Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Jean-Marie Allain

ecologie - dvlpt durable

La ressource en eau de l'Avesnois malmenée par les carriers

15 Juin 2010 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #ECOLOGIE - DVLPT DURABLE

Le bulletin de juin de l'association Environnement Sambre Avesnois est consacré aux menaces qui pèsent sur nos ressources en eau.

 

Nos ressources en eau se situent, dans l’Avesnois, dans les calcaires primaires exploités par les grands groupes de BTP pour la production de granulats (6M. tonnes/an) dont les usages s'avèrent également parfois discutables.

Les 6 carrières en fosses ont une incidence sur les captages d’eau. 

L’approfondissement de ces carrières (jusqu’à une centaine de mètres de profondeur) entraine localement l’abaissement du toit de la nappe, ce  qui se traduit à la fois par l’assèchement des forages situés à proximité, (réalisation de nouveaux forages de substitution, travaux de connexions) et la diminution du débit, voire l’assèchement local des cours d’eau.

 

Carrière de Haut-Lieu :

Eaux souterraines : Diminution du débit de pompage des 2 forages exploités par le SIDEN (F1 Haut-Lieu et F3 Saint Hilaire).

Eaux superficielles : Absence d'une véritable continuité hydraulique sur le ruisseau de la Cressonnière. (Bocahut, groupe EIFFAGE).

Carrière de Saint Hilaire :

Eaux superficielles : Influence probable sur le débit de l'Helpe Majeure. (Bocahut, groupe EIFFAGE).

Carrière de Glageon :

Eaux souterraines : Tarissement complet des anciennes fontaines, diminution drastique du débit du puits exploité par le SIDEN NOREADE (F1 Glageon) et risques de pollution à partir des pertes de la dérivation tubée du ruisseau des Hameaux, obligeant le SIDEN à réalimenter le groupement de Trélon par des apports extérieurs (Etroeungt).

Eaux superficielles : Absence d'une véritable continuité hydraulique sur le ruisseau des Hameaux détourné et en passage busé. (Bocahut, groupe EIFFAGE).

Carrière de Wallers en Fagne :

Eaux souterraines : Tarissement complet de l'ancienne Fontaine du Moulin. Diminution drastique du débit du forage exploité par le SIDEN sur Wallers.

Eaux superficielles : Tarissement important de l'Helpe Majeure en amont et à l'Ouest de la carrière, absence d'une véritable continuité hydraulique entre le Pont de Chimay et le point de rejet des eaux d'exhaure de la carrière. (groupe SCREG/COLAS, BOUYGUES).

Carrière de Dompierre :

Eaux souterraines : Diminution drastique du débit du forage dit du Sourgeon (Dompierre F1) exploité par le SIDEN, alimentant le groupement d'Avesnelles - Solre le Château. (Eurovia, groupe VINCI).

Carrières de Limont-Fontaine :

Eaux souterraines : Diminution du débit du forage le plus proche des carrières, faisant partie du champ captant de Fontaine exploité par EAU et FORCE.

Eaux superficielles : Tarissement important du ruisseau des Près à Forêt, en partie tubé, entre Fontaine et le premier point de rejet des eaux d'exhaure des carrières. (Carrières du Boulonnais).

 

Depuis 1998, les carriers, qui ont détruit les principales ressources en eaux souterraines de l’Avesnois et du Bavaisis, ont un projet de valorisation des eaux d’exhaure*(de fond de carrière), eaux potabilisables, auprès des distributeurs d’eau (études financées par SIDEN NOREADE), les frais de potabilisation revenant au consommateur.

 Dans tous les cas, Environnement Sambre Avesnois demande que :

- Toutes les continuités hydrauliques superficielles soient rétablies aux frais des exploitants, en autorisant éventuellement la dérivation des eaux par un chenal étanché  (pour éviter toute perte par infiltration) revêtu avec des matériaux proches de ceux des berges actuelles.

- Les eaux d'exhaure des carrières* (mélange d'eaux souterraines, d'eaux superficielles et d'eaux de chantier), ne soient pas utilisées pour des distributions publiques si les eaux superficielles et de chantier contribuent à plus de 60 % à ces eaux d'exhaure (bilans à établir sur une année hydrologique).

- Les eaux d'exhaure, exemptes d'hydrocarbures, soient restituées en priorité après décantation, au milieu naturel (recharge de nappe, cours d'eau).

- Toute exploitation d'une partie des eaux d'exhaure à des fins de distribution publique soit intégralement prise en charge par le pollueur, l'exploitant carrier en l'occurrence qui a, par ses approfondissements, contribué à détruire la ressource en eaux souterraines et contribué au mélange des eaux superficielles, souterraines et de chantiers.

 

Positions que l'association a défendues lors de l’élaboration du SAGE (Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux) de la Sambre, et lors des enquêtes publiques concernant les projets d’extension des carrières.

Lire la suite

La schizophrénie du Grenelle

10 Juin 2010 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #ECOLOGIE - DVLPT DURABLE

La sauvegarde de la planète est un impératif mais le texte du Grenelle n'impose pratiquement rien.
Il laisse la possibilité de faire ceci ou cela, c'est-à-dire de ne rien faire du tout.

 

- Le Grenelle encourage à recourir aux énergies douces mais il sera plus compliqué de monter un dossier éolien après le Grenelle qu'avant: le parc éolien devient une installation classée qui doit être compatible avec le Schéma Régional...quand on voit comment a été élaboré notre schéma régional qui ne cible que les abords de la Salmagne et oublie le couloir de Bachant (qui comptait un projet) et celui de Quiévelon (qui en comptait un autre), on reste perplexe.

 

-L'autorité organisatrice des Transports pourra élargir ses compétences au vélo libre service et à l'auto-partage mais rien ne l'y oblige.

 

-Les travaux d'économie d'énergie sur les bâtiments publics existants devront être engagés avant 2020.

Comme si les élus n'avaient pas envie d'aller plus vite.
Encore faut-il avoir les moyens de les financer.

 

- Le Grenelle offre la possibilité de majorer la taxe annuelle sur les eaux pluviales jusqu'à un euro / m2 mais on ne se demande pas pourquoi cette taxe créée par la loi sur l'eau de 2006 (et qui permet de taxer à hauteur de 0,20 € / m2 à partir de 600 m2 d'impermébilisation) n'est jamais utilisée (rien n'oblige un propriétaire à déclarer en mairie s'il décide de couler 600 m2 de goudron sur sa pelouse)

 

- Le Grenelle nous encourage à économiser l'eau mais chacun sait que si nous consommons moins d'eau, les charges fixes étant très importantes, son prix augmentera encore plus vite...

 

- Le PLU devrait être intercommunal mais comme les maires ne sont pas prêts, la réforme attendra

Le concept de PLU intercommunal est d'ailleurs inapproprié, on devrait parler de PLU communautaire.

En effet, admettons que deux communes(Marpent et Jeumont par exemple) fassent un PLU en commun; on aura un PLU intercommunal, pas communautaire.

Le Grenelle,  plutôt que de mettre la barre trop haut et de ne rien décréter, aurait dû encourager ce type de coopération intermédiaire pour les communes partageant des continuités urbaines.

Cela aurait été un premier pas...

 

- Le Grenelle invite les collectivités à réaliser des investissements mais les mêmes collectivités se voient pointer du doigt par le gouvernement parce qu'elles dépensent beaucoup alors que leurs ressources diminuent.

Lire la suite

240 000 habitants rayés de la carte du développement durable

11 Mai 2010 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #ECOLOGIE - DVLPT DURABLE

Le Centre de Ressources sur le Développement Durable (CERD), instituton financée par le Conseil régional,et l'Etat et basée en Loos-en-Gohelle, vient de lancer un appel à candidature (signé par le secrétaire général de la Préfecture !) pour la constitution du réseau des ambassadeurs du développement durable.

Cet appel comporte un questionnaire sur lequel il faut cocher le secteur géographique.

Et là, on a le choix entre Bassin Minier, Artois, Aurdomarois, Valenciennois, Littoral, Douaisis et Métropole lilloise.

 

On s’étonne bien entendu de ne pas trouver mentionnée la Sambre Avesnois.

 Il s’agit sûrement d’une omission, ou bien il y a eu une annexion valenciennoise des territoires Outre-Mormal !

 C'est tout de même inquiétant d'oublier ainsi les 240 000 habitants de Sambre Avesnois.

Lire la suite

Les calculs du SMIAA

31 Mars 2010 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #ECOLOGIE - DVLPT DURABLE

La concentration en dioxines mesurée sur le prélèvement d'une durée de six heures a été de 0,143 nanogrammes /Nm3 de gaz alors que la norme autorisée est de 0,08.

Le dépassement est donc très important.

 

Nonobstant les incidences éventuelles, Le SMIAA se livre à une gymnastique intellectuelle en diluant ce chiffre dans la totalité des rejets annuels pour sortir une moyenne.

Le technique est la suivante : Comme les rejets sont habituellement inférieurs à la norme, si on fait une moyenne, on est bon et cela n'a pas d'impact sanitaire.

 

Si l'on avait procédé de la même manière avec Tchernobyl (on réintègre les dépassements dans un calcul couvrant plusieurs années) il n'y aurait pas eu d' " effet tchernobyl ".

 

Et quand le SMIAA écrit " il n'y a donc pas d'impact sanitaire ", c'est faire fi de la complexité des processus en oeuvre et écarter d'un revers de la main une question qui mériterait davantage de circonspection.

 

Avec ce mode calcul, on peut en arriver à dire : «  Je peux boire quatre litres de Ricard sur la journée, sans risque de coma éthylique, puisque dans les six mois qui ont précédé, je n’en ai pas bu un verre ».

 

 

 

Lire la suite

L'eau de Poweo

31 Mars 2010 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #ECOLOGIE - DVLPT DURABLE

Poweo a besoin chaque jour de 9000 m3 d'eau pour refroidir ses tours, soit 3 285 000 m3 par an.

Soit 20 % de la capacité totale de production de nos forages (40 000 m3 /jour) et 40 % de la consommation annuelle du SMVS.

 

J'ai posé la question hier soir :

Quel intérêt pour POWEO d'acheter de l'eau provenant de captage plutôt que de prélever l'eau de la Sambre ?

 

Réponse : L'eau qui est vendue à Powéo provient d'un forage désaffecté.

Précision : Le Préfet aurait néanmoins conditionné l'accord d'ouverture de la centrale à la réalisation d'une étude devant préciser la faisabilité d'un prélèvement de l'eau de la Sambre, et en tenant compte des périodes d'étiage.

Lire la suite

Fonctionnement du SMIAA

31 Mars 2010 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #ECOLOGIE - DVLPT DURABLE

 

On a parlé de moi semble t-il lors de la réunion du SMIAA.

Tout d'abord, un mot sur mon absence.

J'animais à la même heure une réunion pour l'agenda 21 à l'agglomération (fixée de longue date) et j'avais pris soin de déléguer mon collègue Didier Pol.

 

Concernant mon retard lors de l'avant-dernière réunion du SMIAA, il a concerné une petite dizaine d'élus, en raison de l'encombrement de la RN2.

Que l'info ait été donnée en préambule, je l'ignorais puisque le SMIAA n'envoie jamais de compte-rendu de réunion (c'est cela la transparence ?).

 

Enfin, le fait que l'information ait été donnée aux

administrateurs (ce que j'ignorais, je le concède) n est pas une garantie de la diffusion envers le grand public.

La preuve en est que si la presse en a parlé, c'est bien parce que ce blog abordait le sujet (comme celui de Bernard Baudoux également).

 

Et sans mon blog, la presse ne serait certaiement pas venue ce lundi à Assevent puisqu'elle n'était pas à Avesnes.

Je n'ai donc pas montré du doigt le SMIAA, j'ai donné une information sur mon blog, ce qui me semble la plus naturelle des choses.

 

Quant à dire qu'il y aurait un problème, ce n'est pas Jean-Marie Allain qui l'écrit.
Je ne suis pas un expert.

J'ai retranscrit mot pour mot le courrier des services l'Etat que les administrateurs n'ont pas eu en main.

 

Je ne conteste pas les efforts de Damien Ducanchez pour apporter plus de transparence dans le fonctionnement du SMIAA.

Je pense simplement qu'on peut encore faire mieux.

 

 

Lire la suite

L'appel du 22 mars

23 Mars 2010 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #ECOLOGIE - DVLPT DURABLE

La journée du CEAS l’a encore montré.

Le divorce est profond entre le monde politique et la société active et créative.

Toutes les initiatives originales sont nées de la société civile.

Parfois, elle sont impulsées par les institutions, c’est le cas des CIGALES, ces réseaux de collecte et d’épargne solidaire (impulsées par la Région, en particulier sous le mandat de MC Blandin).

Mais rien ne se fait sans l’implication des acteurs de la société civile.

 

Face à ce terreau d’initiatives, le mode politique fonctionne comme des écuries de Formule 1 clame Daniel Cohn Bendit.
 « Ces belles mécaniques politiques peuvent être très sophistiquées et faire de belles courses entre elles, mais elles tournent en rond toujours sur le même circuit, avec de moins en moins de spectateurs ».

Sortir de la stérilité des jeux de pouvoir et de la tempête des egos pour trouver une forme politique inédite, tel est le pari de Daniel Cohn Bendit, qui estime que l’important est moins de savoir d’où nous venons (le principe de la double appartenance est reconnu) que de savoir où nous voulons aller ensemble.

 

Il lance un appel pour transcender les vieilles cultures et repenser la forme même du politique.

Dépasser « la forme- parti » comme nous disions au PSU avec Bernard Ravenel au début des années 80.

C’est un pari auquel on veut (encore) croire.

Ne pas hésiter à lire l'appel, un grand crû comme il n'en sort que tous les 42 ans.
www.europeecologie22mars.org
Lire la suite

Inondations :quid des digues réglementaires ?

3 Mars 2010 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #ECOLOGIE - DVLPT DURABLE

La France redécouvre les zones inondables après chaque catastrophe.
On nous explique que les Plans d'Exposition aux Risques (PERI/ 1982) ont été remplacés par les Plans de Prévention des Risques (PPR de la loi Barnier), soit naturels, soit technlogiques.
Marpent est ainsi couvert d'un PPRN depuis 1994.
Il s'agit du fameux zonage avec les zones rouges (interdites de construction) et les zones bleues (constructibles sous condition).
Au vu de ce qui s'est passé sur le littoral vendéen, on peut s'interoger sur les raisons du retard pris dans l'élaboration de ces documents de prévention.
Notre région n'a pas plus de fonctionnaires, ce serait plutôt l'inverse.
Les pressions touristiques mercantiles expliquent probablement cette ignorance des exigences de prévention sur le littoral atlantique.
Et je ne parle pas des Atlas de zones inondables du Ministère de l'Environnement aujourd'hui en vigueur dans nos documents d'urbanisme, dont les régles sont nettement plus contraignantes que tous les PPRN puisque les zones bleues deviennent elles aussi, pour l'essentiel,inconstructibles.
Les digues de protection contre les eaux ne peuvent remplacer les digues réglementaires.
Lire la suite

Des schémas éoliens qui divergent

17 Février 2010 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #ECOLOGIE - DVLPT DURABLE

Le Schéma régional éolien va être soumis par l’Etat et la Région à la concertation des collectivités locales.

Comme vice-président de l’AMVS en charge du Plan Climat, j’ai participé à plusieurs réunions de l’instance de concertation.

 

La loi Grenelle a fixé un objectif de 23 % de consommation d’énergie d’origine renouvelable pour 2020.

Au regard de la puissance aujourd’hui installée dans la Région (505 MGW accordées dont 270 MGW déjà produits), cellec-ci devra se doter de 1000 MGW supplémentaires d’ici 2020.

 

Le potentiel est nettement plus important dans le Pas-de-Calais, qui compte déjà d’ailleurs la grande majorité des éoliennes.

 

Ce document intéressant m’interpelle toutefois sur un point essentiel.

La méthodologie utilisée restant très soucieuse de respecter les « entités paysagères », le document ne retient comme site potentiel en Avesnois que la partie Nord Maubeuge, là où existe le projet de Wind Vision.

 

Or, le schéma éolien élaboré par le PNR ainsi que les études fines menées par les opérateurs (qui n’ont aucune raison de s’attarder sur des sites non rentables) cible d’autres secteurs comme celui de Bachant (projet d’Energie Nouvelle, filiale d’EDF) ou de Maubeuge Sud (projet d’Ecoterra).

 

La discordance entre les documents actuellement disponibles pose donc un réel problème puisque le schéma présenté par les services de l’Etat, même s'il n'est pas opposable, devra être pris en compte dans le SCOT.

 

Que se passera t-il si un projet de Zone de Développement Eolien (ZDE) est proposé par le territoire sur un site qui n’est pas suggéré par le Schéma Régional ?

 

Les élus devront donc débattre des recommandations faites par le Schéma Régional et faire des propositions recevables par l’Etat et la Région
Lire la suite

Biodiversité et emploi

27 Janvier 2010 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #ECOLOGIE - DVLPT DURABLE

Matthieu Quiret, journaliste, consacre un superbe article dans les Echos de ce mercredi aux emplois de la bio-diversité.
La bio-diversité est actuellement le parent pauvre du développement durable.
Chroptères et amphibiens font encore sourire de temps à autre dans nos réunions mais c'est tout à l'honneur de notre agglomération (et de la région Nord Nord-Pas-de-Calais) de s'être engagée très tôt dans un programme Trame Verte.
La protection de la bio-diversité génère une activité économique de plus en plus importante compte-tenu des contraintes imposées par la législation aux porteurs de projets de construction ou d'aménagement.
Le rapport de Valérie Létard sur la croissance Verte table sur la création de 40 000 emplois d'ici 2020.
Ces emplois couvrent autant les métiers de l'ingénierie écologique de haut niveau (botanistes,entomologistes...) que les filières de terrain (pour réaliser les aménagements spécifiques).
Comme quoi il y a encore des niches en matière de filières de formation et de création d'entreprises.
La difficulté que nous avons parfois à trouver des prestataires sur les projets de valorisation de nos zones humides le démontre.

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>