Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Jean-Marie Allain
Articles récents

Les TER se calment...

3 Avril 2009 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #SOCIETE

La SNCF s'est engagée à faire taire les TER pour la
période printemps-été.
C'et donc qu'on avance un peu sur ce dossier
Les riverains ont pu constater que les mécaniciens remettent en route
instantanément.
Tout n'est pas pour autant fini.
L'automne sera donc à Marpent l'ouverture de la chasse ....au bruit.
Lire la suite

ENTENDS-TU LES CORBEAUX SUR NOS PLAINES ?

2 Avril 2009 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #ECOLOGIE - DVLPT DURABLE

Le bruit des corbeaux est indéniable dans certains quartiers, surtout en cette période de nidification.

Quand on sait que les jeunes quittent le nid fin juin, c'est pénible.

Et encore plus pénible quand on sait que les oiseaux continuent de fréquenter régulièrement les nids jusqu'au mois de septembre...

Les plaintes des habitants sont nombreuses.

 

Consultée par nos soins, la DDASS nous confirme qu'il ne s'agit pas d'un bruit de voisinage.

Un bruit de voisinage existe lorsqu'il y a un responsable répréhensible.

La loi vise essentiellement les bruits émis par les activités humaines et les animaux domestiques.

Malgré la grande littérature sur le bruit dans notre pays, il n'y a rien sur le bruit des animaux sauvages.

 

S'ils se trouvaient sur un terrain communal, la commune pourrait mandater la société de chasse qui fait intervenir des tireurs de la Fédération.

 

Si les corbeaux se trouvent dans un espace privé.

le propriétaire n'est pas responsable des corbeaux qui investissent son terrain et la commune ne peut l'obliger à élaguer ses arbres que si ceux-ci surplombent le domaine public, ce qui n'est pas toujours le cas.

 

Les voisins concernés pourraient saisir le tribunal pour que les arbres qui surplombent les jardins soient élagués mais il resterait les autres arbres qui accueilleraient toujours autant de corbeaux.

 

Convaincre le propriétaire de détruire les oiseaux serait inutile puisque qu'une directive européenne (79/409) concernant les oiseaux sauvages place le corbeau freux sous protection (parce qu'il  détruit  nombre d'insectes nuisibles, campagnols et taupes)

et interdit la destruction des nids en dehors de règles strictes.

 

Il convient donc de se tourner vers les chasseurs qui peuvent ,

dans certaines conditions, tirer le corbeau freux.

L'arrêté préfectoral du 16 juin 2008 autorise les sociétés de chasse, après avis du maire, et du lieutenant de louveterie,à demander à des tireurs de la Fédération d'intervenir,

entre le 1er et le 31 mars (ou le 10 juin dans les cultures sensibles).

Cet arrêté inclut également le pigeon ramier mais ce point,

a été attaqué au Tribunal Administratif par l'Association Ornithologique du Nord et annulé (pour le volet pigeon ramier)

 

Par ailleurs, des campagnes de destruction sont organisées chaque année par les  fédérations départementales de chasse,  dans le cadre d'un arrêté municipal.

 

Entre-temps, il reste possible de piéger les corbeaux en installant un parc  à corbeaux, sous le contrôle d'un garde-piégeur agréé.


Mais on peut aussi se demander si le changement constaté dans les modes de culture, en particulier l'abandon du patûrage au profit des céréales, n'est pas l'une des raisons qui explique cette prolifération de corbeaux. 

Lire la suite

VERSEMENT TRANSPORT

27 Mars 2009 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #TRANSPORTS

 
 SMVS : CONTRE L'AUGMENTATION VERSEMENT TRANSPORT Le Syndicat Mixte du Val de Sambre proposait cette semaine 
de passer le versement transport de 1,4 à 1,8 pour financer la ligne 51
et la navette électrique. Les élus de Marpent, consultés sur cette question, ont fait les remarques
suivantes : - Dans la situation économique actuelle , nous ne trouvons pas judicieux d'accroître les charges des entreprises, en particulier des entreprises qui traversent une situation difficile. - L'opération Viavil (site propre) devait améliorer l'offre de service
public
sur l'agglomération. Or, nous avons pu constater que Viavil s'est traduit sur notre commune
par une régression de la qualité de service.
La ligne ligne 1 mettait Jeumont à 20 minutes de Maubeuge.
Son remplacement par la ligne 21 allonge le temps de parcours
à 45 minutes. Viavil s'est également traduit par la suppression du bus de 6 heures
du matin sur la ligne 55 venant de Recquignies et allant à Jeumont. En rabotant des fréquences aussi matinales, ce sont ainsi les travailleurs
qui sont les premières victimes de cette régression du service public. Les élus de Marpent ont donc décidé de ne pas voter l'augmentation du
versement transport et de s'abstenir sur le vote du budget
(puisque ce dernier intégrait l'augmentation de la taxe). Le SMVS s'est engagé à régler le problème que nous avons soulevé.
S'il tient ses engagements, nous ne manquerons de le faire savoir
Lire la suite

GRENELLE 2 ET URBANISME

27 Mars 2009 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #AGGLO INTERCOMMUNALITE

La question du Plan Local d'Urbanisme intercommunal est à l'ordre du jour du Grenelle 2.
Dans le cadre du Grenelle, la question du PLU intercommunal ne me paraît
pas un enjeu prioritaire.
Même intercommunal, le PLU tel qu'il existe aujourd'hui est un outil
obsolète pour favoriser la bio-diversité.
 
Exemple : tout administré peut planter une haie d'essences exotiques,
ce n'est pas de la compétence du PLU.
Tout administré peut goudronner sa pelouse.Un PLU ne peut rien
interdire à ce niveau puisqu'il ne faut pas de permis, ni de déclaration
préalable pour goudronner une pelouse.
Le PLU, hérité du POS, reste donc marqué par une culture de la
planification qui n'a pas encore intégré le développement durable,
En posant la question du PLU intercommunal, le Grenelle se trompe de débat.
L'enjeu est de savoir comment on imagine un document d'urbanisme qui
intègre ces nouvelles exigences.

Quant à la question du PLU intercommunal , elle est importante mais pas
au regard des enjeux du développement durable
Tout simplement , en terme de cohérence territoriale.
Pour ma part, je pense que dans une agglomération multipolaire comme la
nôtre, il convient de ne pas se précipiter et d'impulser des PLU de
secteur ou par pôle : un PLU sur une entité urbaine
Jeumont-Marpent-Boussois-Colleret, serait une première étape avant le
PLU d'agglomération.
Lire la suite

UN RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE PLUS RAPIDE QUE PREVU

21 Mars 2009 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #ECOLOGIE - DVLPT DURABLE

2000 scientifiques réunis au Danemark viennent de faire le constat que les
prévisions les plus noires du très consensuel GIEC (Groupe
Intergouvernemental d'Experts sur le Climat) seraient largement dépassées.

Par exemple, le GIEC prévoyait une montée du niveau des océans de 18 à 59 cm
d'ici un siècle alors que dans le meilleur des cas ce sera 75 cm sans
exclure 190 cm.
Tout laisse penser que les manchots vont continuer à dériver sur la
banquise fondante.

Nos plans locaux d'urbanisme sont jeunes (loi SRU 2000) mais déjà obsolètes
car ils sont incapables de promouvoir la bio-diversité et donc le
développement durable.

Un PLU ne peut interdire, encore moins prescrire la plantation d'essences
locales pour les clôtures végétales.
Il ne peut davantage s'opposer à l'artificialisation des sols puisque cette
opération ne nécessite aucune autorisation.

Quand bien même en faudrait-il une que le pari ne serait pas gagné lorsqu'on voit
le nombre de haies pourtant protégées, arrachées sans autorisation mais ne
donnant pas lieu à poursuite.

Il en est de même du Code de l'expropriation qui,depuis la loi du 2 février
1995 relative au renforcement de la protection de l'environnement, s'il
prévoit maintenant de pouvoir exproprier des terrains soumis à des risques
naturels et qui nécessitent des mesures immédiates de sauvegarde, ne peut
concerner que des risques qui mettent en jeu des vies humaines comme les
avalanches ou les inondations, pas des espèces menacées de disparition.

Les migrations vers le Nord ne concernent pas que les sans-papiers.
Des chercheurs expliquaient récemment au congrés de France Nature
Environnement à Lille qu'avec le réchauffement climatique, on constatait des
déplacements vers le Nord d'espèces ayant besoin de températures plus
froides.
Certaines disparaîtront parce qu'elles ne pourront pas s'adapter.
Quant à celles qui ont besoin d'un très grand froid,
si la banquise disparaît...elles pouuront difficilement trouver plus froid
ailleurs et disparaîtront aussi.

Pour terminer sur une note d'humour, à l'heure où nous essayons de protéger les mares,
j'en veux un peu aux naturalistes d'avoir, par leur sémantique, inscrit dans le marbre l'image de
telle ou telle espèce qu'elle traîne aujourd'hui comme un boulet.

Des batraciens indispensables à la bio-diversité sont affublés de noms
détestables tels que " crapaud calamite " ou " triton vulgaire ".

Quelle lourde responsabilité cher Buffon d'avoir puisé ton inspiration dans
le latin plus que dans l'imaginaire poétique !
Lire la suite

PRINCIPE DE PRECAUTION

21 Mars 2009 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #SANTE

Après l'interdiction du maîs Monsanto, ce sont plusieurs antennes -relais
qui viennent d'être interdites au nom du principe de précaution.
L'intégration de la Charte de L'Environnement dans la Consitution commence à
trouver des terrains d'application.
Plusieurs antennes-relais conformes au décret Jospin du 3 mai 2002 (seuil de
61 volts par mètre), dans le Rhône et le Vaucluse, viennent de se voir
interdites par une Cour d'Appel.
Lire la suite

SUBVENTIONS PAYS...ON PEUT ENCORE ESPERER

17 Mars 2009 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #AGGLO INTERCOMMUNALITE

Tout laisse aujourd'hui à penser que la disparition du Pays Sambre-Avesnois est définitive mais que d'autres instances pourraient prendre le relais.
Le Syndicat Mixte du SCOT de l'avesnois deviendrait le niveau décisionnel et élargirait ainsi sa vocation première.
Cela est plutôt bon signe puisque les collectivités retrouveraient la possibilité de déposer des dossiers éligibles aux subventions Pays.
C'est là l'essentiel.
Il  reste à obtenir l'accord officiel des financeurs mais cela serait en bonne voie.
A suivre.
Lire la suite

LE PLAT PAYS DE L'AVESNOIS

15 Mars 2009 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #EMPLOI ET DVLPT ECONOMIQUE


En l'absence de la création d'un Pays Sambre-Avesnois, les crédits qui
devaient aller sur des projets de notre arrondissement sont bloqués par la Région.
Notre territoire perd un million d'euros par an de subventions avec
la mise en veilleuse de la Conférence Permanente.
Le territoire a besoin de réactivité et de passer à l'offensive.
Aujourd'hui, on ressemble plutôt au plat Pays de Jacques Brel.
Les états d'âme sur le Pays sont compréhensibles (un bidule de plus,
c'est pas réjouissant) mais il faut savoir les mettre dans un mouchoir
lorsque des enjeux financiers sont à ce point présents.
A force d'attendre le TER-GV  et de ne faire que cela, on risque bien 
de voir, non pas les trains, mais les subventions nous
passer sous le nez.
Lire la suite

CARBONE : LES ENTREPRISES FONT LEUR MARCHE

9 Mars 2009 , Rédigé par Jean-Marie Allain

Le marché des émissions de carbone n'est certainement pas la panacée pour lutter
contre le réchauffement climatique.
En Allemagne, les entreprises qui implantent des éoliennes vendent leurs
crédits d'émissions à des entreprises d'Europe de l'Est qui peuvent ainsi
continuer allègrement à polluer.
Lire la suite

LE PIB VA BAISSER ? TANT MIEUX !

3 Mars 2009 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #ECOLOGIE - DVLPT DURABLE

Le PIB est aussi absurde que la TP.
La TP taxe le travail et le PIB valorise le gaspillage.
Si on urbanise les campagnes, on provoque l'aménagement de routes et plus de
déplacements... Le PIB monte ! C'est absurde.

Moins de mobilité, moins de pollution : le PIB baisse !

En fait, le PIB n'est qu'un indicateur de la dépense et il ne se pose jamais la
question de savoir si cette dépense est utile ou non.

L'archaïsme du mode dominant de la pensée économique s'explique puisque le
profit se réalise aussi bien sur des dépenses nuisibles pour la planète qu'utiles.

Il appartient à toux ceux qui sont persuadés de cette anomalie de montrer qu'il est
possible de raisonner autrement.

Localement, nous pourrions envisager de mesurer la pertinence de tous nos
projets au travers d'une batterie d'indicateurs combinant l'économique
(emplois créés de manière pérenne, chiffre d'affaires apportées aux
entreprises locales, incidences budgétaires...), le social (économies des
ménages, accessibilité pour les plus modestes, les handicapés...) et
l'environnemental (empreinte écologique, émissions de CO2 ...).

Il y a de quoi faire en Val de Sambre.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Lire la suite