Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Jean-Marie Allain
Articles récents

UN RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE PLUS RAPIDE QUE PREVU

21 Mars 2009 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #ECOLOGIE - DVLPT DURABLE

2000 scientifiques réunis au Danemark viennent de faire le constat que les
prévisions les plus noires du très consensuel GIEC (Groupe
Intergouvernemental d'Experts sur le Climat) seraient largement dépassées.

Par exemple, le GIEC prévoyait une montée du niveau des océans de 18 à 59 cm
d'ici un siècle alors que dans le meilleur des cas ce sera 75 cm sans
exclure 190 cm.
Tout laisse penser que les manchots vont continuer à dériver sur la
banquise fondante.

Nos plans locaux d'urbanisme sont jeunes (loi SRU 2000) mais déjà obsolètes
car ils sont incapables de promouvoir la bio-diversité et donc le
développement durable.

Un PLU ne peut interdire, encore moins prescrire la plantation d'essences
locales pour les clôtures végétales.
Il ne peut davantage s'opposer à l'artificialisation des sols puisque cette
opération ne nécessite aucune autorisation.

Quand bien même en faudrait-il une que le pari ne serait pas gagné lorsqu'on voit
le nombre de haies pourtant protégées, arrachées sans autorisation mais ne
donnant pas lieu à poursuite.

Il en est de même du Code de l'expropriation qui,depuis la loi du 2 février
1995 relative au renforcement de la protection de l'environnement, s'il
prévoit maintenant de pouvoir exproprier des terrains soumis à des risques
naturels et qui nécessitent des mesures immédiates de sauvegarde, ne peut
concerner que des risques qui mettent en jeu des vies humaines comme les
avalanches ou les inondations, pas des espèces menacées de disparition.

Les migrations vers le Nord ne concernent pas que les sans-papiers.
Des chercheurs expliquaient récemment au congrés de France Nature
Environnement à Lille qu'avec le réchauffement climatique, on constatait des
déplacements vers le Nord d'espèces ayant besoin de températures plus
froides.
Certaines disparaîtront parce qu'elles ne pourront pas s'adapter.
Quant à celles qui ont besoin d'un très grand froid,
si la banquise disparaît...elles pouuront difficilement trouver plus froid
ailleurs et disparaîtront aussi.

Pour terminer sur une note d'humour, à l'heure où nous essayons de protéger les mares,
j'en veux un peu aux naturalistes d'avoir, par leur sémantique, inscrit dans le marbre l'image de
telle ou telle espèce qu'elle traîne aujourd'hui comme un boulet.

Des batraciens indispensables à la bio-diversité sont affublés de noms
détestables tels que " crapaud calamite " ou " triton vulgaire ".

Quelle lourde responsabilité cher Buffon d'avoir puisé ton inspiration dans
le latin plus que dans l'imaginaire poétique !
Lire la suite

PRINCIPE DE PRECAUTION

21 Mars 2009 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #SANTE

Après l'interdiction du maîs Monsanto, ce sont plusieurs antennes -relais
qui viennent d'être interdites au nom du principe de précaution.
L'intégration de la Charte de L'Environnement dans la Consitution commence à
trouver des terrains d'application.
Plusieurs antennes-relais conformes au décret Jospin du 3 mai 2002 (seuil de
61 volts par mètre), dans le Rhône et le Vaucluse, viennent de se voir
interdites par une Cour d'Appel.
Lire la suite

SUBVENTIONS PAYS...ON PEUT ENCORE ESPERER

17 Mars 2009 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #AGGLO INTERCOMMUNALITE

Tout laisse aujourd'hui à penser que la disparition du Pays Sambre-Avesnois est définitive mais que d'autres instances pourraient prendre le relais.
Le Syndicat Mixte du SCOT de l'avesnois deviendrait le niveau décisionnel et élargirait ainsi sa vocation première.
Cela est plutôt bon signe puisque les collectivités retrouveraient la possibilité de déposer des dossiers éligibles aux subventions Pays.
C'est là l'essentiel.
Il  reste à obtenir l'accord officiel des financeurs mais cela serait en bonne voie.
A suivre.
Lire la suite

LE PLAT PAYS DE L'AVESNOIS

15 Mars 2009 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #EMPLOI ET DVLPT ECONOMIQUE


En l'absence de la création d'un Pays Sambre-Avesnois, les crédits qui
devaient aller sur des projets de notre arrondissement sont bloqués par la Région.
Notre territoire perd un million d'euros par an de subventions avec
la mise en veilleuse de la Conférence Permanente.
Le territoire a besoin de réactivité et de passer à l'offensive.
Aujourd'hui, on ressemble plutôt au plat Pays de Jacques Brel.
Les états d'âme sur le Pays sont compréhensibles (un bidule de plus,
c'est pas réjouissant) mais il faut savoir les mettre dans un mouchoir
lorsque des enjeux financiers sont à ce point présents.
A force d'attendre le TER-GV  et de ne faire que cela, on risque bien 
de voir, non pas les trains, mais les subventions nous
passer sous le nez.
Lire la suite

CARBONE : LES ENTREPRISES FONT LEUR MARCHE

9 Mars 2009 , Rédigé par Jean-Marie Allain

Le marché des émissions de carbone n'est certainement pas la panacée pour lutter
contre le réchauffement climatique.
En Allemagne, les entreprises qui implantent des éoliennes vendent leurs
crédits d'émissions à des entreprises d'Europe de l'Est qui peuvent ainsi
continuer allègrement à polluer.
Lire la suite

LE PIB VA BAISSER ? TANT MIEUX !

3 Mars 2009 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #ECOLOGIE - DVLPT DURABLE

Le PIB est aussi absurde que la TP.
La TP taxe le travail et le PIB valorise le gaspillage.
Si on urbanise les campagnes, on provoque l'aménagement de routes et plus de
déplacements... Le PIB monte ! C'est absurde.

Moins de mobilité, moins de pollution : le PIB baisse !

En fait, le PIB n'est qu'un indicateur de la dépense et il ne se pose jamais la
question de savoir si cette dépense est utile ou non.

L'archaïsme du mode dominant de la pensée économique s'explique puisque le
profit se réalise aussi bien sur des dépenses nuisibles pour la planète qu'utiles.

Il appartient à toux ceux qui sont persuadés de cette anomalie de montrer qu'il est
possible de raisonner autrement.

Localement, nous pourrions envisager de mesurer la pertinence de tous nos
projets au travers d'une batterie d'indicateurs combinant l'économique
(emplois créés de manière pérenne, chiffre d'affaires apportées aux
entreprises locales, incidences budgétaires...), le social (économies des
ménages, accessibilité pour les plus modestes, les handicapés...) et
l'environnemental (empreinte écologique, émissions de CO2 ...).

Il y a de quoi faire en Val de Sambre.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Lire la suite

UN SYSTEME QUI MEURT DE SES CONTRADICTIONS

3 Mars 2009 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #EMPLOI ET DVLPT ECONOMIQUE

Un système qui se mord la queue et qui va droit dans le mur, c¹est bel et
bien l¹enseignement de cette crise qui pourrait bien annoncer une profonde
mutation, au moins à la hauteur de ce que nous avons vécu dans les années
soixante-dix.

Les causes sont ici différentes.
Après le choc pétrolier, l¹Europe avait été confrontée à une
réorganisation du système productif à l¹échelle mondiale.
Les pays émergents s¹installaient en rivaux, en affichant des coûts de
production tellement moindres que notre sidérurgie dut se délocaliser sur
les bords de mer pour diminuer à son tour ses prix de revient.
Cette contradiction du capitalisme était donc surmontable, même si
socialement la crise fut difficile à encaisser et si tant est, localement,
que nous en soyons complètement sortis.

Aujourd¹hui, l¹origine de la crise a changé.
Le capitalisme mondialisé s'est lui-même pris au piège, d¹abord avec la
crise de l¹immobilier mais pas seulement.
Le château de cartes aurait pu s¹écrouler autrement.
C'est la carte immobilière qui a glissé la première, c'est une autre qui
aurait pu glisser.
La logique d¹accumulation actionnariale est allée tellement loin qu¹elle a
asséché tout le reste.

L'actionnaire se retrouve dans le rôle de l¹arroseur arrosé : s'il empoche
trop de profit, il empêche l'entreprise de rémunérer correctement les salariés,
qui ne lui achèteront pas ses produits.
Du coup, on met en place le crédit...
Mais c'est une illusion de croire qu'une
société peut vivre à crédit in eternam.
Un jour, tout s' écroule. C'est ce qui est en train de se passer.
Les riches n'ont jamais été aussi riches et les pauvres aussi pauvres.
Vous avez peut-être remarqué : le marché des voitures de luxe ( si j'en crois l'Audi-mat) ne connait pas la
crise...
Pour le citoyen lambda, on a beau donner une voiture gratuite pour une
achetée, encore faut-il pouvoir l¹acheter et en avoir besoin !
Et cette fois, nous avons atteint un seuil critique.
Sera t-il réversible ? Personne ne peut répondre car l'économie n'est pas
une science exacte, loin de là.
Et puis, le capitalisme nous a tellement habitués à rebondir.
Et les alternatives sont tellement peu crédibles en face : le nationalisme
d¹un côté et le collectivisme de l¹autre.
Dans les pays de l'Est, c¹est le capitalisme qui est venu au secours de
l¹Etat.
Ironie de l'histoire : aujourd¹hui, c¹est l'Etat qui vient au secours du
capitalisme.

Si c'est pour que tout reparte comme avant, cela ne servirait à rien.
Quelle que soit la réponse, nous arrivons à la fin d'une époque.
Le capitalisme financier avait supplanté le capitalisme industriel mais il
s'est à son tour effondré, comme s'est effondré le mur de Berlin.
L¹heure de l¹économie sociale de marché est peut-être arrivée.
 
 

Lire la suite

LE SOCIAL, BEQUILLE DU DEVELOPPEMENT DURABLE

1 Mars 2009 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #ECOLOGIE - DVLPT DURABLE

Le Ministère organise la semaine du développement durable du 1er au 7
avril et invite tous les acteurs à organiser des manifestations ou des
actions valorisant au moins deux des trois composantes du développement
durable, à savoir économique, sociale ou environnementale.
On peut s'interroger sur cette conception étriquée du développement durable.
Celui-ci suppose en effet de réunir les trois dimensions et pas
seulement deux.
Si une commune construit des logements, elle met l'accent sur le volet
économique (accueillir de la main d'oeuvre, faire travailler les
entreprises locales..)
Si ces logements sont à haute performance énergétique, elle met aussi
l'accent sur le volet environnemental.
Mais si les populations accueillies sont socialement triées sur le volet
ou si les loyers sont prohibitifs, la commune oublie le volet social et
on ne peut plus parler de développement durable.

Réduire le développement durable à deux dimensions, c'est d'autant plus
grave que le volet social est bien souvent oublié dans les projets.
Le développement durable, c'est trois pilers, pas deux jambres et une
équille.
Lire la suite

LA PERTE DE POPULATION AU PROFIT DES CAMPAGNES EST-ELLE UNE MALADIE HONTEUSE

26 Février 2009 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #EVENEMENTS

Le val de Sambre perd depuis trente ans de la population dont une partie

 s'installe dans les villages des alentours.

 120 000 habitants dans les années 70, 99 000 aujourd¹hui et 83 000 en 2020

 selon l¹INSEE.

 Ce mouvement de péri-urbanisation est-il néfaste et, si oui, est-il

 inéluctable ?

 

On parle de « péri-urbanisation » sans toujours préciser que :

       - cette expression peut signifier l¹extension aux franges des villes ou la

 croissance de communes situées à la périphérie de ces mêmes villes

      - et qu¹elle s¹exprime selon des modalités  diverses  :  urbanisation le

 long des routes (dite en doigts de gant) ou de manière plus compacte mais

 dans un secteur dévolu à l¹agriculture.

 
La diversité de ces diverses formes de péri-urbanisation rend délicate toute

 appréciation tant il est vrai que les motivations sociales peuvent être

 contrastées.

 A vrai dire, la péri-urbanisation qui pose aujourd¹hui problème, c¹est bien

 l'étalement péri-urbain, dont on sait qu'il est socialement ségrégatif et

 difficilement desservi par les transports collectifs.
 Il peut toucher aussi bien les petites que les grosses communes.

 

 La forme la plus incontestablement décriée, à juste titre, c¹est l'étalement

en doigt de gants, précédé ou non d¹un mitage, alors que l¹urbanisation

groupée à la frange d¹un tissu bâti peut de son côté prêter à débat (d¹aucun

 diront qu¹elle est justifiée si la commune a épuisé toutes les ressources

 intra-muros, injustifiée si cela s¹inscrit dans une logique de facilité qui

 ne soucie pas de renouveler et de densifier le bâti existant).

 
Les causes de cet étalement sont multiples : retour à la campagne, fuite de

 la prosmicuité urbaine, coût moindre du foncier, part décisive de la taxe

 d'habitation dans les recettes communales des petites communes, coût de

 réseaux souvent payés par les intercommunalités...

 

 

Les incidences négatives de cet étalement péri-urbain, permis par la voiture
individuelle et l'amélioration des infrastructures routières, sont connus et

reconnus (sauf par un courant ultra-libéral qui considère qu¹il s¹agit d¹un mécanisme de marché qui trouve par lui-même son mode de régulation.) : déplacements pendulaires (le plus souvent en véhicules individuels) avec ses effets sur la pollution et la bio-diversité, habitat de faible densité, teinté d¹individualisme et de ségrégation sociale, coûts induits pour la collectivité en termes de réseaux et de services (ordures ménagères, transport scolaires, déneigement etc), aggravation des inégalités du fait des coûts de déplacement venant grever le budget des petits accédants, imperméabilisation excessive aggravant l¹écoulement des eaux pluviales,grignotage des activités agricoles, banalisation des paysages, accroissement des prix du foncier au détriment des agriculteurs,  stigmatisation des quartiers paupérisés par le départ des couches moyennes, conflits d'usage de l'espace rural entre les utilisateurs traditionnels et les néo-ruraux, fermeture de classes suite au vieillissement des accédants.

 
Lorsqu'une commune rurale tente de greffer une opération de quelques

 logements sur son centre-bourg, on peut parler de croissance péri-urbaine

 (et donc de péri-urbanisation) mais, sauf à interdire aux communes rurales

 de se développer (mais au non de quoi ?) cela n¹est pas forcément une chose
négative sur le plan du développement durable dans la mesure où il peut

s'agir de logements sociaux (HQE de surcroît) pour des salariés des PME de

 cette commune .

 

L¹Etat a d¹ailleurs en d¹autres temps encouragé à ce type de réalisations

sous le label « opération greffe ».

Certes, si ces logements drainent des salariés de la ville, les déplacements

 induits seront considérés comme préjudiciables au développement durable,

 encore que l¹utilisation massive de transports collectifs pourrait atténuer

 la portée de ce jugement.

 

 Bref, il n¹est pas toujours facile de dire si la croissance d¹une commune

péri-urbaine est en soi mauvaise du point de vue du développement durable ;

tout dépendra de son insertion ou de son « accroche » au bâti existant, de

sa mixité sociale et des pratiques de mobilité induite.

Ainsi, l'étalement urbain est difficilement conciliable avec une desserte en

 TC au vu des incidences financières : un service public peut être

 déficitaire, on ne peut pas pour autant accepter qu¹il devienne un gouffre

 pour réparer les erreurs des passées.

 
Force est de reconnaître aujourd'hui que l'offre en transports publics n¹est

pas toujours suffisante ou adaptée pour rendre ce schéma opératoire.

 De même, le fait d'habiter la ville n¹est pas en soi une garantie de la

 conformité au développement durable.

 Des millions de citadins se rendent chaque matin à leur travail en voiture

 dans une autre ville, éloignée de 50 ou 100 kilomètres.

 

Seule la mesure comparée des communes (mesure combinant l¹empreinte

 écologique et des indices de mixité sociale) serait à même de dire si leur

 conception et leur fonctionnement s¹inscrit ou non dans le développement

 durable.

 
Lutter contre les formes les plus nuisibles de l¹urbanisation passe d'abord

 par la mobilisation des outils de planification (SCOT et PLU) mais ceux-ci,

 sauf à sombrer dans la planification autoritaire, peuvent difficilement

 régler à eux seuls le problème.

 

Le SCOT est un outil de compromis entre le rural et l'urbain et nombre de
petites communes ont par ailleurs compris qu¹il valait mieux revenir au RNU
que de s¹encombrer d¹un POS si elles voulaient disposer d¹une souplesse
suffisante pour accorder des droits à construire.

 
De plus, il n¹est pas possible aujourd¹hui de fixer un COS minimal pour

 imposer la densité dans certains secteurs.

 Cette possibilité réside dans les orientations d¹aménagement du SCOT ou du
PLU mais ces orientations, pour les raisons citées plus haut, s¹avèrent plus

 souvent «  light » que « hard ».

 

 

Quant au PLH, il se réduit souvent à un affichage politique d¹une
programmation importante de logements qui se heurte, dans les PLU, à la
nécessaire contraction des zones à urbaniser.

 

 Cela passe aussi par des politiques de l¹habitat sélectives à l¹échelle de

 l'agglomération qui pourrait conditionner les aides à la localisation dans

 un périmètre de réinvestissement urbain.

 
Cela passe aussi, pour les communes et les agglomérations, par une politique

 volontariste dans le parc ancien (taxe sur la vacance, lutte contre

 l¹insalubrité etc), couplée avec des politiques de qualification des

 espaces publics et d¹offres de services de proximité, publics et privés

 (maintien des commerces), pour reconstituer une offre de logements

 concurrentielle.

 

 Cela passe également par l¹impulsion, de la part des collectivités locales,

 de politiques foncières audacieuses (majoration foncier non bâti, portage

 foncier) et de formes d¹urbanisation groupée.

 
Cela suppose ensuite de bien cerner les raisons socio-économiques des

 parcours résidentiels.

 Le citoyen péri-urbain qui a les moyens d¹échapper à la promiscuité sociale

 et de se déplacer a peu de points communs avec son homologue qui se trouve

 là faute d¹avoir trouvé un foncier moins cher (et tout heureux d¹avoir une

 fiscalité plus faible), partageant tout au plus le rêve du retour à la

 nature.

 

La densification de l¹offre n¹intéressera pas le premier mais peut
intéresser le second si l¹offre parvient à concilier la densité et l¹attente
sociale, si elle mobilise en quelque sorte les fondamentaux de la demande
pavillonnaire : maisons de ville, pavillonnaire urbain, éco-quartiers - à
condition de ne pas les réserver à une catégorie -, qualité des espaces
naturels, place des deux roues, loisirs verts, habitat dense mais préservant
l¹intimité, la sécurité et le calme :

 
Enfin, la ville, pour être «  concurrentielle », doit favoriser le

 « bien vivre ensemble » (festif évènementiel, associationsŠ) et susciter le

 sentiment d¹appartenance.

 

Pour résumer, le nerf de la stratégie de lutte contre l'étalement urbain,

 c'est que les villes offrent une alternative crédible en intervenant sur

 tous les leviers de la maîtrise des coûts du foncier à l'offre de logements

 de qualité en passant par les espaces publics, les services de proximité et

 les transports.

 

C¹est à ce sujet un tort de croire qu¹un « équipement phare » va séduire et

ramener les réo-ruraux.

Ceux-ci peuvent rester dans la ruralité et utiliser néanmoins

 l¹équipement-phare.

 

D¹ailleurs, un phare n¹attire pas, il prévient pour éloigner le marin. Les néo-ruraux sont plus sensibles à la fréquence et à qualité du ramassage des déchets et au montant des impôts locaux.

 

Dans l¹attente de ce travail fort ambitieux (et non gagné d¹avance), il
importe de développer les offres alternatives de transport ou encore, pour réduire la mobilité, les zones d¹activités proches de ces zones résidentielles, la lutte contre la péri-urbanisation ne devant pas se confondre avec la croissance zéro du monde rural.

 

 

Lire la suite

LE MYSTERE DU RONFLEMENT DES TER

25 Février 2009 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #TRANSPORTS

Georges SIMENON  avait écrit une nouvelle  « Jeumont, vingt  minutes d’arrêt » (ou quelque chose dans ce goût-là)

Cette fois on est toujours dans le roman policier  mais pourrait  s’appeler

« Jeumont, un arrêt  d’enfer ».

 

Chaque nuit, tous les jours de l’année, les TER qui stationnent en gare de Jeumont, gardent leur moteur allumé.

Cette mystérieuse  habitude  serait  liée à des problèmes de batterie…

La sophistication  électronique  est telle que les mécaniciens, par peur de ne pouvoir remettre  en marche leurs engins, préfèrent  ne pas les arrêter.

C’est un peu comme si vous laissiez votre moteur tourner toute la nuit par peur de ne pouvoir démarrer votre véhicule le lendemain.

 

Pas la peine d’interroger les cheminots.

C’est secret-défense :  ils  n’ont pas le droit de communiquer  sur le sujet.

Ce n’est plus Simenon qu’il faut appeler, c’est Sherlock-Holmes !

 

Cette histoire, pour mystérieuse qu’elle soit, est une ineptie sur le plan technique et  une ineptie sur le plan environnemental .

 

On peut soigner le ronflement des humains, pas celui des TER.

Qui peut croire  cela ?

 

Quant à la procédure, on y voit un peu plus clair.

 

Nous sommes en présence d'un bruit lié à une activité professionnelle

qui entre dans la catégorie  des bruits de  voisinage.

 

En pareil cas, le plaignant demande à la mairie de faire procéder à une

mesure acoustique  soit par la DDASS (qui dans le Nord a décidé de ne plus le faire),soit  à un agent assermenté  (le nôtre est en arrêt maladie) et formé

(le nôtre ne l’est pas), soit à un cabinet spécialisé  (mais comme lui n’est pas assermenté, pas possible  ensuite de verbaliser et d’aller au pénal, tout au plus saisine du procureur).

 

Sommes-nous condamnés  à subir chaque nuit les bruits du TER ?

 

Et bien non, car comme nous sommes dans une situation intercommunale (bruits venant de Jeumont sur Marpent), c'est de la compétence du Préfet et non du maire ! (article 2215 du CGCT)

J’ai donc saisi le Préfet aujourd'hui même, à charge pour lui de demander  à la DDASS de faire les mesures  et, si la nuisance  est confirmée, d’engager les procédures  à l’encontre  de la SNCF.

 

 

Lire la suite