Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Jean-Marie Allain

Articles récents

C'est quoi un revenu illégitime ?

26 Octobre 2010 , Rédigé par Jean-Marie Allain


Maurice Allais, Prix Nobel d’économie en 1988 et qui vient de disparaître, considérait que le résultat du marché doit être corrigé par la justice sociale et une redistribution automatique des revenus illégitimes.

Toute la question est de savoir ce que l’on entend par revenu illégitime.

Pour Allais, les revenus tirés des biens immobiliers sont illégitimes dans la mesure où leur valeur augmente sans lien avec le travail .

J’en conclue que louer un logement procure un revenu illégitime si le loyer ne se contente pas de couvrir les frais d’amortissement et d’entretien et vendre un logement plus cher qu’on ne l’a acheté peut être légitime si on intègre l’inflation et les travaux réalisés mais illégitime au-delà.

 

Allais raisonne en libéral honnête et humaniste.

 

Dans le débat sur le RME, la question est bien de savoir si tous les salaires sont légitimes, c’est-à-dire si tous les salaires reflètent la valeur travail qu’ils sont censés traduire…

Bien sûr que non.

Qu’il y ait débat sur le montant du seuil de légitimité dans le salaire perçu est normal.

Le travail réalisé par Baudelot-Establet est un travail scrupuleusement scientifique, construit à partir des données les plus officielles, celles du réel dont se nourrissent les services fiscaux et l’INSEE.

Or, Allais disait encore que «  le seul critère valable de la vérité, c’est l’accord avec les données de l’expérience ».

La sociologie n’étant pas plus que l’économie une science exacte (le raisonnement s’y fait en termes de probabilité), admettons que le seuil peut varier mais dans une certaine limite.

L’important est d’abord de reconnaître que la notion d’illégitimité s’applique aussi aux salaires.

Le salaire mirobolant de certains sportifs, animateurs télé, cadres supérieurs d’entreprises ou et même responsables politiques le prouve.

Pas de correspondance directe entre le montant perçu et le travail fourni.

Mais ces morceaux d’iceberg cachent une véritable banquise de la même manière que les mythiques « 200 familles » du PCF ne pouvaient à elles seules suffire à régler le problème des inégalités.

L’avènement d’une société de justice sociale supposera donc aussi la mise en place d’une politique salariale juste.

Lire la suite

Quelle politique locale de santé ?

26 Octobre 2010 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #SANTE

Voici l'intervention que j'ai faite au Conseil Communautaire.

 

La lutte contre la désertification médicale qu’annonce la pyramide des âges des médecins, appelle un déploiement d’un certain nombre de moyens INCITATIFS à plusieurs niveaux :

 

Au niveau de l’Etat d’abord, dont c’est la responsabilité première

Certes, l’Etat a bien mis en place une politique d’aide à l’installation de jeunes médecins en milieu rural.

 

Actuellement, la circulaire du 1er septembre 2010 permet en effet à de des étudiants ou internes en médecine d’obtenir une bourse de 1200 € bruts par mois l’installation de médecins en zone rurale qui s’engagent en contrepartie à exercer en zone rurale pour une durée équivalente à celle de l’aide qu’ils ont perçue.

(pour 2010/2011, dans le Nord, cela concerne 14 étudiants et 12 internes).

 

Mais cette politique incitative ne concerne pas notre agglomération qui sera pourtant rapidement confrontée à l’insuffisance de médecins (cf Francis Trincaretto).

Or, l’état de santé de notre population, ses difficultés spécifiques exigeraient que cette politique d’aide au secteur rural soit élargie aux agglomérations dont les indicateurs de santé ne sont pas bons.

 

Au niveau local, on peut aussi, et c’est notre rôle d’élu,  favoriser ou accompagner le regroupement sous différentes formes :

- Cabinet médical (des professionnels de la même catégorie mettent en commun leurs moyens cf GAEC),

- Maison Médicale Pluri-disciplinaire : des professionnels de santé partagent un même espace (pas toujours évident , par exemple les infirmiers craignent que les médecins s’allègent en partie sur eux de leur charge de gestion)

   - Cabinets de Santé Rapprochés : des professionnels de santé qui préfèrent exercer à proximité immédiate l’un de l’autre et mutualiser des espaces tels que le stationnement, le studio pour les remplaçants, voire la salle d’attente.

 

Ce que les professionnels attendent de nous, en pareil cas, ce n’est pas forcément la subvention, c’est le rôle de développeur et de management : trouver les partenaires immobiliers, réfléchir sur un programme, coordonner les réunions…

 

Je souhaite que l’EPS puisse jouer ce rôle en appui aux élus, ce sera sa contribution à la lutte contre le problème de la démographie médicale

 

Cela étant, nous devons prendra garde à ce que la problématique de la santé de nos concitoyens ne se résume à la question  de la densité médicale.

Dans un célèbre ouvrage publié en 1975, «  Némésis médicale, l’expropriation de la santé », Ivan Illich a  été l’un des premiers à montrer et démontrer que l’état de santé d’une population était d’abord fonction de son niveau d’éducation, des habitudes alimentaires, de l’habitat et plus généralement des modes de vie.

 

Par conséquent, cette politique d’anticipation visant à maintenir un niveau suffisant du nombre de médecins , politique qui passe probablement par une nouvelle configuration de l’offre de soins sur le territoire (cf les modalités de regroupement évoquées)  doit en même temps être l’occasion pour s’interroger sur la politique de santé publique et les pratiques de santé que nous voulons promouvoir.

 

Je pourrais vous donner des centaines d’exemples.

J’en prendrai un seul, porté à ma connaissance il y a quelques jours.

 

Une jeune femme  enceinte reçoit une prescription de son médecin traitant pour faire la batterie de la dizaine d’examens sanguins prévue en pareil cas.

Infirmier et biologiste exécutent la prescription : c’est une obligation et c’est aussi leur droit de se faire payer leur acte

 

La semaine suivante, la jeune dame voit son gynécologue et reçoit de nouveau une prescription qui demande exactement  les mêmes tests.

Infirmier et biologiste exécutent la prescription : c’est une obligation et c’est aussi leur droit de se faire payer, une seconde fois, leur acte

 

La jeune dame n’a probablement pas compris ou n’ pas osé posé de question,  elle a fait confiance au système.

 

Ce fait divers, reproduit à l’échelle nationale, donne le constat qu’en dresse Jean de Kervasdoué, ancien directeur des hôpitaux, professeur au CNAM :

Notre système de santé est trop cher écrit-il -  le plus cher du monde après celui des Etats-Unis : trop d’examens, trop de médicaments, trop d’actes médicaux…

50 milliards d’euros de plus que le Japon, pays où l’on vit le plus vieux au monde.

Et lorsque Kersvasdoué dit que l’on consomme trop de médicaments, ce n’est pas en raison du coût que cela représente, mais bien parce c’est dangereux pour la santé

 (Illich aimait rappeler que dans l’ancien grec, remède et poison étaient désignés par le même terme).

 

Autrement dit, l’enjeu pour notre territoire est double et paradoxal :

Il faut absolument et simultanément  lutter contre la sous-médicalisation et contre la sur-médication.

-         contre la sous-médicalisation, en exigeant de l’Etat un juste équilibre dans les politiques d’incitation territoriale et en impulsant localement des formes originales de regroupement

-         contre la sur-médication en engageant un vaste et profond travail de sensibilisation, de conscientisation des populations qui doivent sortir d’une certaine forme de dépendance à l’égard d’un modèle culturel formaté par les lobbying pharmaceutiques qui parasitent le champ  de la santé.

 

Ce sera, de notre point de vue, une des missions d’un Espace de Promotion de la Santé que de permettre aux habitants :

 

-  outre le développement de la prévention au travers de leur mode de vie

-  de mieux se soigner (notamment si cet espace est mesure de favoriser les échanges entre professionnels)

- et enfin et surtout d’être davantage psychologiquement et culturellement armé pour affronter un système de soins dans lequel la notion d’intérêt public est souvent contrariée par des logiques de marché.

Lire la suite

Dégressivité... ou dégraissivité

23 Octobre 2010 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #SOCIETE

Notre centre de loisirs du mois d’août (durée d’une semaine) affichait un  tarif unique de 5 euros, histoire de faire un prix symbolique, la gratuité n’étant jamais un choix éducatif.

Aujourd’hui, la CAF nous écrit qu’elle ne peut accorder sa subvention prévue sur notre coût de fonctionnement car ses règles de fonctionnement imposent un tarif dégressif, indicateur d'une politique sociale en faveur des familles.

Leur principe est louable.

C'est en effet ce que nous faisons durant le centre de juillet, le centre de la première semaine du mois d'août n'étant qu'un " extra " compensant la fermeture durant la semaine de Noël.

Du coup l’an prochain, le centre sera à 10 € avec tarif dégressif à 8 et 5 euros…

Voilà où mène la bureaucratie qui aurait aussi besoin parfois d'une petite " dégraissivité ".

 

Lire la suite

Cantonale Maubeuge-Sud

21 Octobre 2010 , Rédigé par Jean-Marie Allain

Les cantonales se profilent.

Localement, le canton de Maubeuge - Sud sera en campagne.

 

Comme on ne votera pas sur le canton de Maubeuge - Nord, je vais suivre avec intérêt la campagne sur le canton le plus proche.

 

Nul doute que l’échec du site propre de l’avenue de Ferrière (sur une voie départementale) sera au cœur des débats  

L’autre sujet qui me paraît intéressant à aborder est celui des personnes âgées.

Tout le monde (ou presque) sait que le Conseil Général, après mars, devrait modifier les règles concernant l’obligation alimentaire dans les maisons de retraite.

Actuellement, seuls les enfants sont mis à contribution.

Demain, cette obligation alimentaire sera élargie aux petits-enfants comme cela se pratique dans d’autres départements.

Cette obligation alimentaire sera également étendue à l’accueil familial qui en était jusqu’alors dispensé.

Cette situation était en effet inéquitable et incitait les familles à préférer pour cette seule raison l’accueil familial à l’EHPAD.

 

Enfin, pourrait également être évoquée la question de l’agrément de l’EHPAD ferriérois à l’Aide Sociale Départementale.

En tant qu’établissement privé, il ne bénéficie pas aujourd’hui de l’aide sociale départementale, ce qui freine le taux d’occupation (seuls les EHPAD publics ou gérés par des associations en bénéficient).

Cette posture  du Conseil Général n’est pas nationale.

D’autres départements accordent l’aide sociale sur les établissements privés.

Après tout, cela est concevable si le prix de sortie du privé est sensiblement le même que dans le public.

La commune de Marpent devant elle-même se doter d’un EHPAD privé l’an prochain, on comprendra que l’enjeu dépasse largement le cadre ferriérois et même celui du canton de Maubeuge – Sud.

Lire la suite

Bravo les députés écolos !

19 Octobre 2010 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #SOCIETE

Par un vote du 3 septembre 2010, les députés ont rejeté à la quasi-unanimité l'amendement déposé par les quatre députés Verts-Europe Ecologie proposant d'aligner leur régime spécifique de retraite (dont bénéficient également les membres du gouvernement) sur le régime général des salariés.

Lire la suite

Maltraitance territoriale : saisir la Halde ?

18 Octobre 2010 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #aménagement territoire

De plus en plus de collectivités territoriales saisissent la haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l’Egalité (HALDE) pour discrimination territoriale.

 

Ainsi en va-t-il de la vile de La Courneuve qui a déposé une requête en 2009 pour rupture liée aux infrastructures et rupture urbaine.

Cette plainte a été jugée recevable par la HALDE qui a fait des préconisations pour remédier à cette situation.

 

Plus récemment, le député-maire de Saint-Amand, Alain Bocquet (PCF) a également saisi la HALDE pour discrimination territoriale de la Région Nord Pas-de-Calais en raison de son taux de chômage et de son espérance de vie, ruptures considérées comme incombant à la faute de l’Etat.

 

On pourrait d’ailleurs, à l’heure du début sur les retraites, imaginer de moduler l’âge du départ  en fonction de l’espérance de vie dans chaque région, modulé en fonction des différentes catégories socio - professionnelles.

Un Nordiste se verrai ainsi gratifier de plusieurs années de cotisation puisqu’il a la probabilité de décéder avant la moyenne des français, cette gratification étant bien entendu majorée si ledit nordiste exerce un métier (salarié agricole, ouvrier spécialisé) dont on sait qu’il expose à une durée de vie plus courte.

Fort logiquement, certaines professions se verraient contraintes de travailler plus longtemps qu’aujourd’hui.

 

Revenons à la discrimination territoriale.

S’il existe bien un territoire en France qui a subi la maltraitance de l’Etat, c’est bien le nôtre : record de l’enclavement, record de la mortalité, record de la mauvaise image… (encore que sur ces trois points, l’Etat ne soit pas l’unique responsable).

 

Il serait fondé de saisir la HALDE… si l’on avait la conviction qu’elle serve à quelque chose.

Lire la suite

L'agglomération pénalisée par la réforme de la TP

18 Octobre 2010 , Rédigé par Jean-Marie Allain

Concernant la nouvelle donne liée à la suppression de la taxe professionnelle (TP), certaines agglomérations ne s'y retrouvent pas  avec la cotisation sur la valeur ajoutée (CVA) qui remplace cet impôt.

Ce changement pénalise les communautés assises sur des territoires industriels, comme celles du Havre, de Maubeuge ou de l'étang de Berre, dont les recettes dès l'an prochain dépendront largement du système de compensations financières inhérent à la réforme de la fiscalité locale.

Le Val de Sambre, s'il est en effet pauvre en termes de revenus de population, est paradoxalement riche sur le plan industriel.

Or, comme la réforme favorie les territoires à dominante de services, nous sommes une des agglomérations de France qui va perdre le plus.

 

Enfin, dès ce mois d'octobre, toutes les intercommunalités voteront un taux (qui s'appliquera l'an prochain) sur la taxe d'habitation (TH) et sur la taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB), impôts dont la part départementale a été transférée aux communautés.

La question sera de savoir si les abattements que pratiquait le Département seront maintenus.

Lire la suite

Mélenchon, un premier pas

17 Octobre 2010 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #SOCIETE

Depuis 20 ans, dix points de la richesse totale produite sont passés de la poche des salariés à celle des rentiers, soit 195 milliards par an.

Leur pouls va au rythme des courbes de rendement financier.

Il faut guérir la production du cancer de la finance.

Les mots sont certes abrupts mais rejoignent sur le fond les propos d’un banquier, centriste modéré comme Jean Peyrelevade.

Nous pouvons répartir  plus équitablement la richesse et sans tomber dans l’assistanat.

Le bonheur n’est pas dans l’opulence.

Mais je trouve Mélenchon trop timide lorsqu’il veut interdire les revenus plus de vingt fois supérieurs à celui du revenu médian.

Soit, rien au-dessus de 30 000  euros .. par mois  !

Mélenchon a de la gouaille mais adopte finalement une position très réformiste,

On peut se dire aussi qu’il faut un début à tout.30 000 € serait un premier pas.

Et là, le phénomène Mélenchon devient alors  intéressant.

Bien entendu, les plafonds doivent aussi s’appliquer aux indemnités d'élus qui sont aussi des revenus.

(j’ai, en ce qui me concerne, fait le choix en 2001 de démissionner d’un poste de directeur d'un bureau d'études et de passer au 3/5e, l’indemnité de maire - même cumulée avec celle de l'agglo - n'atteignant pas et de loin le montant du salaire du poste abandonné).

Le changement social passera inévitablement par une redistribution de la richesse.
Autant dire que cela se fasse avec intelligence et bonne volonté plutôt que sous la contrainte.

Lire la suite

Je m'explique sur le RME

15 Octobre 2010 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #SOCIETE

Le revenu maximal d’existence n’est pas strictement lié aux revenus du Capital.

Une répartition équitable des revenus s’impose.

Cela ne signifie pas une égalisation des salaires, mais un salaire en lien avec le travail (pénibilité, temps passé, durée des études) et la qualification.

Baudelot et Establet ont démontré en leur temps, chiffres à l’appui, (dans « la petite bourgeoisie en France ») que si certains étaient payés à leur juste prix, d’autre étaient sous-payés (eu égard à la richesse qu’ils apportent) et d’autres sur-payés.

Ce  sur- salaire  n’es t pas un profit de type capitaliste mais un profit capté (une extorsion de plus-value) indirectement sur ceux qui sont sous-payés.

 Marx n'avait pas prévu que les fameux intérêts antagonistes émergeraient au sein même du monde salarial (le fameux prolétariat pour reprendre sa terminologie).

En d’autres termes, le sur- salaire de ceux qui perçoivent les "gros salaires" sont possibles parce qu’autres, à l’autre bout de la chaîne, sont sous-payés.

Tout le monde sait que l’échelle des salaires en France, même après impôt, est une des plus importantes  d’Europe et que c’est ce poison qui gangrène notre système social (démotivation, stress).

L’espérance de vie est d’ailleurs plus longue dans les pays où les écarts de richesse sont moindres.

Le revenu maximal d’existence se situe probablement dans une fourchette allant de 4000 à 6000 euros (là dessus, on peut débattre, j'en conviens).

Au-delà, rien ne peut justifier qu’un individu, aussi intelligent et performant soit-il, gagne davantage.

La politique fiscale doit réduire l'écart des revenus, c'est son rôle.

Ces cadres de haut rang (qui ont souvent souvent un cerveau en forme de porte-feuille) peuvent quitter le territoire.C'est leur droit. Ce n’est pas une perte mais une chance pour le pays que de les voir partir, vu le système de valeurs qu'ils véhiculent.

L’expérience montre en effet qu’ils sont d’abord là pour régimenter (ou diviser) les salariés ou jouer au pocker avec leur argent.

Lire la suite

La juste colère

15 Octobre 2010 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #SOCIETE

Les responsables gouvernementaux ne cessent de marteler que l’espérance de vie augmentant, l’âge du départ en retraite doit logiquement reculer.

 

C’est un postulat comptable, pas une démonstration.

 

L’espérance de vie ne nous dit pas dans quel état on arrive à la retraite.

L’espérance de vie « en bonne santé » (indicateur de l’Union Européenne) rend compte non seulement de l’allongement de la durée de vie mais aussi de cet allongement sans incapacité majeure, liée aux maladies chroniques ou aux séquelles des affections aiguës ou de traumatismes.

 

En France, en 2005, l’espérance de vie « en bonne santé » à la naissance est estimée à 64,3 ans pour les femmes et à 62 ans pour les hommes.

Vouloir imposer la retraite à 62 ans devient, au regard de ces chiffres, complètement inique.

Même à 60 ans, c'est encore trop vieux !

 

Les chiffres d’espérance de vie en bonne santé imposent d’élargir le cadre de réflexion du financement des retraites, sereinement, sans parti- pris et avec objectivité (la justice, c'est aussi en finir avec les différents régimes de retraite).

Vouloir nier ces évidences (sans parler de l’emploi des jeunes) c’est s’entêter à mettre le feu à la mèche du mouvement social.

 

Rendez-vous Samedi 14 h 30 devant l’Espace Rive Gauche…

Lire la suite