Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Jean-Marie Allain
Articles récents

LES CCAS ET LA REFORME DU FINANCEMENT DU LOGEMENT SOCIAL

10 Avril 2008 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #développment durable



Le Livret A permet actuellement d’affecter le produit d’une collecte auprès de 46 millions de français à la construction de logements sociaux.

Les fonds sont en effet centralisés par la Caisse des Dépôts qui les redistribue ensuite sous forme de prêts aux organismes d’HLM.

Trois banques se partagent aujourd’hui le monopole de la distribution de ce livret : la Banque Postale, les Caisses d’Epargne et le Crédit Mutuel au travers de son livret bleu.

L’Etat paie aux banques une partie des intérêts versés aux épargnants.


Mais la commission européenne a en ligne de mire ce monopole et demande instamment à la France d’y mettre fin avant la fin de l’année.


Le gouvernement, soucieux de répondre aux exigences européennes mais ne souhaitant pas non plus porter préjudice aux mécanismes permettant la construction de logements sociaux dans un contexte de pénurie, a donc missionné M Camdessus pour rédiger un rapport.


La problématique de sa réflexion consiste à répondre aux exigences de l’Europe tout en permettant à l’Etat de ne pas dépenser plus et tout en construisant autant, voire davantage de logements sociaux ;

Or, si la fin du monopole, au travers de l’élargissement de la collecte dans d’autres réseaux bancaires, permet d’accroître les fonds collectés, l’Etat risque d’y laisser une grosse ardoise puisqu’il prend actuellement en charge une partie des intérêts servis aux épargnants.


D’où l’idée avancée dans ce rapport que l’Etat, pour faire des économies, modifie la formule de calcul qui permettrait d’obtenir une baisse du taux du livret A (formule qui aujourd’hui prend en compte l’inflation à hauteur de 50 % du taux du livret et comme l’inflation est élévée….), donc des intérêts payés à l’épargnant, et a fortiori de la part prise en charge par l’Etat.


Le livret risquerait de ce fait d’être moins attractif pour cet épargnant, d’où le projet de baisser les montants des commissions prélevées par les distributeurs.

Mais ceux-ci ne vont-ils pas rechigner à distribuer le produit ?

Pour éviter ce risque, il est envisagé que les banques pourraient avoir le droit d’utiliser librement 30 à 50 % des sommes collectées pour les transférer sur des produits plus rémunérateurs.

Mais alors, on retourne à la case départ avec le risque cette fois de se retrouver avec un montant de collecte moindre, à tout le moins en-dessous des espérances.


Le problème n’est donc aussi simple qu’il y paraît.

Le rétablissement légitime de l’équité entre les banques (notamment entre les banques mutualistes) peut provoquer un effet en chaîne qui déséquilibre complètement le financement du logement social.

La réforme ne peut donc être précipitée. C’est le sens d’un appel lancé par l’Union Sociale de l’Habitat qui regroupe le monde HLM et signé par l’Union nationale des CCAS.


Lire la suite

DE LA CHALEUR TROPICALE À LA GUERRE FROIDE ?

10 Avril 2008 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #AGGLO INTERCOMMUNALITE

 Après la chaude période de paludisme électoral (tout particulièrement à
Marpent où régne,vous avez dû le remarquer, un micro-climat)
le paysage intercommunal sambrien compte plusieurs nouveaux élus.

Bienvenue au club !

Et tout de suite trois conseils sans prétention :

- Prévoir une grande poubelle pour mettre les circulaires sans intérêt (ces
circulaires-types envoyées à toutes les communes, mêmes à celles qui ne sont
pas concernées) et même nuisibles par la gaspillage de papier

- Acheter un four micro-ondes pour manger tiède (mais écolo comme je suis,
je n'ai pas de micro-ondes !)

- Prendre une assurance personnelle en responsabilité civile

Le troisème tour se profile avec l'élection à la Communauté d'agglomération
de Maubeuge Val de Sambre.

Il semblerait que la Présidence va se jouer au chausse-pied.

Faut-il s'en plaindre ?

On peut effectivement répondre oui au premier abord.

Mais lorsqu'un conseil communautaire vote 95 % de ses délibérations à
l'unanimité, dans un consensus " tout mou, tout flou" (comme cela s'est fait
entre 2001 et 2008), ce n'est pas bon pour la démocratie.

Le réquilibre du conseil communautaire (mettant le PC et le PS à forces
pratiquement égales) et la disparition de la droite crée une situation
inédite mais qui n'est pas dénuée d'intérêt, quel que soit le Président de
l'agglomération.

Aucune force politique ne sera en mesure d'imposer son point de vue sans
débat et, au-delà du vote des troupes disciplinées, le positionnement des
communes non alignées (dont la nôtre) prendra une dimension essentielle.

Bernard BAUDOUX et Rémi PAUVROS parviendront peut-être à un accord avant le
vote pour éviter un Yalta sambrien.

Pour ma part, si les élus devaient être amenés à choisir entre deux
candidats (ou davantage), je consulterais mes collègues élus avant de
prendre une position et j'informerais les marpentois des raisons de mon
choix.
Lire la suite

PAS DE FUMEE SANS FEU

10 Avril 2008 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #SANTE

 La dernière étude de L'Institut de Veille Sanitaire confirme les risques de
cancer liés aux rejets des incinérateurs dans les années 70 et 80.
Ces risques sont même réévalués à la hausse.

Les normes ont heureusement évolué depuis mais les effets de la combinaison
de substances chimiques actuellement rejetées par ces nouveaux incinérateurs
(comme celui de Maubeuge) sont encore mal connus, effets dont nous ne
pourrons connaître les effets que d'ici une vingtaine d'années.
Lire la suite

IN MEDIO STAT VIRTUS ou la théorie du juste milieu

6 Avril 2008 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #SOCIETE

Derrière les projets politiques et les programmes qui en découlent se dessinent des modes de pensée qui plongent leurs racines dans l’antiquité.

C’est l’opposition récurrente entre les tenants de la rupture et ceux qui prônent des ajustements.

Du côté de la rupture, c’est maître Platon qui a le premier incarné
un principe de la vie éthique qui est à rechercher non pas dans l'expérience mais dans le " monde des idées ", dans la théorie.
Le discours platonicien, construit sur l’axiome rationaliste, débouche sur des postures tranchées, quitte à plier la réalité sociale à ses exigences d’ordonnancement et à nourrir la rupture et le conflit.
La rupture prônée par N Sarkosy ou la rupture anti-capitaliste sont , en ce sens, des postures idéologiques d’inspiration platonicienne et toujours susceptibles de déboucher sur une société totalitaire.
La république de Platon est d’ailleurs une république anti-démocratique, Platon considérant que la démocratie, c’est la porte ouverte à la démagogie et à la coalition d’intérêts catégoriels contre la justice (l’égalité hommes-femmes est imposée chez Platon).

Du côté de l’ajustement, c’est Aristote, l’élève de Platon, qui fait figure de référent pour tous les partisans d’une éthique fondée sur le juste milieu et qui défend l'idée selon laquelle, la vertu est toujours  à mi-chemin entre deux contraires, l'un par excès l'autre par défaut.
Par exemple, le courage est le juste milieu entre la témérité  et la lâcheté.
De même la libéralité est un juste milieu entre la prodigalité  et l'avarice.

Ainsi l'homme juste est celui qui en toute chose sait discerner la voie
moyenne et agir selon la mesure.
Il agira " comme il faut, quand il faut et où il le faut ", bref avec sagesse.
C’est dans le juste milieu que se trouve la vertu (in medio stat virtus), l’excès en tout est un mal.

Ethique fondée sur l’expérience (réaliste et empiriste) plutôt que sur les a priori dogmatiques, la théorie du juste milieu est élaborée par
Aristote dans son Ethique à Nicomaque.


La théorie aristotélicienne du juste milieu (l'éthique de la médiété pour reprendre l’expression d'Aristote) fut remise au goût du jour par Saint-Thomas, qui a christianisé en quelque sorte la pensée d'Aristote.
Lire la suite

FAIRE DU PERMIS DE CONDUIRE UNE EPREUVE DU BACCALAURÉAT

3 Mars 2008 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #ECOLE-EGALITE DES CHANCES

L'Etat propose dorénavant aux jeunes français le parcours de citoyenneté.

  • Première étape : sensibilisation à la  Défense nationale et à la sécurité collective dans le programme d'éducation civique des classes de 3e, 1ère et terminale.
  • Deuxième étape : le recensement , obligatoire dès 16 ans, dont l'attestation sera réclamée pour l'obtention de certains examens et qui permettra l'inscription automatique sur les listes électorales.
  • Troisième étape : la journée d'appel de préparation à la défense, obligatoire entre la date du recensement et l'âge de 18 ans.

On peut regretter que l'Etat n'ait pas inclus dans ce parcours l'apprentissage obligatoire et gratuit du code de la route, voire du permis de conduire.

La possession de celui-ci est devenue un incontournable pour l'accès à l'emploi et il est simplement scandaleux qu'il faille aujourd'hui payer très cher pour un exercice que le service militaire proposait autrefois à chaque jeune qui était sous les drapeaux.

C'est un côté honteux de notre république.

L'une des grandes réformes qui pourrait honorer notre pays serait d'intégrer le passage du permis de conduire dans l'épreuve du baccalauréat.

Chaque lycée suivrait des cours de code dans le cadre scolaire et disposerait d'un nombre forfaitaire de leçons à prendre chez une auto-école de son choix.

Lire la suite

Voie express Maubeuge-Jeumont

18 Février 2008 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #ECOLOGIE - DVLPT DURABLE

Le bitume est tout neuf mais Il y a encore beaucoup de travail à faire pour le développement durable en Val de Sambre.

Pourquoi ne pas mettre en place des brigades vertes intercommunales financées par le Conseil Général au titre de l'insertion ?
IMGP0034.JPGIMGP0035.JPG
Lire la suite

TELE SANS PUB : LA GAUCHE EN REVAIT....

13 Février 2008 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #SOCIETE

Mitterrand avait privatisé la télévision publique.

Depuis, la gauche rêvait d'une véritable télévision publique.
Michel Rocard s'était attelé à la tâche mais sans succès
Pierre Bourdieu, figure incontournable des intellectuels ultra-gauche,
fustigeait les socialistes de cette nouvelle trahison.

Et voilà que Sarkosy le malicieux, sur les conseils d'Alain Minc, un
intellectuel et homme d'affaires proche du PS, décide d'offrir comme cadeau
de Noël aux français une chaîne publique sans pub.

Annonce sans aucun doute prématurée tant les problèmes à régler sont réels :
les 300 salariés de la régie publicitaire des chaînes publiques à recaser,
des recettes de publicité à remplacer et le temps de la publicité à combler
(3 heures par jour), un coût de plus de 1 milliard d'euros.

Sarko a exclu d'augmenter la redevance.
Il est vrai que l'argent à récupérer coule à flot , que ce soit auprès des
chaînes privées (puisqu'elles vont récupérer une manne publicitaire... leur
cours en Bourse a d'ailleurs augmenté) ou chez  les opérateurs de téléphonie
mobile (Bouygues, SFR, Orange) dont les profits explosent.

La CGT qui a depuis longtemps fait son deuil de la télévision publique,
se bat pour maintenir la publicité mais n'ose quand même pas se balader avec
des pancartes.C'est tout de même baroque !

Le PS et le PC sont muets, pensez donc...la publicité asservit l'homme :
c'est Marx qui nous l'a appris et surtout Guy Debord et les anarchistes de
l'Internationale Situatonniste.Elle le décervelle : chaque seconde vendue à
une marque est " un temps de cerveau humain disponible " (dixit le PDG de
TF1).

Sur le fond, les gens de gauche sont tentés d'approuver mais c'est tellement
difficile de dire que c'est une bonne idée lorsque la droite revient à la
télévision publique alors que la gauche l'avait privatisée !

Mais en politique,il faut savoir à la fois critiquer son adversaire et reconnaître que
ses décisions sont bonnes si, dans le fond de soi-même , on en est persuadé.
Lire la suite

QUIZZ ENVIRONNEMENT

8 Février 2008 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #ECOLOGIE - DVLPT DURABLE

Dans sa page de jeux, l'agglomération pose la question suivante :

 Quel format est préférable ?

- Une bouteille d'eau de 50 cl
- Une bouteille d'eu d'1,5 litre
- Une bouteille d'eau de 5 litres

La réponse est bien évidemment 5 litres , la grande bouteille ayant l'avantage de générer moins de déchets
Mais, il y avait une meilleure réponse ; c'est l'eau du robinet, qui ne consomme pas de plastique (ni de CO2 pour la transporter) et offre des qualités semblables, voire supérieures à l'eau de bouteille.

A Lille, Martine Aubry offre d'ailleurs une carafe à chaque nouvel habitant en cadeau de bienvenue...
C'est une belle initiative dont nous devons nous inspirer.

Certes, quand la distribution d'eau est aux mains de grands groupes, ceux-ci se frottent les mains.
Mais on peut aussi réfléchir à une régie intercommunale de l'eau... elle sera en plus moins chère.


Lire la suite

SORTIR DE LA DICTATURE ACTIONNARIALE

7 Février 2008 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #EMPLOI ET DVLPT ECONOMIQUE

Le capitalisme s’organisait au XIXe siècle autour du triptyque épargnants – banques – entreprises.
C’est donc la banque qui constituait l’intermédiaire essentiel de cette relation entre des épargnants qui déposaient leurs économies que la banque replaçait sous forme de prêts aux entreprises.
La particularité de ce capitalisme industriel reposait sur l’identité entre la propriété du Capital et le pouvoir de gestion.
Le chef d’entreprise détenait (lui ou sa famille) la majorité du capital et prenait ses décisions en fonction de l’intérêt de l’entreprise sur le long terme.

Dans les pays d’économie libérale, le capitalisme est devenu un capitalisme boursier, actionnarial ou financier. c’est - à - dire un capitalisme exclusivement dominé par les exigences des actionnaires, qu’ils soient des personnes physiques ou morales.
Le modèle s’organise cette fois avec d’un côté une entreprise qui détient son capital d’une multitude d’actionnaires et de l’autre un conseil d’administration, incarnation de la volonté des plus gros actionnaires, qui veille à la performance de son dirigeant manager.
Dans un tel schéma, il n’y a plus superposition entre la propriété du capital et le pouvoir de gestion, mais bien subordination du second aux exigences du premier.
Les décisions du dirigeant manager sont prises en fonction de la maximisation des dividendes exigée par les actionnaires, c’est-à-dire en fonction du court terme et en occultant complètement l’intérêt de l’entreprise sur le long terme.

Bref, alors que les actionnaires sont théoriquement là pour financer le capital des entreprises, ils en sont devenus les premiers vampires.
Ce sont leurs intérêts particuliers qui ont pris le pas sur l’intérêt général.

Préconiser la nationalisation du système bancaire ne serait pas une alternative crédible.
Dans les pays à l’économie planifiée, l’Etat, devenu aussi banquier, a souvent pris des décisions sur des critères politiques et non économiques, au point d’engloutir. les économies des travailleurs dans des entreprises qui n’étaient pas rentables.
On a vu le résultat.

Imposer plus de régulation dans le processus, certainement.
Cela passe par l’adoption de traités internationaux pour imposer un code de bonne conduite dans les marchés boursiers.
Cela passe aussi une politique fiscale (de préférence européenne) qui encourage les réinvestissements d’une bonne partie des bénéfices, dissuade les distributions trop généreuses aux actionnaires et interdise que les revenus des dirigeants soit fixés au prorata de l’enrichissement des actionnaires.
Lire la suite

Marpent PASSIONNEMENT !

3 Février 2008 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #MUNICIPALES 2008



La Voix du Nord - Edition du dimanche 3 février 2008

MARPENT

La quête d’équilibre de Jean-Marie Allain

liste-JMA.jpgVendredi soir, le maire sortant Jean-Marie Allain a présenté sa liste « Marpent Passionnément ».
« L’équilibre », c’est le leitmotiv de Jean-Marie Allain pour sa commune. Se placer ni trop d’un côté, ni trop de l’autre. « L’équilibre » entre le politique et l’apolitique : « La commune ne doit pas être un terrain d’incursion de la politique, mais ce ne n’est pas non plus un mot honteux. » « Équilibre », toujours, s’il est élu, entre « le développement économique résidentiel et la préservation de l’environnement ». Démocratiquement parlant, le maire candidat souhaite remettre au goût du jour « la démarche participative, ce grand mot justement mis à l’honneur lors de la campagne présidentielle  ». Là encore, Jean-Marie Allain souhaite trouver son « équilibre » entre cette démarche participative et «  la responsabilité des élus ». Enfin, sa volonté est « de protéger les plus faibles » sans toutefois « tomber dans l’assistanat. » Sa liste, maintenant : trois adjoints de l’équipe en place seront de la nouvelle aventure, Patricia Verplaetse, Pierre-Jean Dufour et Pascal Leblanc.
Certains autres ne repartent pas, pour cause de problèmes de santé. Jean-Claude Debail, ancien adjoint du précédent maire, Jacques Rougefort, a même rallié Jean-Marie Allain. « Les gens ont appris à me connaître pendant mon mandat », explique le maire. En revanche, il assure que « personne de son équipe n’a rejoint une liste d’opposition ». De même que son revirement politique - Jean-Marie Allain est passé des Verts au MoDem - « n’était pas une motivation première » pour les conseillers « qui ne l’ont pas évoqué ».  • J. CA.

OAS_AD('Position1');

 >  La liste « Marpent Passionément » : Jean-Marie Allain ; Yvette Azambre ; Frédéric Bernard ; Nadine Biscaras ; Gilbert Bocquet ; Joanne Broccato ; Stéphanie Cararo ; Michel Casset ; Sullivan Clause ; Monique Clippe ; Jean-Claude Debail  ; Nathalie Filleur ; Pierre-Jean Dufour ; Gaëtan Hennebert ; Valérie Julé ; Christian Lavielle ; Pascal Leblanc ; Jacqueline Loire  ; Bruno Legros ; Gérard Monfourny ; Hervé Nicol ; Patricia Verplaetse ; Jacques Vandekerckhoeve.
Lire la suite
<< < 10 20 30 40 50 60 70 80 81 82 83 84 85 > >>