Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Jean-Marie Allain
Articles récents

Eglises en conversion

3 Mars 2010 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #culture

La Voix du Nord consacre ce mardi une remarquable enquête en page région à la question des églises en ruine.

Bien que je continue à cultiver mon agnosticisme, je n'ai jamais été insensible au patrimoine religieux, à ce qu'il incarne sur le plan architectural, historique et identitaire pour un territoire.
Qui n'éprouve pas une certaine fierté pour son terroir en admirant les nombreuses chapelles en pierre bleue de l'avesnois ?
On peut par ailleurs ne pas être croyant mais trouver dans les églises un lieu de calme, de méditation et de spiritualité.
Et puis, tous les administrés de nos communes, croyants ou pas, fréquentent les églises, ne serait-ce que pour assister à une cérémonie d'un proche.
La question ne peut donc laisser insensible les élus, d'autant plus qu'ils ont la responsabilité de ces édifices tant sur le plan de la sécurité que sur celui de la protection patrimoniale.

Le Val de Sambre n'est pas évoqué dans cet article mais aurait pu l'être, en particulier au travers de l'église de Boussois, propriété diocésaine, aujourd'hui fermée pour des raisons de sécurité.

Cette église a été conçue par les deux frères Laffite pour l'usine des Glaces de Boussois et présente la singularité d'avoir été construite par les verriers qui ont fait de ce lieu une véritable vitrine de leur savoir-faire.
Les ouvriers qui maçonnaient les fours ont façonné le gros oeuvre tandis que les verriers ont taillé et décoré les vitraux splendides.
Cette église incarne la véritable mémoire verrière de la vallée mais se trouve aujourd'hui sans affectation.
Les enterrements des beuxéïdiens se déroulent à Recquignies ou à Marpent.

 

Le projet " Escale Sambre " en cours de finalisation par l'agglomération avec l'aide des fonds européens prévoit, dans sa halte touristique, de mettre en avant ce patrimoine.

Il serait dommage que les sambriens et les touristes ne puissent pas découvrir ce haut-lieu de la culture verrière.



Lire la suite

L'avesnois éligible au FNRT

3 Mars 2010 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #EMPLOI ET DVLPT ECONOMIQUE

Le Comité de suivi du Fonds National pour la Revitalisation du Territoire a décidé d’attribuer une dotation complémentaire d’1 M€ pour chacune des zones d’emploi de Béthune-Bruay (Pas-de-Calais – 62) et du Cambrésis-Sambre-Avesnois (Nord – 59) précédemment labellisées afin de poursuivre la dynamique engagée sur ces territoires en matière de projets créateurs d’emplois et d’activité.


Le FNRT est un fonds de garantie destiné à compléter le dispositif légal de revitalisation en venant en aide aux territoires les plus touchés par des restructurations économiques et qui ne bénéficient pas ou insuffisamment de fonds versés au titre des conventions de revitalisation.

Le dispositif doit permettre sur trois ans, de 2009 à 2011, l’octroi par OSEO de 135 M€ de prêts sans garantie aux entreprises (Prêts de Revitalisation des Territoires, PRT), créant ou préservant de 10 à 500 emplois.

Ce fonds, doté de 45 M€, est financé par le ministère de l’économie, de l’industrie et de l’emploi et par la Caisse des dépôts et consignations. OSEO, fort de son réseau régional, prend en charge la gestion du dispositif. Le ministère de l'espace rural et de l'aménagement du territoire et le ministère de l’économie, de l’industrie et de l’emploi en assurent le copilotage et l’animation. 

Lire la suite

Etat impartial ou machine inégalitaire ?

26 Février 2010 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #EMPLOI ET DVLPT ECONOMIQUE

L’Europe veille, nous l’avons dit, au respect des règles de la concurrence et, dans ce cadre, apporte des aides importantes pour permettre aux territoires les plus en difficultés de créer des infrastructures (comme ce fut le cas avec les fonds Objectifs 1) ou encadre les politiques d’aides aux entreprises.

Mais l’on peut constater que si ces politiques parviennent à produire des effets entre Etats (personne ne peut contester l’impact de ces aides sur le rattrapage de pays comme l’Espagne ou le Portugal), le problème des conditions inégalitaires de la concurrence persiste bel et bien.

On le voit au sein d’un même bassin d’emploi avec le zonage AFR (voir article précédent).

On le voit au niveau national avec les incidences des politiques publiques.

Lorsque l’Etat français fait le choix de faire passer une ligne TGV à tel endroit plutôt qu’à tel autre, il entraîne inévitablement une distorsion de concurrence entre ses territoires.
La Sambre s’est trouvée de la sorte complètement enclavée depuis l’apparition du Thalys qui a entraîné  la disparition du trafic ferroviaire international.

Lorsque l’Etat décide de construire des ponts routiers de 4,30 mètres parce qu’une voie est expresse mais pas une autoroute où les ponts sont de 4,85 mètres, il handicape l’accessibilité d’un territoire.
On pourrait faire la liste de ces choix d’aménagement du territoire qui chaque jour crée des déséquilibres entre les bassins d’emploi et nuit à la compétitivité de certains d’entre eux.

Lorsque l’Etat traîne les pieds pour financer la RN2, c’est la même chose.

Tout cela pour dire que si l’Europe réussit à réduire les inégalités entre les Etats (et d’une certaine manière entre les régions), l’Etat peut à son tour, via les AFR (dont il dessine le périmètre) ou ses politiques d’aménagement du territoire, recréer des inégalités entre les territoires et des déséquilibres dans les règles de la concurrence.

L’Etat vient en quelque sorte récréer à un niveau infra-régional des déséquilibres que l’Europe s’efforce  de gommer à l’échelle inter-régionale.

Il est parfois tentant de critiquer l’Europe mais sur ce point ce sont  bien les politiques publiques nationales qui sont en cause.

En faussant la concurrence inter-entreprises sur un même territoire ou déséqulibrant la compétitivité des territoires par des choix (ou non choix) d'aménagement, l'Etat crée des inégalités entre les citoyens.

Lire la suite

Les aides à finalité régionale : un parfum de discrimination

26 Février 2010 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #EMPLOI ET DVLPT ECONOMIQUE

Les petites entreprises implantées sur des zones d’Aides à Finalité Régionale voient leur taux de subvention majorées par la Région : les PME (de 50 à 250 salariés) peuvent prétendre à  25 % de subvention sur leurs projets contre 10 % si elles se trouvent en dehors.

Les petites entreprises (moins de 50 salariés) peuvent espérer de leur côté une subvention de 35 % au lieu de 20 %.

 

Ces zones sont davantage aidées parce que considérées par l’Etat (qui délimite ces zones et les fait valider par l’Europe) comme des zones en retard de développement.

Le processus de définition des zones bénéficiaires de ces aides a été engagé par le Gouvernement lors du Comité interministériel d’aménagement et de compétitivité des territoires (CIACT) du 6 mars 2006.

 

Bien entendu, on se demande quelles sont les communes considérées comme étant « en retard de développement ».
Et l’on est surpris de voir qu’à côté des grosses communes sambriennes figurent des plus petites comme Boussois, Pont-sur-Sambre, Neuf-Mesnil ou la commune d’Assevent où la notion de « retard de développement » ferait rire tout le village tandis que des communes pauvres comme Recquignies ou Marpent ne sont pas en zone AFR.

 

A vrai dire, il faut se reporter aux critères de sélection pour comprendre cette incohérence.

Si des indicateurs comme le taux de chômage, l’évolution de l’emploi total, le revenu fiscal moyen par unité de consommation sont bien pris en compte, s’y ajoutent également  la part de l’emploi de l’industrie et des services aux entreprises dans l’emploi total ainsi que la part d’ouvriers et d’employés par emploi total.

 

Lorsqu’on sait par ailleurs que les grandes entreprises (plus de 250 salariés) peuvent bénéficier de 15 % de subvention sur leurs projets si elles sont en AFR et rien si elles sont en dehors, on comprend mieux le découpage.

 

Les services de l’Etat ont repris en AFR les communes sambriennes qui comptent une grosse entreprise et donc une part importante d’emplois industriels : MCA sur Neuf-Mesnil, AGC Verre et Graham Packacking sur Assevent…

 

Rien d’illogique mais un abus de langage tout de même.

Il aurait été plus juste de parler de zones à finalité industrielle plutôt que d’invoquer le retard de développement.

Ces subtilités peuvent sembler mineures, sauf pour les petites entreprises situées en dehors de ces zones qui se trouvent ainsi pénalisées dans leur taux de subvention.

 

Outre la regrettable discrimination que cela provoque, on s’interroge sur la cohérence de l’Europe qui a pour finalité de veiller au respect de la concurrence et dont les propres règles amènent à créer des situations de concurrence déloyale.

 

 

Lire la suite

Coût de nos déchets : 130 euros par an et par ménage

25 Février 2010 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #AGGLO INTERCOMMUNALITE

On ignore souvent ce que coûte l'élimination de nos déchets.

Sur l'agglomération, lorsqu'on additionne le coût de la collecte sélective, celui de la collecte des ordures ménagères, le coût du ramassage des déchets verts, celui des encombrants, le traitement ensuite de ces déchets, soit par incinération (pour les ordures), par compostage (déchets verts), soit par valorisation de filière (centre de tri et décheterie), on arrive, si on prend en compte le remplacement des bacs poubelles défectueux, à une dépense annuelle de plus de 5 millions d'euros pour les ménages de l'agglomération, soit environ 130 euros par ménage.
Actuellement, l'agglomération ne facture pas ce service aux habitants.
Partout ailleurs en France, les ménages paient soit une Taxe d'enlèvement, soit une Redevance.
Avec la baisse des ressources qui va suivre la réforme de la TP (les bassins industriels étant les plus affectés par le nouveau mode de calcul), nul doute que la question de l'opportunité de cette taxe pourrait se poser.


Lire la suite

Véloroute : les pêcheurs empêchés de pêcher ?

21 Février 2010 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #AGGLO INTERCOMMUNALITE

peche-1-copie-1.JPGpeche-2.JPG

Lors de l’assemblée générale du Gardon Marpentois de ce dimanche matin, les amoureux de la gaule ont exprimé le malaise devant l’aménagement de la vélo-route par la Communauté d’Agglomération.
Je me suis rapproché des services de l'AMVS pour revoir l'article de ce dimanche et tempérer certaines affirmations.

Les pêcheurs constatent que les travaux en cours consistent à décaisser une large plate-forme qui sera recouverte de béton ou de macadam selon les lieux.

Bref, les pêcheurs parlent d'une « autoroute du vélo » où la promenade découverte va laisser placeà leurs yeux aux passages de cyclos ou de cyclistes en mal de records de vitesse.

Outre cette crainte de voir passer des deux roues à vive allure pendant qu’ils taquineront le gardon  dans un silence religieux, les pêcheurs regrettent que la banquette dont ils disposaient pour s'installer va être intégrée sur la chaussée de la vélo-route.
Si cela se confirme, les conflits d’usage, déjà fréquents, risquent d’exploser.

De surcroît –disent-ils – nous payons notre droit de pêche alors que le cycliste ne paie rien.

Enfin, les responsables du Gardon Marpentois font valoir que les textes n’ont pas  changé et que la pratique du vélo sur le chemin de halage reste une  tolérance mais pas un droit.

Si l’on ajoute à cela la prolifération des cormorans qui narguent les pauvres pêcheurs et mangent les poissons qu’eux remettent à l’eau la plupart du temps, on peut comprendre la malaise. 

Renseignement pris auprès de l'AMVS, le projet Véloroute a été envoyé à la Fédération de pêche en date 16.10.2009 avec 1 CD et demande de diffuser l’information dans l’ensemble des clubs de pêche.
(La Fédération me confirme depuis n'avoir rien reçu de l'Agglomération)

Par ailleurs, la Fédération de pêche été associée au comité de pilotage en charge du projet.

 

D’autre précisions :

-           Aucune terre n'est rapportée sur le linéaire et sur les berges ( il est interdit de changer les côtes)

-          Largeur : 3 mètres : Exigence du cahier des charges des Véloroutes nationales et européennes (pour rappel nous nous trouvons sur un axe européen)

-          Le choix du béton est fait sur les parties les plus soumises aux crues et des mesures compensatoires sont appliquées (18 000 plants, réouverture des contre-fossés, creusement de mares…)

-          La partie photographiée (quai de Rousies), sur ce secteur la Véloroute est justement déviée sur l’ancienne friche pour que les pêcheurs puissent mener leur activité en toute tranquilité (un jalonnement sera mis en place pour informer de ce tracé)

-          Les aménagements pêcheurs dépendent de la fédération de pêche qui reste inactive sur ce sujet notamment sur l’ancienne peupleraie de Marpent

-          Les personnes handicapées auront un tronçon accessible (difficile pour une personne en fauteuil roulant de pratiquer sur du stabilisé)

 

Le problème évoqué lors de l'AG me semble d'abord lié à un problème de communication.
La Fédération n'a pas retransmis les informations aux sociétés locales qui se sentent exclues du
Je continue à penser que la création d’un Comité de Rivière rassemblant les élus, VNF et les associations d’usagers de  la rivière aurait été à même de lever ce type de malentendu.

Le 24 octobre 2007, j'amorçais déjà le débat sur ce même blog.
Les quelqes touches depuis dimanche me laissent opitimiste.

 

 

Lire la suite

Suppression de la TP...

19 Février 2010 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #Fiscalité

Lors du débat  d’Orientation Budgétaire du Conseil Communautaire d’hier, il a été rappelé qu’avec la suppression de la TP, les recettes  de l’agglomération ne reposeraient plus seulement sur les entreprises mais aussi sur les taxes ménages.

Or, avec la chute démographique qui continue, nous sommes dans un contexte de baisse du nombre des ménages.

 La politique  de l’habitat prend donc une dimension particulière.

L’enjeu, si l’on ne veut pas mettre une trop forte pression fiscale, est bien de ramener des ménages, donc de mener une politique foncière offensive et de qualité (ne pas mobiliser les terrains au gré des opportunités).

Dans le même temps Didier Paul a opportunément souligné que les entreprises, qui ne paieront plus de TP, devront modérer leur demande de subvention à l’agglomération.
On ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre.

Lire la suite

CPIE du bocage, Tétart contre dragon...

18 Février 2010 , Rédigé par Jean-Marie Allain

La démission de Jean-Jacques Tétart, Président du CPIE bocage de l’Avesnois, est une très mauvaise nouvelle.
Jean-Jacques, qui a eu la gentillesse de me prévenir par lettre le lendemain, est un militant bénévole exemplaire, complètement désintéressé et qui ne demandait, pour sa retraite, qu’à faire profiter une association de sa passion et de ses compétences.

 

Alors qu’il s’est investi fortement dans le projet associatif du CPIE, ne comptant pas ses heures, ni ses kilomètres, celui qui est aussi le premier adjoint du maire d’Assevent, n’a pas supporté les agressions verbales répétées d’un membre du Conseil d’Administration, ancien Président du CPIE.

Vous avez dit un dragon dans mon jardin…?

 

Je m’étonne que le directeur de la structure n’ait pas pris les choses en mains pour faire cesser ce climat malsain.

Certes, il y a un lien de parenté mais cela ne justifie pas de piétiner les règles de la convenance.

 

Les dénigrements du Val de Sambre (sans aucun doute coupable de son
« urbanité » et de surcroît, marqué à « gauche ») ont été validés par les administrateurs du CPIE puisqu’ils n’ont pas protesté.

Tout cela est choquant lorsqu’on connaît l’aide financière apportée par l’agglomération au CPIE et grave du point de vue de l’éthique associative.

 

Le maire de Gussignies, affiché à  droite, reconnaît le travail fourni par J.J Tétart et lui a immédiatement apporté son soutien.

Je souhaite à mon tour lui témoigner mon amitié et mon indéfectible soutien.

 

Gageons que le prochain Président sera en mesure de remettre les choses à leur place  et de faire respecter les statuts d’une association qui a perdu, dans cet épisode malheureux, une part de sa crédibilité.

Lire la suite

Front commun pour défendre la retraite à 60 ans

17 Février 2010 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #SOCIETE

On ne cesse de nous répéter que l’âge de départ à la retraite doit suivre l’évolution de l’espérance de vie mais on ne nous dit jamais que si l’espérance de vie augmente, « l’espérance de vie en bonne santé n’est que de 64, 2 ans pour les femmes et de 63,1 ans pour les hommes ».

 Il n’y a donc pas lieu de modifier l’âge légal, si ce n’est pour les métiers les plus pénibles et pour lesquels cet âge légal doit être l’âge effectif de départ, voire en - dessous.

 

Certes, il n’y a pas lieu de contester le besoin de financement des retraites mais cela peut passer par une ponction sur les dividendes des actionnaires, par une politique volontariste d’embauche des jeunes et par  un assouplissement de la politique d’immigration.

Lire la suite

Des schémas éoliens qui divergent

17 Février 2010 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #ECOLOGIE - DVLPT DURABLE

Le Schéma régional éolien va être soumis par l’Etat et la Région à la concertation des collectivités locales.

Comme vice-président de l’AMVS en charge du Plan Climat, j’ai participé à plusieurs réunions de l’instance de concertation.

 

La loi Grenelle a fixé un objectif de 23 % de consommation d’énergie d’origine renouvelable pour 2020.

Au regard de la puissance aujourd’hui installée dans la Région (505 MGW accordées dont 270 MGW déjà produits), cellec-ci devra se doter de 1000 MGW supplémentaires d’ici 2020.

 

Le potentiel est nettement plus important dans le Pas-de-Calais, qui compte déjà d’ailleurs la grande majorité des éoliennes.

 

Ce document intéressant m’interpelle toutefois sur un point essentiel.

La méthodologie utilisée restant très soucieuse de respecter les « entités paysagères », le document ne retient comme site potentiel en Avesnois que la partie Nord Maubeuge, là où existe le projet de Wind Vision.

 

Or, le schéma éolien élaboré par le PNR ainsi que les études fines menées par les opérateurs (qui n’ont aucune raison de s’attarder sur des sites non rentables) cible d’autres secteurs comme celui de Bachant (projet d’Energie Nouvelle, filiale d’EDF) ou de Maubeuge Sud (projet d’Ecoterra).

 

La discordance entre les documents actuellement disponibles pose donc un réel problème puisque le schéma présenté par les services de l’Etat, même s'il n'est pas opposable, devra être pris en compte dans le SCOT.

 

Que se passera t-il si un projet de Zone de Développement Eolien (ZDE) est proposé par le territoire sur un site qui n’est pas suggéré par le Schéma Régional ?

 

Les élus devront donc débattre des recommandations faites par le Schéma Régional et faire des propositions recevables par l’Etat et la Région
Lire la suite