Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Jean-Marie Allain
Articles récents

Pour un lait AOC de l'avesnois

14 Juin 2009 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #EMPLOI ET DVLPT ECONOMIQUE


Réunion ce vendredi soir à Bettignies avec les producteurs laitiers du
secteur.
Trois élus présents : M Leblanc, adjoint à Mairieux, le 1er adjoint de
Bettignies et le maire de Marpent.
Les représentants de la FDSEA font le bilan des négociations avec les
laiteries.
L'accord conclu au niveau national sur une base de 280 € les 1000 litres
de lait ne semble pas convenir à tout le monde.
Tous venderont à perte mais le coup est surtout difficile à encaisser
pour les plus jeunes.

Ce que je retiens de cette réunion

L'Europe, qui était outil de régulation avec les quotas est passée, avec
le vent dominant de l'ultra-libéralisme, dans la dérégulation, en
important du lait de pays hors UE où les contraintes sanitaires ne sont
pas les mêmes.
Les enseignes commerciales profitent de cette concurrence déloyale pour
imposer aux laiteries une baisse des prix qui entraînent nos éleveurs à
la faillite rapide.
Or, ils ont emprunté pour se mettre aux normes européennes.

La situation reste très tendue et le débat s'engage sur les moyens
d'action : blocage des surfaces commerciales avec idée de lancer une
grève du lait en France et en Allemagne, ce qui mettrait l'Europe en
situation de carence face à la demande (les agriculteurs pensent que le
lait importé ne pourrait suffire à court terme pour faire face à la
demande).

J'ai demandé si la création d'une AOC du lait pour l'avesnois (notamment
pour l'élevage 100 % herbe) ne serait pas une solution pour inviter les
consommateurs à acheter le lait de qualité.
Les agriculteurs pensent que cette piste pourrait être à terme une
solution mais il faut le faire admettre aux deux groupes laitiers qui
contrôlent toute la commercialisation française.

Ils envisagent également de créer un GIE pour assurer eux-mêmes la
collecte et fixer leur prix aux laiteries (alors qu'aujourd'hui, c'est
l'inverse).
Lire la suite

Europe-Corée : le grand oubli de la campagne...

9 Juin 2009 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #EMPLOI ET DVLPT ECONOMIQUE

L'Etat est actionnaire de Renault (à hauteur de 15 %) mais cela n'empêche
pas Renault de délocaliser bien plus que Peugeot, non seulement sa
fabrication ou l'assemblage mais aussi plus de la moitié de ses centres de
recherche.

PSA produit encore la moitié de ses véhicules en France mais la C1 est
fabriquée en Tchéquie et la C3 Picasso en Slovaquie

Renault ne produit plus que 30 % de ses véhicules en France.
Le reste a été délocalisé comme la Twingo en Slovénie, la Clio en Turquie,
les Mégane en Espagne et la Logan en Roumanie sans oublier les usines
d'assemblage dans les autres usines de l¹Europe de l'Est et en Turquie.
On voit que l'Europe n'est en rien responsable de la délocalisation puisque
même la Turquie est concernée.
Pour le patron de Renault, Carlos Ghosn, la différence sur le coût de
production est de 1400 euros (salaire, TP et charges sociales).
La firme au losange ne garde en France que le Scénic (Douai), le Kangoo
Maubeuge) l' Espace et la Laguna.
 
Prochainement, le danger pourrait venir de plus loin, de Corée du Sud où
Renault fabrique les tout terrains Koléos et les Samsung Motors, soumises
actuellement à une tarification douanière à l'entrée dans l'Union
Européenne.
Or celle-ci a signé récemment à Séoul un accord (provisoire)de libre-échange
qui permettrait à la Corée, s'il était entériné, de s'affranchir de cette
tarification dans les cinq prochaines années.
Les Koléos et les Samsungs Motors rivaliseraient avec les Velsatis, Espace
et autres Laguna, entraînant des pertes d'emploi dans le domaine
industriel.
A contrario, les exportations agricoles européennes vers la Corée seraient
dévastatrices pour les paysans coréens.
Pourquoi l'Europe prend t-elle ce risque ?
L'Union européenne est le plus gros investisseur étranger en Corée du Sud,
avec 43,4 milliards de dollars investis fin 2007 et le second partenaire
commercial, derrière la Chine.
Mais un tel accord qui amènerait à faire faire des milliers de kilomètres
à des produits agricoles ne va t-il pas à contre-courant du développement
durable et est-il adapté aux besoins et aux attentes de la majorité
des populations ?

Il est tout de même hallucinant que personne n'ait abordé
le sujet pendant la campagne, mis à part les
souverainistes, qui sautent là-dessus comme sur un fromage...
Simple oubli ou crainte de perdre des électeurs ?










.






Lire la suite

Ni étatisme, ni libéralisme

6 Juin 2009 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #EMPLOI ET DVLPT ECONOMIQUE

Le marché ne s'oppose pas à la planification.
L'étatisme a fait faillite dans les pays de l'Est
Le libéralisme vient de faire faillite à son tour dans le monde captaliste.
Les économies du nouveau siècle devront être mixtes.

La différence ne se fera plus dans le mode de production mais dans les
finalités de celle-ci : profit individuel ou réduction des inégalités...

C'est la conviction d'Eric Hobsbawn, l'un des derniers intellectuels ....
communistes.
Lire la suite

Coulées de boue, crise du lait :L'Europe s'invite dans le bocage

31 Mai 2009 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #ECOLOGIE - DVLPT DURABLE

 Pour mémoire,
La surface en herbe régresse de 10 % tous les dix ans !
Pour ces vingt dernières années, cela représente plus de 30 000 hectares de
prairies dans l¹arrondissement.
La corrélation avec les coulées de boues est une évidence
Ce qui est moins évident , c¹est que les prairies sont normalement protégées
et que leur raréfaction n¹a pas n¹empêché pas la crise du lait.
Pour comprendre ce double paradoxe, il faut revenir à deux décisions
européennes, 1984 et 2003.

1°) Le régime des quotas laitiers (L¹UE comme outil de régulation
économique)
Mis en place à partir de 1984 pour stabiliser la production laitière et
éviter la chute des cours, les quotas ont contribué à orienter l¹agriculture
vers d¹autres productions, notamment céréalières.
En avesnois, c¹est 1500 hectares de prairies qui seront retournés chaque
année (et quand on retourne les prairies,souvent on arrache en même temps
les haies) au profit de la culture céréalière, grosse consommatrice
d¹engrais.
On connaît les effets de cette agriculture productiviste qui a fini par
poser de graves problèmes environnementaux comme celui de la pollution de
l¹eau par les nitrates.
L¹Avesnois, dont les ressources en eau sont importantes et de bonne qualité,
n¹a pas échappé à cette augmentation des nitrates sur certains captages.

D¹où la directive européenne du 12 décembre 1991 qui demande aux Etats
membres de fixer, là où les ressources en eau sont de qualité, des règles de
bonne pratique agricole, en particulier le maintien d'une quantité minimale
de couverture végétale pour éviter la pollution des eaux par les nitrates.
On voit que ce point , que l¹UE est aussi un outil de régulation
environnementale et nous allons voir que cette directive a une incidence
capitale sur notre territoire.

2°) La réforme de 2003 (l¹UE comme outil de régulation sociale)
La réforme de 2003 a découplé l¹aide européenne du volume produit.
Cette réforme partait d¹un souci équitable puisqu¹elle visait à ne pas
avantager les gros producteurs par rapport aux petits.
Mais elle a contribué, malgré l¹augmentation des quotas, à une chute de la
production puisque l¹agriculteur était sûr de percevoir les aides quel que
soit le volume produit.
Or, cette chute de la production laitière a donné lieu elle aussi à des
cultures de remplacement au détriment de la prairie.
De ce fait, s¹appuyant sur la directive européenne sur les nitrates de
décembre 1991, un arrêté préfectoral du 28 juillet 2004 interdit le
retournement des prairies de plus de cinq ans (sauf
dans le cas de la régénération des prairies en place).

Régénération ? Si un agriculteur veut retourner une prairie de plus de
cinq ans, il doit obtenir avant le 30 janvier une autorisation de la
Direction Départementale de l¹Agriculture qui imposera de compenser par
une mise en prairie d¹une surface équivalente.

Le retournement de prairie non autorisée doit être signalé par les élus et
les citoyens qui en ont connaissance auprès du service de la police de
l¹eau de Lambersart (ONEMA), seul habilité à verbaliser (contravention de
5e classe pouvant aller jusqu¹à 1500 euros d¹amende et à la remise en état
de la prairie.. .sans oublier la suppression de la prime reçue au titre de
la PAC).

Or, il faut bien se rendre à l¹évidence.
Ce texte (directement inspiré de la législation européenne sur les nitrates)
n¹est pas suffisamment connu, en particulier dans les communes non membres
du PNR.
Et quand il est connu, il faut avoir l¹information (quid d¹un observatoire
local de l¹Environnement ?) et le courage de s¹en servirŠ
En complément de cet arrêté préfectoral, les communes ont toujours la
possibilité de protéger les haies dans les PLU (article L123-1.7 du Code de
l¹Urbanisme), ce qu¹elles font de plus en plus mais ce qui n¹a d¹intérêt que
si le maire verbalise quand il y a arrachage.
On a donc laissé faire sans réagir (on a même souvent été jusqu¹à laisser
labourer les chemins ruraux) au point de voir apparaître des labours un peu partout
y compris sur des sites où la topographie présentait un risque.
L¹autre incidence de cette réforme de 2003, découplant l¹aide du volume
produit, c¹est que la production française, à partir de 2004, est devenue
insuffisante pour satisfaire les besoins.
Cette chute de la production laitière française a favorisé l¹inondation du
marché par le lait à bas prix d¹importation (Nouvelle Zélande),
Ce qui permet à La Fédération des coopératives et industries laitières
d¹affirmer qu¹il y a trop de lait et que les producteurs doivent ajuster
leur production pour éviter la plongée des prix.
Le problème, c¹est qu¹il n¹y a pas trop de lait en France, ni même en Europe
mais sur le marché mondialŠ au point que l¹Union européenne a réintroduit en
janvier une aide à l¹exportation des produits laitiers, accentuant de ce
fait l¹excédent d¹offre et la baisse des prix.

Devant cette situation, seule l¹Europe est en mesure de mettre en place des
mécanismes de régulation du marché, notamment :
- par le maintien des quotas dont l¹abandon est programmé théoriquement pour
2015 (et dont les agriculteurs avaient refusé la mise en place initiale)
- et la fixation d¹un prix minimum aux laiteries.

Ces mécanismes vont certes aujourd¹hui à l¹ encontre des engagements
européens pris devant l¹OMC mais l¹Europe doit faire entendre sa voix pour
ne pas entériner la dérégulation mondiale qui, dans tous les domaines, amène
à des catastrophes.

Pour maintenir des quotas :
- sans favoriser la production laitière productiviste (on nourrit le bétail
avec des céréales plutôt qu¹avec de l¹herbe avec un bilan carbone
calamiteux)
- et sans favoriser, au-delà du quota, la mise en culture et donc la
débocagisation

l¹Europe doit renforcer les mesures agro-environnementales
C¹est-à-dire :
Sur le premier point,
- s¹engager dans la prime à l¹herbe mais cette prime, initiée par la PAC en
1985, a subi le contrecoup de la baisse des crédits européens du
développement rural et repose aujourd¹hui sur le seul financement Etat.
Il importe que l¹Europe co-finance ce dispositif pour rendre les primes
encore plus attractives

Sur le second point, les terres excédentaires peuvent trouver une vocation
écologique favorable à la protection et à la diversité des espèces :
- boisement (on développe une énergie renouvelable)
- vergers, prairies fleuries

Plutôt que de transformer les agriculteurs en assistés sociaux (100 000
euros d¹aide annuelle en moyenne par exploitation)
L¹Europe doit les aider à remplir cette belle et noble mission de jardinier
de la nature.
Elle y contribue de manière marginale aujourd¹ hui.
Elle pourrait le faire d¹une façon plus volontariste demain si ceux qui
défendent cette conception de l¹Europe sont plus nombreux au Parlement
européen.







Lire la suite

THYSSEN-KRUPP : pour une solution industrielle

31 Mai 2009 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #EMPLOI ET DVLPT ECONOMIQUE

Après avoir appartenu au groupe Cockerill, les Laminoirs de Jeumont ont
été rachetés par Arcelor-Mittal.
C'est la commission de Bruxelles qui a constaté la position dominante
d'Arcelor sur le marché des produits plats et imposé la vente des deux
unités spécialisées que sont l'unité de Fosses (Val d'Oise),et l'unité
de Jeumont.

Dans ce contexte, Thyssen rachète en 2001 ces deux usines qui fabriquent des produits plats.
Mais qu'est-ce qui amène Thyssen, déjà fabriquant de produits plats, à
racheter ces deux unités, si ce n'est le panel de clients qu'elles
amènent avec elles.

Rappelons que Thyssen possède en Allemagne une unité de production qui à elle seule peut inonder une partie du marché avec un million de tonnes
par mois... contre 7000 tonnes à Jeumont.

Thyssen ne va d'ailleurs pas tarder à alléger le nombre d'ingénieurs...
prémisse de ce qui est en train de se passer.
Une entreprise se liquide comme un poisson, on commence toujours par
couper la tête.

Aujourd'hui, profitant du contexte de crise internationale, Thyssen
achève le travail :
- Jeumont doit fermer
- La Prade (autre filiale de Thyssen, basée dans l'Aude) est en train de
fermer,
- Resterait Fosses mais pour combien de temps ?

Jeumont travaille aujourd’hui à perte sur les produits semi - finis qui
arrivent de la maison mère allemande Thyssen, parce que vendus trop chers à Jeumont.
Par contre, il n'en est pas de même pour un produit que Jeumont, avec la
Prade, est la seule société à fabriquer en France, le flanc à bord
arrondi, un acier de quatre millimètres d'épaisseur sur une longueur de
1, 54 mètre.
Il en sort 300 mètres à la minute à Jeumont, fabriqués notamment grâce
au train 14 de laminage à froid, d'une ligne de coupe à longueur, et
d' une refendeuse (dite renfendeuse R7) qui a déjà sauvé l'usine de la
fermeture à la fin des années 90.

Cette machine de 14 millions d'euros a bénéficié en 1996, il faut le
rappeler, de subventions, de la Communauté de Communes du Val de Sambre (CCVS), que présidait alors Jean-Claude DECAGNY.
Les 200 tonnes d'aciers façonnés chaque mois par cette refendeuse sont
vendus à la Régie-Renault  et présentent un bilan financier largement excédentaire.

Si donc il n'est pas réaliste de vouloir sauver la totalité de
l'entreprise compte-tenu qu'elle est prise en tenaille par le groupe
Thyssen, il est réaliste économiquement de penser que l'activité de
fabrication de flancs à bord arrondis peut continuer et se développer.

Si Thyssen ferme Jeumont, il ne fait aucun doute que la refendeuse R7
prendra le chemin soit de Fosses, soit de l'Allemagne, où elle serait
démontée puisque Thyssen fabrique déjà ce produit.
Revendre la machine serait en effet pour Thyssen prendre le risque d'armer
un concurrent potentiel.
Mais délocaliser les machines vers l'Allemagne ou vers Fosses
serait contraire aux règles européennes qui imposent que le matériel
subventionné avec des fonds de reconversion reste sur le territoire.
Laisser partir les machines, cela voudrait dire que demain une
entreprise peut s'installer dans une zone éligible à de forts taux de
subvention pour faire des achats de matériel avant de déménager dans une
autre région ou un autre pays.

C'est donc autour de ce produit, le flan à bords arrondis, aujourd'hui
très rentable, qu'il convient d'asseoir le maintien du site et la
sauvegarde d'une trentaine d'emplois.
Jeumont dispose d'un hall de stockage, de la refendeuse R7, du train 14
de laminage à froid et d'une ligne de coupe à longueur, bref de tout
pour maintenir et développer une activité rentable.

Les bobines d'acier de vingt tonnes arrivent actuellement d'Allemagne.
Si Jeumont parvient à maintenir son site, en coupant le lien avec
Thyssen, il se libère en même temps de son fournisseur et peut mettre en
concurrence Thyssen et d'autres fabricants de bobines.
On pourrait aussi imaginer que Renault achète directement les bobines et
les fasse traiter à Jeumont.
 
Certes, Thyssen est juridiquement propriétaire du matériel mais
moralement, c'est discutable.

Dans tous les cas de figure, l'agglomération a son mot à dire
puisqu'elle a financé en partie cette machine.
Il en va de même de l'Europe qui a financé une entreprise parce qu'elle
était dans un bassin en reconversion et pas des machines nomades.
Tout matériel financé avec des fonds Objectifs 1 doit rester sur ce
territoire.
Ce n'est pas moi qui le dit, c'est le règlement de l'Union européenne.
L'Etat a aussi son mot à dire puisque le principal client de Jeumont
pour ce produit est la Régie-Renault dont l'Etat est actionnaire.
L'Etat peut faire comprendre à Thyssen que s'il se désengage, Renault
trouvera bien les moyens de se fournir ailleurs.

La tenue d'une réunion s’impose au Ministère de l'Industrie avec les élus,
les représentants de l'entreprise et de Renault

L'idée serait bien entendu de retrouver un repreneur, du type Duferco
(La Louvière) ou, pourquoi pas, de créer une société coopérative de
production (associant la Régie-Renault et pourquoi pas MCA et les
collectivités locales) puisque l'activité visée est rentable.
Le matériel ne doit pas être démonté, ce serait piétiner les principes
qui ont présidé à l'attribution de subventions européennes !

THYSSEN NE PEUT PAS DIRE " JE PRENDS L’ARGENT DE L’AGGLO ET DE L’EUROPE ET
JE M’EN VAIS " .

Certes, une Europe dotée d’une politique industrielle pourrait régler ce
problème.
Mais dans l’attente, il est encore possible de travailler à une solution
industrielle pour le site de Jeumont.
Ou alors il faut exiger que Thyssen rembourse les subventions  !
 

 
 
 
 
 
 

Lire la suite

La fin des centres villes ?

29 Mai 2009 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #AGGLO INTERCOMMUNALITE

L'intercommunalité manque cruellement d'un schéma directeur qui aborde la
question des routes, des transports, du commerce, des zones d'activités
économiques, des équipements collectifs.
Le SCOT, qui se situe à une autre échelle géographique, ne peut en aucun cas se substituer à l'exercice de la planication territoriale à l'échelle de la
vallée.
L'absence d'un schéma directeur depuis 1975 a inscrit la plupart de nos
projets dans une incohérence spatiale évidente.
Le résultat, c'est le déclin des centres villes et des centres bourgs.

Même s'il est trop tard pour refaire l'histoire, l'existence d'un tel schéma
permettrait de retrouver un peu de cohérence.
Lire la suite

2009, la bataille de Vadencourt

17 Mai 2009 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #TRANSPORTS

On parlera un jour de la bataille de Vadencourt dans les livres d'histoire qui raconteront à nos petits-enfants comment on a coulé la Sambre.
Le désastre est d'autant plus insupportable que l'Etat a un Plan de relance.
Non, décidément, cette maltraitance territoriale est injuste et scandaleuse.
J'ai l'impression que l'Etat joue la montre et se moque de la situation.
Lors de la Conférence de presse de Vandecourt, j'avais été très clair.
La reconquête de la rivière s'est faite depuis 25 ans avec l'argent des collectivités territoriales et de l'Europe.
Si l'Etat ne met pas l'argent sur la table rapidement il faut que les communes concernées boycottent l'organisation des élections européennes.
Je reste sur cette position.
Il y a des limites au grotesque et là on a dépasse les bornes...
Lire la suite

LE VOTE UTILE

17 Mai 2009 , Rédigé par Jean-Marie Allain

En proclamant " voter pour nous, c'est voter utile ", la gauche archaïque sous-entend que tous les autres votes ne serviraient à rien.
Alors, si voter ne sert à rien, autant rester chez soi.
Bref, cette gauche risque de conforter l'abstentionnisme et joue avec le feu.

Tous les votes sont utiles à l'expression des différentes sensibilités.
Et si cette gauche est incapable de faire campagne sur le contenu des élections européennes, c'est qu'elle n'a visiblement rien à dire et c'est bien triste.
Lire la suite

CRISE FINANCIERE : LES RAISONS DE L'AVEUGLEMENT

17 Mai 2009 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #EMPLOI ET DVLPT ECONOMIQUE

La chute du Mur et la victoire définitive du capitalisme contre
le système soviétique ont probablement contribué à l'émergence de cet
étrange moment des années 1990-2000, marqué par une foi démesurée dans le
marché autorégulé et un sentiment d'impunité absolue parmi les élites
économiques et financières.

Thomas Picketty / Le Monde du 29 avril 2009
Lire la suite

RALENTIR LE MOUVEMENT, PAS INVERSER LA TENDANCE

30 Avril 2009 , Rédigé par Jean-Marie Allain

"ON PEUT RALENTIR LE MOUVEMENT, PAS INVERSER LA TENDANCE "
Je retrouvais hier ce propos du député Umberto Battist tenu à un journaliste
du Nouvel Observateur en juillet 1988.
Il y avait quelque chose de prémonitoire dans cette phrase.

A l'époque, ce type de propos relevait du politiquement incorrect (on
pourrait aussi dire du courage politique).
C'est encore la même chose aujourd'hui.

Et pourtant Umberto BATTIST avait raison.
L'histoire lui a donné raison.

Le Val de Sambre n'a cessé de voir baisser sa population pour être
aujourdhui sous le seuil des 100 000 habitants avec un nombre de ménages en
baisse pour la première fois de son histoire.

En 2020, le Val de Sambre comptera 80 000 personnes et ainsi de suite...
Ce n'est pas faire du défaitisme que de l'affirmer.
C'est être lucide et s'appuyer sur cette lucidité pour prendre des décisions
à la lumière de cette réalité.

Je me souviens qu'Umberto BATTIST parlait de " gestion de la décroissance "
à l'époque où d'autres attendaient encore des hauts fourneaux sur leurs
friches et étalaient leurs zones à urbaniser comme s'ils allaient devenir
l'eldorado du rêve pavillonnaire.

Ces zones sont restées vides car la décroissance était déjà là et qu'elle
n'est jamais repartie.
Cela nous a évité, au passage que le bocage soit complètement mité par les
constructions,même si le plus grand prédateur du bocage reste encore
l'agriculture elle-même.

C'est ainsi, la géographie n'est pas figée.
Des territoires peuvent porter le développement à certaines époques et pas à
d'autres.
Le politique, face à cela, doit être humble.
Sa marge de maneuvre existe mais elle est réduite.

Il peut penser l'avenir (c'est même un devoir), il est là aussi pour
panser les plaies des naufragés de la logique effroyable et mondialisée du
profit (ou de la rationalisation industrielle si on veut utiliser les
euphémismes).
Il peut aussi impulser et accompagner des projets de développement.
Car la décroissance n'est pas incompatible avec le développement.
 
L'histoire peut aussi se retourner, parfoif brutalement.
 
Après tout, notre développement industriel est né d'une simple mesure
protectionniste au XIXe siècle (un argument vous me direz en faveur des
souverainistes mais l'économie n'était pas mondialisée à ce point !) et
aurait pu ne pas être.
 
Demain, une problématique environnementale ou sanitaire peut fait imploser
le schéma du développement métropolitain qui repose sur
l'hyper-accessibilité, l'hyper-densité, l'hyper-profit mais aussi
l'hyper-fragilité.
Le schéma du développement héliotropique (ruée vers le soleil) peut lui
aussi se fissurer un jour avec le changement climatique, les problèmes d'eau
ou les risques sismiques.
Même les empires s'écroulent et eux plus souvent que les autres...

Ici, notre territoire, on l'aime tel qu'il est, on essaie d'enrayer la
décroissance et de le gérer au mieux.
C'est certainement moins facile certes que d'être dans un territoire où le
développement se fait spontanément.
Mais c'est tellement plus passionnant.








Lire la suite