Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Jean-Marie Allain

emploi et dvlpt economique

Ni étatisme, ni libéralisme

6 Juin 2009 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #EMPLOI ET DVLPT ECONOMIQUE

Le marché ne s'oppose pas à la planification.
L'étatisme a fait faillite dans les pays de l'Est
Le libéralisme vient de faire faillite à son tour dans le monde captaliste.
Les économies du nouveau siècle devront être mixtes.

La différence ne se fera plus dans le mode de production mais dans les
finalités de celle-ci : profit individuel ou réduction des inégalités...

C'est la conviction d'Eric Hobsbawn, l'un des derniers intellectuels ....
communistes.
Lire la suite

THYSSEN-KRUPP : pour une solution industrielle

31 Mai 2009 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #EMPLOI ET DVLPT ECONOMIQUE

Après avoir appartenu au groupe Cockerill, les Laminoirs de Jeumont ont
été rachetés par Arcelor-Mittal.
C'est la commission de Bruxelles qui a constaté la position dominante
d'Arcelor sur le marché des produits plats et imposé la vente des deux
unités spécialisées que sont l'unité de Fosses (Val d'Oise),et l'unité
de Jeumont.

Dans ce contexte, Thyssen rachète en 2001 ces deux usines qui fabriquent des produits plats.
Mais qu'est-ce qui amène Thyssen, déjà fabriquant de produits plats, à
racheter ces deux unités, si ce n'est le panel de clients qu'elles
amènent avec elles.

Rappelons que Thyssen possède en Allemagne une unité de production qui à elle seule peut inonder une partie du marché avec un million de tonnes
par mois... contre 7000 tonnes à Jeumont.

Thyssen ne va d'ailleurs pas tarder à alléger le nombre d'ingénieurs...
prémisse de ce qui est en train de se passer.
Une entreprise se liquide comme un poisson, on commence toujours par
couper la tête.

Aujourd'hui, profitant du contexte de crise internationale, Thyssen
achève le travail :
- Jeumont doit fermer
- La Prade (autre filiale de Thyssen, basée dans l'Aude) est en train de
fermer,
- Resterait Fosses mais pour combien de temps ?

Jeumont travaille aujourd’hui à perte sur les produits semi - finis qui
arrivent de la maison mère allemande Thyssen, parce que vendus trop chers à Jeumont.
Par contre, il n'en est pas de même pour un produit que Jeumont, avec la
Prade, est la seule société à fabriquer en France, le flanc à bord
arrondi, un acier de quatre millimètres d'épaisseur sur une longueur de
1, 54 mètre.
Il en sort 300 mètres à la minute à Jeumont, fabriqués notamment grâce
au train 14 de laminage à froid, d'une ligne de coupe à longueur, et
d' une refendeuse (dite renfendeuse R7) qui a déjà sauvé l'usine de la
fermeture à la fin des années 90.

Cette machine de 14 millions d'euros a bénéficié en 1996, il faut le
rappeler, de subventions, de la Communauté de Communes du Val de Sambre (CCVS), que présidait alors Jean-Claude DECAGNY.
Les 200 tonnes d'aciers façonnés chaque mois par cette refendeuse sont
vendus à la Régie-Renault  et présentent un bilan financier largement excédentaire.

Si donc il n'est pas réaliste de vouloir sauver la totalité de
l'entreprise compte-tenu qu'elle est prise en tenaille par le groupe
Thyssen, il est réaliste économiquement de penser que l'activité de
fabrication de flancs à bord arrondis peut continuer et se développer.

Si Thyssen ferme Jeumont, il ne fait aucun doute que la refendeuse R7
prendra le chemin soit de Fosses, soit de l'Allemagne, où elle serait
démontée puisque Thyssen fabrique déjà ce produit.
Revendre la machine serait en effet pour Thyssen prendre le risque d'armer
un concurrent potentiel.
Mais délocaliser les machines vers l'Allemagne ou vers Fosses
serait contraire aux règles européennes qui imposent que le matériel
subventionné avec des fonds de reconversion reste sur le territoire.
Laisser partir les machines, cela voudrait dire que demain une
entreprise peut s'installer dans une zone éligible à de forts taux de
subvention pour faire des achats de matériel avant de déménager dans une
autre région ou un autre pays.

C'est donc autour de ce produit, le flan à bords arrondis, aujourd'hui
très rentable, qu'il convient d'asseoir le maintien du site et la
sauvegarde d'une trentaine d'emplois.
Jeumont dispose d'un hall de stockage, de la refendeuse R7, du train 14
de laminage à froid et d'une ligne de coupe à longueur, bref de tout
pour maintenir et développer une activité rentable.

Les bobines d'acier de vingt tonnes arrivent actuellement d'Allemagne.
Si Jeumont parvient à maintenir son site, en coupant le lien avec
Thyssen, il se libère en même temps de son fournisseur et peut mettre en
concurrence Thyssen et d'autres fabricants de bobines.
On pourrait aussi imaginer que Renault achète directement les bobines et
les fasse traiter à Jeumont.
 
Certes, Thyssen est juridiquement propriétaire du matériel mais
moralement, c'est discutable.

Dans tous les cas de figure, l'agglomération a son mot à dire
puisqu'elle a financé en partie cette machine.
Il en va de même de l'Europe qui a financé une entreprise parce qu'elle
était dans un bassin en reconversion et pas des machines nomades.
Tout matériel financé avec des fonds Objectifs 1 doit rester sur ce
territoire.
Ce n'est pas moi qui le dit, c'est le règlement de l'Union européenne.
L'Etat a aussi son mot à dire puisque le principal client de Jeumont
pour ce produit est la Régie-Renault dont l'Etat est actionnaire.
L'Etat peut faire comprendre à Thyssen que s'il se désengage, Renault
trouvera bien les moyens de se fournir ailleurs.

La tenue d'une réunion s’impose au Ministère de l'Industrie avec les élus,
les représentants de l'entreprise et de Renault

L'idée serait bien entendu de retrouver un repreneur, du type Duferco
(La Louvière) ou, pourquoi pas, de créer une société coopérative de
production (associant la Régie-Renault et pourquoi pas MCA et les
collectivités locales) puisque l'activité visée est rentable.
Le matériel ne doit pas être démonté, ce serait piétiner les principes
qui ont présidé à l'attribution de subventions européennes !

THYSSEN NE PEUT PAS DIRE " JE PRENDS L’ARGENT DE L’AGGLO ET DE L’EUROPE ET
JE M’EN VAIS " .

Certes, une Europe dotée d’une politique industrielle pourrait régler ce
problème.
Mais dans l’attente, il est encore possible de travailler à une solution
industrielle pour le site de Jeumont.
Ou alors il faut exiger que Thyssen rembourse les subventions  !
 

 
 
 
 
 
 

Lire la suite

CRISE FINANCIERE : LES RAISONS DE L'AVEUGLEMENT

17 Mai 2009 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #EMPLOI ET DVLPT ECONOMIQUE

La chute du Mur et la victoire définitive du capitalisme contre
le système soviétique ont probablement contribué à l'émergence de cet
étrange moment des années 1990-2000, marqué par une foi démesurée dans le
marché autorégulé et un sentiment d'impunité absolue parmi les élites
économiques et financières.

Thomas Picketty / Le Monde du 29 avril 2009
Lire la suite

THYSSENKRUPP DANS LA RUE

18 Avril 2009 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #EMPLOI ET DVLPT ECONOMIQUE

 Le maire de Marpent a participé jeudi à Jeumont au rassemblement de soutien aux salariés de Thyssenkrupp.
Lire la suite

PARTAGE DES REVENUS, REMEDE A LA CRISE

18 Avril 2009 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #EMPLOI ET DVLPT ECONOMIQUE

L'accroissement de l'écart des revenus a contribué au déclenchement de la crise.
Le modèle libéral considère que cette augmentation des inégalités dynamise
l'économie en permettant aux riches, par leur dépenses et leurs diverses
réductions d'impôts, d'actionner la consommation.

Sauf que ces riches, dont les besoins sont largement satisfaits, choisissent
les placements financiers spéculatifs, contribuant ainsi à faire gonfler la
bulle qui a fini par exploser.

Pour recoller les morceaux, N Sarkosy a choisi d'aggraver les déficits
publics sans toucher aux inégalités alors qu'une politique audacieuse
devrait aboutir à augmenter les impôts des catégories les plus aisées.

Il s'agit d' imposer une contribution fiscale qui soit le reflet des revenus.

(lire à ce sujet l'article de Louis Maurin, directeur de l'Observatoire des
Inégalités / Le Monde du 16 avril)
Lire la suite

REVENU MAXIMAL D'EXISTENCE

10 Avril 2009 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #EMPLOI ET DVLPT ECONOMIQUE

Le RMI va bientôt laisser place au RSA...

On ne cesse d'inventer des outils pour les pauvres.

Et si on créait un outil pour les moins pauvres ?

Daniel Cohn-Bendit propose un revenu maximal d'existence.

Voilà une idée géniale et généreuse.

Concrètement , cela pourrait passer par une surtaxe des montants vingt fois supérieurs
au RMI, indique -t-il dans le dernier Nouvel Obs.

Tous les démocrates soucieux de justice et d'équité ne peuvent qu'approuver une telle idée.

Lire la suite

LE PLAT PAYS DE L'AVESNOIS

15 Mars 2009 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #EMPLOI ET DVLPT ECONOMIQUE


En l'absence de la création d'un Pays Sambre-Avesnois, les crédits qui
devaient aller sur des projets de notre arrondissement sont bloqués par la Région.
Notre territoire perd un million d'euros par an de subventions avec
la mise en veilleuse de la Conférence Permanente.
Le territoire a besoin de réactivité et de passer à l'offensive.
Aujourd'hui, on ressemble plutôt au plat Pays de Jacques Brel.
Les états d'âme sur le Pays sont compréhensibles (un bidule de plus,
c'est pas réjouissant) mais il faut savoir les mettre dans un mouchoir
lorsque des enjeux financiers sont à ce point présents.
A force d'attendre le TER-GV  et de ne faire que cela, on risque bien 
de voir, non pas les trains, mais les subventions nous
passer sous le nez.
Lire la suite

UN SYSTEME QUI MEURT DE SES CONTRADICTIONS

3 Mars 2009 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #EMPLOI ET DVLPT ECONOMIQUE

Un système qui se mord la queue et qui va droit dans le mur, c¹est bel et
bien l¹enseignement de cette crise qui pourrait bien annoncer une profonde
mutation, au moins à la hauteur de ce que nous avons vécu dans les années
soixante-dix.

Les causes sont ici différentes.
Après le choc pétrolier, l¹Europe avait été confrontée à une
réorganisation du système productif à l¹échelle mondiale.
Les pays émergents s¹installaient en rivaux, en affichant des coûts de
production tellement moindres que notre sidérurgie dut se délocaliser sur
les bords de mer pour diminuer à son tour ses prix de revient.
Cette contradiction du capitalisme était donc surmontable, même si
socialement la crise fut difficile à encaisser et si tant est, localement,
que nous en soyons complètement sortis.

Aujourd¹hui, l¹origine de la crise a changé.
Le capitalisme mondialisé s'est lui-même pris au piège, d¹abord avec la
crise de l¹immobilier mais pas seulement.
Le château de cartes aurait pu s¹écrouler autrement.
C'est la carte immobilière qui a glissé la première, c'est une autre qui
aurait pu glisser.
La logique d¹accumulation actionnariale est allée tellement loin qu¹elle a
asséché tout le reste.

L'actionnaire se retrouve dans le rôle de l¹arroseur arrosé : s'il empoche
trop de profit, il empêche l'entreprise de rémunérer correctement les salariés,
qui ne lui achèteront pas ses produits.
Du coup, on met en place le crédit...
Mais c'est une illusion de croire qu'une
société peut vivre à crédit in eternam.
Un jour, tout s' écroule. C'est ce qui est en train de se passer.
Les riches n'ont jamais été aussi riches et les pauvres aussi pauvres.
Vous avez peut-être remarqué : le marché des voitures de luxe ( si j'en crois l'Audi-mat) ne connait pas la
crise...
Pour le citoyen lambda, on a beau donner une voiture gratuite pour une
achetée, encore faut-il pouvoir l¹acheter et en avoir besoin !
Et cette fois, nous avons atteint un seuil critique.
Sera t-il réversible ? Personne ne peut répondre car l'économie n'est pas
une science exacte, loin de là.
Et puis, le capitalisme nous a tellement habitués à rebondir.
Et les alternatives sont tellement peu crédibles en face : le nationalisme
d¹un côté et le collectivisme de l¹autre.
Dans les pays de l'Est, c¹est le capitalisme qui est venu au secours de
l¹Etat.
Ironie de l'histoire : aujourd¹hui, c¹est l'Etat qui vient au secours du
capitalisme.

Si c'est pour que tout reparte comme avant, cela ne servirait à rien.
Quelle que soit la réponse, nous arrivons à la fin d'une époque.
Le capitalisme financier avait supplanté le capitalisme industriel mais il
s'est à son tour effondré, comme s'est effondré le mur de Berlin.
L¹heure de l¹économie sociale de marché est peut-être arrivée.
 
 

Lire la suite

PLAN DE RELANCE : DEUX POIDS, DEUX MESURES

12 Février 2009 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #EMPLOI ET DVLPT ECONOMIQUE

L'Etat amène pour notre arrondissement 24 millions d'euros pour la RN2,
400 000 euros pour la vélo-route et  400 000 eurospour réhabiliter
le centre pénitentiaire.
Soit 104 euros par habitant.

En Corse, l'Etat amène 100 millions d'euros au titre du FNADT et 20 millions
d'euros en complément du programme exceptionnel d'investissement,
soit 439 euros par habitant.

Sans commentaire...
Lire la suite

REDUIRE L'ECART DES SALAIRES

11 Février 2009 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #EMPLOI ET DVLPT ECONOMIQUE

Même l'UMP commence à s'inquéter des écarts de salaire.
Xavier Bertrand les juge " extravagants ". C'est pour dire !

L'idée de Martin Hirsch, Haut-Commissaire aux solidarités actives
contre la pauvreté, à la jeunesse et à la vie associative est la suivante :
Ne plus accorder d'allègements systématiques de charges sur les bas
salaires.
Ce qui plombe, la compétitivité, ce sont en effet les gros salaires.
L'allègement devrait être conditionné à la réduction de l'écart entre
les 10 % des rémunérations les plus importantes et les 10 % les plus
faibles.

Voilà une proposition de bon sens, économiquement et socialement pertinente.
Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 > >>