance des bacs), problème de temps pour les éboueurs, problème de manipulation pour les personnes âgées (sans parler des personnes en fauteuil roulant), et surtout encombrement des trottoirs posant des problèmes d’accessibilité pour les piétons

 

Suite à la loi n°2005-102 du 11 février 2005 pour l’égalité des droits, le décret n° 2006-1658 du 21 décembre 2006 relatif aux prescriptions techniques pour l'accessibilité de la voirie et des espaces public rappelle que

 « Le profil en travers a une largeur suffisante et dégagée de tout obstacle pour permettre le cheminement des piétons

en sécurité »

Comme l’écrit le CERTU, « la rédaction de ce texte présuppose la permanence de l’accès, ce qui implique que le maire doit prendre les dispositions nécessaires pour que les bacs à ordures ménagères et autres conteneurs ne forment pas obstacle à ce cheminement.

A défaut, cette carence serait susceptible, en cas de dommage, d’engager la responsabilité de la commune au nom de laquelle le maire aurait dû agir.

Il ne faut pas non plus oublier que le déposant de la poubelle ou récipient similaire est également responsable de celle-ci et des

dommages qu’elle pourrait causer une fois déposée sur le domaine public routier, au titre de responsabilité sans faute pour garde de la chose (C. civil, art. 1384 al. 1er) ».

 

Il suffit d’aller se promener en Belgique pour découvrir que la collecte des déchets ne passe pas forcément par la case «bacs poubelles».

Certaines communes, notamment dans le Gers, ont bien compris et, après avoir expérimenté la collecte par bacs poubelles, sont revenues aux bons vieux sacs biodégradables.

Par ailleurs, des points d’apport sélectif dans les quartiers peuvent permettre aux habitants d’aller déposer cartons, verre et autres matières recyclables.

L’abandon des poubelles serait un fardeau financier allégé de plusieurs millions d’euros pour l’agglomération, couplé avec une amélioration du service puisque les trottoirs seraient rendus aux piétons.

Si cela ne se fait pas localement, et pour reprendre une expression utilisée par Jean Kersvadoué, économiste de la santé, « ce n’est pas parce que c’est techniquement infaisable » mais parce que c’est à ce jour « culturellement impensable » pour des responsables politiques incapables de remettre en débat des choix qui ont pu avoir un sens à une époque mais qui n’en ont plus aujourd’hui.

Lire la suite

Bientôt une ligne directe Maubeuge - Liessies ?

17 Octobre 2014 , Rédigé par Jean-Marie Allain

La transformation du sanatorium de Liessies en hôpital de convalescence m’a  toujours laissé songeur, tant l’emplacement de ce superbe équipement à proximité du lac du Val Joly pouvait laisser penser qu’il était possible d’y développer un projet touristique.

Mais les hautes sphères administratives en ont décidé autrement, nonobstant d’un côté la distance entre l’hôpital et les grandes villes de l’arrondissement et de l’autre la piètre desserte en transport en commun.

Si vous avez un proche en convalescence à Liessies, mieux vaut avoir une automobile et ne pas craindre de remplir le réservoir.

D’où cette idée qui fut la mienne, il y a une quarantaine d’années, d’affréter une desserte de l’équipement en autocar.

C’est à cette époque que je découvris la lourdeur du régime d’autorisation de ligne.

Car ne crée pas une ligne d’autorsar qui veut.

En l’occurrence, nous sommes ici dans la desserte interurbaine, compétence du Conseil général, qui octroie le droit d’exploiter une ligne définie par lui dans le cadre d’un appel d’offres, au même titre qu’une agglomération monopolise la même prérogative sur son périmètre de transport urbain (ou la délègue à un Syndicat Mixte), obligeant une commune qui organise un transport scolaire à obtenir une délégation de son intercommunalité.

Marpent a suivi à l’époque cette procédure et a dû communiquer à la Préfecture copie de la convention avec en annexe l’ensemble des arrêts du parcours.

Aujourd’hui, notre Ministre de l’économie, Emmanuel Macron, veut « libérer » le transport en autocar et l’on ne peut que s’en réjouir car il y a la place dans notre arrondissement pour des offres alternatives comme une ligne directe entre Maubeuge et l’hôpital départemental, éventuellement prolongée jusqu’à la base du Val Joly.

Cette desserte, assurée aujourd’hui dans le cadre des lignes interurbaines, est certes très accessible (un euro si mes souvenirs sont exacts) mais coûteuse en argent public et lourde compte-tenu du nombre d’arrêts sur le  parcours.

Lire la suite

Que les gros salaires lèvent la main...

10 Octobre 2014 , Rédigé par Jean-Marie Allain

Lorsque je suis intervenu au conseil Communautaire, pour dénoncer les dérives salariales de certaines associations, je me suis bien gardé de citer une structure.

J’estime devoir soulever le problème sans montrer du doigt qui que ce soit.

Le Préfet a les éléments, à charge pour lui de faire enquêter pour vérifier si, pour certains salaires, il y a bien proportionnalité avec le service rendu.

La Voix du Nord a récemment pointé l’Agence de Développement et d’Urbanisme et sollicitait pour cet article le montant de mon salaire lorsque j’étais directeur de cet organisme.

Répondre au journaliste, c’était à la fois conforter ses suppositions et laisse entendre que j’aurais nommé cette association, ce qui n’était pas le cas.

Je laisse la responsabilité de cette désignation à la presse.

Je n’ai donc pas répondu à la demande du journaliste uniquement pour cette raison et non par refus de la transparence salariale (mon salaire brut  en fin de carrière était de 4676,90 €).

Je souhaite maintenant compléter  les propos de Mme Mathigello  parus dans la presse.

Dire que les membres d’un conseil d’administration sont solidaires de la décision de la Présidente, c’est un peu fort de café puisque les administrateurs ne disposent, au travers des documents remis en séance, que des données budgétaires, pas du détail des salaires.

Mme Mathigello estime que ce n’est pas le problème du maire de Marpent.

Elle oublie que les élus siégeant au conseil communautaire votent  les subventions octroyées aux associations et , à ce titre, ont une légitimité pour soulever des problèmes de même d’ailleurs que le simple citoyen sambrien qui a droit de regard sur la destination de l’argent public et l’usage qui en fait.

Lire la suite

Suites de gaz

21 Septembre 2014 , Rédigé par Jean-Marie Allain

L’agglo a donc organisé une réunion avec l’UGAP dans la perspective du 1 er janvier 2015.

Curieusement, aucun élu n’a présidé cette réunion sur le gaz, pourtant compétence de l’agglomération qui, il est vrai, n’a pas désigné un vice-président à l’énergie, à l’inverse des autres grandes intercommunalités.

L’UGAP est un établissement public qui a déjà lancé une première vague d’achat groupé pour près de 1800 bénéficiaires.

Ici, (pour les retardataires en quelque sorte), il s’agit donc de préparer une seconde vague.

Avantage pour la commune : elle ne s’occupe de rien, la consultation est organisée par l’UGAP qui se rémunère à hauteur de 0,8% du montant de la facture.

Inconvénients :

  • Les prix négociés sont révisés tous les trois mois (règle obligatoire pour les  marchés publics de cette importance) alors que nous avons, au niveau communal, un engagement de prix sur trois et quatre ans.

  • Il est vrai qu’au vu des volumes (des milliards de Kwh), les fournisseurs peuvent difficilement prendre le risque de s’engager sur des tarifs plus attractifs que lorsqu’il s’agit de volumes moindres.

     

  • La mise en œuvre, compte-tenu des délais de la procédure, ne pourra se faire avant juillet 2015, ce qui laisse une période d’incertitude sur les prix durant six mois.

     

Les élus de Marpent se réuniront sous quinzaine  pour prendre une décision.

Lire la suite

Zoo de Maubeuge : peut mieux faire

21 Septembre 2014 , Rédigé par Jean-Marie Allain

Pour les journées du patrimoine, vous invitez des amis à venir visiter le zoo de Maubeuge.

Surprise à l’entrée : c’est gratuit pour les maubeugeois (normal) mais plein tarif pour les extérieurs.

Ce contraste choque les visiteurs et, en termes de communication, il est catastrophique.

Il est de tradition, pour les journées du patrimoine, de faire un tarif spécial pour les visiteurs partout en France.

Lire la suite

Les corbeaux sont de retour

21 Septembre 2014 , Rédigé par Jean-Marie Allain

Notre société de chasse a constaté cette année, douceur du climat oblige, un accroissement considérable de corvidés et a mené, en lien avec la Fédération de chasse, une campagne de destruction : plus de 300 corbeaux.

Comme le maire  signe l’arrêté municipal pour autoriser la campagne de tirs, je ne suis pas sans m’interroger à chaque fois sur ce dilemme : a- t-on le droit de détruire un animal lorsqu’on considère qu’il n’existe pas d’espèce nuisible et que, de surcroît, le corbeau freux n’est plus aujourd’hui classé parmi les nuisibles ?

Je suis en effet de ceux qui rejettent cette notion d’ « espèce nuisible » et approuve par conséquent le statut protégé de cet oiseau, nettement plus intelligent que ce que La Fontaine a pu laisser croire et  par ailleurs utile dans sa fonction que je qualifie, d’éboueur du ciel.

Pourquoi dans ces conditions signer les arrêtés de destruction ?

Tout simplement  parce qu’une espèce qui n’est pas nuisible en soi peut le devenir sous l’effet du nombre.

Les écologistes eux-mêmes, dont les plus radicaux pourraient s’effaroucher d’une telle mesure, adoptent pourtant avec raison  le même type de raisonnement en ce qui concerne l’espèce humaine.

Ils considèrent que l’homme devient un prédateur de la planète sous l’effet du nombre et, pour cette raison, ont toujours prôné le malthusianisme, seule garantie de ne pas aggraver la famine, la guerre, la surconsommation d’énergie et surtout l’empreinte écologique.

Ce que je veux souligner au travers de cette réflexion, c’est que bon nombre d’écologistes manquent de cohérence lorsqu’ils intègrent mentalement la nécessité de réguler la démographie de l’espèce humaine (posture que je défends) mais réfutent toute régulation de l’espèce animale.

Certes, la régulation de l’espèce humaine est moins brutale puisqu’elle passe essentiellement par la contraception (encore que pas forcément écologique en ce qui concerne la pilule contraceptive) et non par la destruction.

Mais l’homme n’a pas beaucoup de moyens pour réguler  en amont la prolifération de certaines espèces.

Et le corbeau, contrairement à d’autres espèces ne dispose pas de règles propres qui en limitent la reproduction (ils ne se crèvent pas les yeux entre eux dit le proverbe).

Il faut donc se résoudre à valider ces campagnes de destruction de corvidés si on veut réguler leur population.

Comme quoi,  une banale histoire de corbeaux peut renvoyer à un véritable questionnement philosophique, celui-ci me rappelant un exposé que Pierre Bourdieu avait fait à Arras en 1974 :

« Un des objets les plus importants de la sociologie de la connaissance serait la hiérarchie des objets de recherche : un des biais par lesquels s’exercent les censures sociales est précisément cette hiérarchie des objets considérés comme dignes ou indignes d’être étudiés. C’est un des très vieux thèmes de la tradition philosophique, et pourtant la vieille leçon de Parménide selon laquelle il y a des Idées de toute chose, y compris de la crasse et du poil - (j’aurais envie de rajouter « et des plumes ! ») - a été très peu entendue par les philosophes qui sont en général les premières victimes de cette définition sociale de la hiérarchie des objets ».  (« Choses dites » / Ed de Minuit)

 

Lire la suite