Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Jean-Marie Allain
Articles récents

2009, la bataille de Vadencourt

17 Mai 2009 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #TRANSPORTS

On parlera un jour de la bataille de Vadencourt dans les livres d'histoire qui raconteront à nos petits-enfants comment on a coulé la Sambre.
Le désastre est d'autant plus insupportable que l'Etat a un Plan de relance.
Non, décidément, cette maltraitance territoriale est injuste et scandaleuse.
J'ai l'impression que l'Etat joue la montre et se moque de la situation.
Lors de la Conférence de presse de Vandecourt, j'avais été très clair.
La reconquête de la rivière s'est faite depuis 25 ans avec l'argent des collectivités territoriales et de l'Europe.
Si l'Etat ne met pas l'argent sur la table rapidement il faut que les communes concernées boycottent l'organisation des élections européennes.
Je reste sur cette position.
Il y a des limites au grotesque et là on a dépasse les bornes...
Lire la suite

LE VOTE UTILE

17 Mai 2009 , Rédigé par Jean-Marie Allain

En proclamant " voter pour nous, c'est voter utile ", la gauche archaïque sous-entend que tous les autres votes ne serviraient à rien.
Alors, si voter ne sert à rien, autant rester chez soi.
Bref, cette gauche risque de conforter l'abstentionnisme et joue avec le feu.

Tous les votes sont utiles à l'expression des différentes sensibilités.
Et si cette gauche est incapable de faire campagne sur le contenu des élections européennes, c'est qu'elle n'a visiblement rien à dire et c'est bien triste.
Lire la suite

CRISE FINANCIERE : LES RAISONS DE L'AVEUGLEMENT

17 Mai 2009 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #EMPLOI ET DVLPT ECONOMIQUE

La chute du Mur et la victoire définitive du capitalisme contre
le système soviétique ont probablement contribué à l'émergence de cet
étrange moment des années 1990-2000, marqué par une foi démesurée dans le
marché autorégulé et un sentiment d'impunité absolue parmi les élites
économiques et financières.

Thomas Picketty / Le Monde du 29 avril 2009
Lire la suite

RALENTIR LE MOUVEMENT, PAS INVERSER LA TENDANCE

30 Avril 2009 , Rédigé par Jean-Marie Allain

"ON PEUT RALENTIR LE MOUVEMENT, PAS INVERSER LA TENDANCE "
Je retrouvais hier ce propos du député Umberto Battist tenu à un journaliste
du Nouvel Observateur en juillet 1988.
Il y avait quelque chose de prémonitoire dans cette phrase.

A l'époque, ce type de propos relevait du politiquement incorrect (on
pourrait aussi dire du courage politique).
C'est encore la même chose aujourd'hui.

Et pourtant Umberto BATTIST avait raison.
L'histoire lui a donné raison.

Le Val de Sambre n'a cessé de voir baisser sa population pour être
aujourdhui sous le seuil des 100 000 habitants avec un nombre de ménages en
baisse pour la première fois de son histoire.

En 2020, le Val de Sambre comptera 80 000 personnes et ainsi de suite...
Ce n'est pas faire du défaitisme que de l'affirmer.
C'est être lucide et s'appuyer sur cette lucidité pour prendre des décisions
à la lumière de cette réalité.

Je me souviens qu'Umberto BATTIST parlait de " gestion de la décroissance "
à l'époque où d'autres attendaient encore des hauts fourneaux sur leurs
friches et étalaient leurs zones à urbaniser comme s'ils allaient devenir
l'eldorado du rêve pavillonnaire.

Ces zones sont restées vides car la décroissance était déjà là et qu'elle
n'est jamais repartie.
Cela nous a évité, au passage que le bocage soit complètement mité par les
constructions,même si le plus grand prédateur du bocage reste encore
l'agriculture elle-même.

C'est ainsi, la géographie n'est pas figée.
Des territoires peuvent porter le développement à certaines époques et pas à
d'autres.
Le politique, face à cela, doit être humble.
Sa marge de maneuvre existe mais elle est réduite.

Il peut penser l'avenir (c'est même un devoir), il est là aussi pour
panser les plaies des naufragés de la logique effroyable et mondialisée du
profit (ou de la rationalisation industrielle si on veut utiliser les
euphémismes).
Il peut aussi impulser et accompagner des projets de développement.
Car la décroissance n'est pas incompatible avec le développement.
 
L'histoire peut aussi se retourner, parfoif brutalement.
 
Après tout, notre développement industriel est né d'une simple mesure
protectionniste au XIXe siècle (un argument vous me direz en faveur des
souverainistes mais l'économie n'était pas mondialisée à ce point !) et
aurait pu ne pas être.
 
Demain, une problématique environnementale ou sanitaire peut fait imploser
le schéma du développement métropolitain qui repose sur
l'hyper-accessibilité, l'hyper-densité, l'hyper-profit mais aussi
l'hyper-fragilité.
Le schéma du développement héliotropique (ruée vers le soleil) peut lui
aussi se fissurer un jour avec le changement climatique, les problèmes d'eau
ou les risques sismiques.
Même les empires s'écroulent et eux plus souvent que les autres...

Ici, notre territoire, on l'aime tel qu'il est, on essaie d'enrayer la
décroissance et de le gérer au mieux.
C'est certainement moins facile certes que d'être dans un territoire où le
développement se fait spontanément.
Mais c'est tellement plus passionnant.








Lire la suite

CAPITALE DE LA CHAUSSETTE

30 Avril 2009 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #LE PLURALISME POLITIQUE

Le Conseil d'Etat vient d'annuler l'élection municipale de Perpignan, capitale de la chaussette, qui avait vu la victoire de l'UMP J.P Alduy (avec 45,48 %) devantla liste PS-Modem (44,11) et celle du FN (10,42).

Dans les trois mois qui viennent, le combat électoral se présentera avec une nouvelle architecture puisque l'avocate socialiste Amiel-Donat emmènera une liste d'Union de la Gauche avec les communistes et les souverainistes.
Une autre liste d'opposition (divers gauche-Modem et Verts) sera conduite par l'ancien député socialiste et actuel conseiller général Jean Codognès.
Lire la suite

THYSSENKRUPP DANS LA RUE

18 Avril 2009 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #EMPLOI ET DVLPT ECONOMIQUE

 Le maire de Marpent a participé jeudi à Jeumont au rassemblement de soutien aux salariés de Thyssenkrupp.
Lire la suite

PARTAGE DES REVENUS, REMEDE A LA CRISE

18 Avril 2009 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #EMPLOI ET DVLPT ECONOMIQUE

L'accroissement de l'écart des revenus a contribué au déclenchement de la crise.
Le modèle libéral considère que cette augmentation des inégalités dynamise
l'économie en permettant aux riches, par leur dépenses et leurs diverses
réductions d'impôts, d'actionner la consommation.

Sauf que ces riches, dont les besoins sont largement satisfaits, choisissent
les placements financiers spéculatifs, contribuant ainsi à faire gonfler la
bulle qui a fini par exploser.

Pour recoller les morceaux, N Sarkosy a choisi d'aggraver les déficits
publics sans toucher aux inégalités alors qu'une politique audacieuse
devrait aboutir à augmenter les impôts des catégories les plus aisées.

Il s'agit d' imposer une contribution fiscale qui soit le reflet des revenus.

(lire à ce sujet l'article de Louis Maurin, directeur de l'Observatoire des
Inégalités / Le Monde du 16 avril)
Lire la suite

LA POLLINISATION DES INTELLIGENCES

10 Avril 2009 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #SOCIETE

L'image est encore empruntée à Daniel Cohn-Bendit, dans son entretien avec Edgar Morin (Nouvel Obs).
Non seulement elle est belle mais de surcroît elle est vraie.
Nos deux intellecutels rappellent qu'en butinant, les abeilles oeuvrent plus à la santé du monde vivant qu'à leur seule subsistance, se remémorant qu'Einstein disait que notre espèce ne survivrait pas cinq ans à la disparition des abeilles.

On ne peut trouver plus bel argumentaire dans le combat pour la bio-diversité.

Extrapolant ce nomadisme de l'abeille et sa mise en réseau avec celles qui forment sa communauté, ils recommandent le décloisonnement des idées car tout ce qui est compartimenté se sclérose.
Grâce au travail en réseau et au décloisonnement, les idées se répandent comme les pollens et finissent par germer si elles trouvent un terrain fertile.
Daniel Cohn Bendit prend l'exemple de la Suède où les PME spécialisées dans le solaire sont plus nombreuses que dans le sud de la France.
Cela signifie bien que le mode de fonctionnement d'un système est décisif dans sa capacité à créer de l'initiative et de l'innovation.
Le Modem, en croisant les cultures venues d'horizons politiques différents, incarne bien ce principe du décloisonnement et aboutira, je l'espère, à produire ce miel humaniste dont notre société a perdu la saveur pendant que les guêpes gavées du sucre des idéologies passées continueront à se cogner inlassablement  sur les vitres du réel.

Lire la suite

REVENU MAXIMAL D'EXISTENCE

10 Avril 2009 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #EMPLOI ET DVLPT ECONOMIQUE

Le RMI va bientôt laisser place au RSA...

On ne cesse d'inventer des outils pour les pauvres.

Et si on créait un outil pour les moins pauvres ?

Daniel Cohn-Bendit propose un revenu maximal d'existence.

Voilà une idée géniale et généreuse.

Concrètement , cela pourrait passer par une surtaxe des montants vingt fois supérieurs
au RMI, indique -t-il dans le dernier Nouvel Obs.

Tous les démocrates soucieux de justice et d'équité ne peuvent qu'approuver une telle idée.

Lire la suite

COMMISSION BALLADUR : DU POUR ET DU CONTRE

7 Avril 2009 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #REFORME DES INSTITUTIONS

Le rapport de la commission, repris pour partie dans un rapport d¹étape
d¹une mission sénatoriale ainsi que dans le rapport parlementaire
Warsmann, doit déboucher sur un  projet de loi-cadre de réforme
des collectivités territoriales qui
sera élaboré par le Sénat avant d¹être s
soumis au Parlement.

 

Le principe est de ne pas toucher à la Constitution, ce qui signifie qu'il

est exclu de supprimer un échelon territorial.

Cela n'interdit pas :

   - la fusion volontaire de deux départements ou de deux régions.

   - de combler les trous de l'intercommunalité (idée d'intégrer

d'office des communes isolées)

   - une taille minimale des intercommunalités (les petites communautés de

communes qui se replient sur une poule aux oeufs d'or comme celles  qui

perçoivent la TP d'une centrale nucléaire ont leurs jours qui sont comptés).

 

Il est également prévu de mettre fin à l'enchevêtrement des compétences

entre le Département et la Région.

Ces collectivités se verraient ainsi retirer leur clause de compétence

générale qui leur permet aujourd'hui, à l'image d'une commune, d'intervenir

sur tout, comme l¹installation du haut débit en haute montagne.

Dans le Nord, c'est assez folklorique aussi avec le comité départemental du tourisme, le comité régional du tourisme , sans compter les agglos qui s'y mettent.
On ne sait plus qui fait quoi...
Les détracteurs estiment que cette suppression de la clause générale

ramènerait le Département et la Région au statut d¹Etablissement Public

Intercommunal alors que contrairement aux élus intercommunaux, ils sont élus

au suffrage universel direct.

A cela, on peut répondre que la possibilité pour les intercommunalités de

prendre une multiplicité de compétences leur donne indirectement une clause

de compétence générale qu’elles n¹ont pas en principe.

Il en va de même avec les fonds de concours qui permettent à une

intercommunalité, depuis la loi de 2004, d¹apporter une subvention sur un

projet d¹investissement communal sans rapport direct avec ses compétences.

 

Autre proposition : le maire n¹aurait plus qu¹un interlocuteur, le

conseiller territorial, en fait un conseiller général élu sur une

circonscription et chargé à la fois de représenter la circonscription au

département et à la région où il siègera.

L¹élu départemental de circonscription serait en quelque sorte à la Région

ce que l¹élu communal est aujourd¹hui à l¹intercommunalité.

Globalement, le nombre d¹élus serait donc à la baisse . Plutôt une bonne

nouvelle.

Le débat porte surtout sur les modalités d¹élection de ce conseiller

territorial . L¹idée d¹une proportionnelle d¹arrondissement avec parité est

avancée mais les élus ruraux, lucides, y voient le risque d¹une baisse de la

représentation des petites communes au profit des élus des grosses villes.

Ces mêmes élus pointent également le risque d¹une autre proposition, celle

qui consiste à faire des métropoles un département à part entière.

Là encore, ils craignent que cela affaiblisse le reste du territoire.

Même chose pour ces onze métropoles qui prendront les compétences
dévolues
aux départements : cela risque de laisser les miettes aux autres

territoires.

 

La commission a également fait des propositions sur le mode de scrutin aux

élections locales.

Il est de plus en plus probable que l'on va vers la systématicité de la

proportionnelle et vers la fin du panachage pour les communes de plus de 500

habitants, ce qui semble une bonne chose pour en finir avec un système qui
exclut parfois 40 % des électeurs.
et avec les vengeances personnelles (raturer le

maire dont la mission première est de savoir dire non).

L'association des maires ruraux demande même que cette règle s'applique à

toutes les communes et pas seulement celles de plus de 500 habitants.

La parité serait également généralisée.
 

L¹élection municipale serait aussi le moment pour les citoyens de choisir,

en votant pour une liste, d¹envoyer également les premiers de liste siéger à

l¹intercommunalité.

C¹est une façon de rappeler aux électeurs l¹enjeu intercommunal de

l¹élection municipale.

Le mandat intercommunal serait donc comptabilisé dans la règle sur le cumul

des mandats (ouf !).

Les exécutifs intercommunaux seraient réduits d¹un tiers tandis que les

intercommunalités qui se transformeraient, après référendum, en « commune

nouvelle » obtiendraient une dotation alléchante.

Sambreville est peut-être pour demain.

 

Dans ce projet de réforme, il est prévu de réviser les taxes foncières des

impôts directs locaux.

Le foncier bâti amènerait des ressources supplémentaires aux communes suite

à la mise en place d¹une nouvelle méthode d¹évaluation patrimoniale, basée

sur la véritable valeur locative tenant compte du marché immobilier, en

remplacement de l¹obsolète et inéquitable évaluation de 1970.

 

Reste la question de la taxe professionnelle qui tend à occulter tout le

reste.

L¹essentiel n¹est-il pas d¹asseoir la recette fiscale sur un bouquet

d¹impôts de manière à ne pas rendre le territoire trop tributaire d¹un seul

impôt, ce qui pourrait le fragiliser ?

Dans ce bouquet d¹impôts, à côté d¹une taxation sur les établissements

exceptionnels et la taxe sur la valeur ajoutée des entreprises, il est prévu

de revaloriser là encore la valeur du foncier bâti et d¹ajouter diverses

dotations budgétaires (comme celle issue du transfert de la taxe

supplémentaire sur les conventions d¹assurance).

 

Après les lois de Gaston Deferre et celle de Jean-Pierre Raffarin

Cette loi, si elle est voit le jour, serait le véritable acte III de la

décentralisation.

Raison de plus pour suivre son cheminement dans les mois qui viennent.

Lire la suite