Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Jean-Marie Allain
Articles récents

L'envers et l'endroit

13 Septembre 2011 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #LE PLURALISME POLITIQUE

Très bonne idée d’avoir choisi l’espace Nelson Mandela à Fourmies pour présenter notre liste.

C’est en effet une  grande satisfaction que de se retrouver dans cette salle attenante à l’écomusée de Fourmies, ce haut-lieu de la mémoire collective, de cette condition ouvrière dont la philosophe Simone Weil disait qu’elle était doublement inhumaine : par manque d’argent d’abord, par les conditions de travail indignes ensuite.

Le monde a certes changé depuis mais la double peine est toujours là…

Alain Berteaux accueille le public, Frank Berton , avocat au Barreau de Lille, explique avec  simplicité et une émouvante sincérité  pourquoi il s’engage pour la première fois en faveur d’un homme politique, un  homme estimé de tous, y compris de ses adversaires.

Je rappelle de mon côté que j’aime le côté rebelle de cette liste, rebelle par rapport à un système générateur d’inégalités sociales inacceptables et rebelle à l’endroit des appareils politiques.

Que si nous avons besoin de doctrine comme support à notre engagement, cette doctrine ne doit pas être incorporée et formatée par ces appareils, sauf à prendre le risque que cette doctrine écrase toute le reste et produise du dogmatisme, du sectarisme, du totalitarisme, du doctrinaire… ou encore que, paradoxalement, elle  se dilue, au travers de l’expérience du pouvoir, dans le népotisme, le favoritisme, le clientélisme, l’affairisme, bref qu’elle ne soit qu’une façade.

L’engagement politique  doit se prémunir de cette double dérive par une farouche volonté de ne pas être assujetti , ni inféodé aux organisations et aux appareils.

Il faut faire preuve d’audace et parfois de courage pour  se donner indépendance et  liberté.

Cela n’interdit pas d’être «  unioniste », c’est-à-dire de travailler avec les partenaires qui se retrouvent dans le combat de l’émancipation en faveur de la dignité de l’homme et du  respect de l’environnement, ni même d’être ouvert au dialogue avec les autres.

J’ai pour ma part cessé de juger les gens sur ce qu’ils disent, ce qu’ils écrivent ou sur ce qu’ils prétendent combattre.

Il y a, pour reprendre un titre de Camus, « l’envers et l’endroit » dans  la vie politique.

Se limiter à regarder l’endroit ne m’intéresse guère.

Il faut aussi jeter un œil sur l’envers, apprécier les gens pour ce qu’ils sont dans la vie, au quotidien.

Cela revient à ne pas séparer pas la vie publique de la vie privée.

L’homme est indissociable et ce serait un subterfuge que de clamer le contraire.

Lire la suite

Le tabou de certaines niches fiscales

4 Septembre 2011 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #fiscalité

A l’heure où ceux qui ont les moyens doivent être mis à contribution,

Il convient d’extirper de la filière environnementale (éolienne et photovoltaïque notamment) les logiques de niche fiscale.

Et puisqu'on parle de niche fiscale, rappelons que l'une des plus scandaleuses est la Zone Franche Urbaine (chouchoutée par la gauche et par la droite) et qui permet à des chefs d'entreprise peu scrupuleux de gagner beaucoup d'argent sans même créer d'emplois.

Lire la suite

Remettre le partage du travail au centre du débat

3 Septembre 2011 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #EMPLOI ET DVLPT ECONOMIQUE

Pierre Larrouturou a eu la gentillesse de m’envoyer son dernier bouquin, «  Pour éviter le krach ultime » publié chez Nova Editions.

Il y développe dans une forme pédagogique ses analyses dont on, sait qu’elles sont souvent prémonitoires. Il fut en effet l’un des rares à prévoir la crise financière.

Il expose les différences qui séparent la dette publique de la dette privée.

La dette publique

La baisse des impôts des plus riches aggrave la dette publique.

Cette baisse des impôts sur les plus riches s’avère d’autant plus stérile sur le plan de l’emploi que même en faisant huit repas par jour et en achetant une voiture neuve tous les six mois, les super-riches ne peuvent dépenser tout ce qu’ils gagnent.

Les gouvernements dépensent malheureusement de l’argent qu’ils n’ont pas mais qu’ils empruntent, prenant le risque d’aggraver  leur dette publique déjà faramineuse.

En l’absence d’une croissance susceptible de ramener des recettes suffisantes (la croissance amène des recettes fiscales mais elle aggrave aussi le déficit si elle est dopée par des investissements publics), il reste le levier de la réduction drastique des dépenses publiques ou l’accroissement des recettes fiscales (voir ci-dessous)

La dette privée

Le chômage et la baisse du pouvoir d’achat  aggravent la dette privée (passée de 75 à 145 % du PIB en 10 ans) alors que l’inverse permettrait de relancer la consommation car  la propension à consommer des pauvres est importante.

C’est sur cet endettement des ménages que repose la croissance de la zone euro.

Le chômage, de même que le recul constant du pouvoir d’achat au profit des dividendes, c’est moins d’achats pour le consommateur (donc moins de croissance), mais c’est aussi moins de rentrées de cotisation pour la Sécurité Sociale.

Ce qui fait dire à Larrouturou  que le chômage n’est pas seulement l’une des conséquences de la crise mais qu’il en est surtout l’une des causes premières.

D’où son attachement à l’idée d’un partage du travail, qui n’a rien à voir avec les 35 heures façon Aubry, très coûteuses et pas toujours créatrices d’emplois (puisque pas obligatoires malgré les exonérations accordées).

Sans partage du travail, et compte-tenu de l’impossibilité de reculer sans cesse l’âge de départ à la retraite, c’est le niveau des pensions qui va baisser.

Le sauvetage des retraites passe par la baisse du chômage.

Mais pour baisser du chômage, deux alternatives :

-          Le retour à la croissance que certains (droite, PS et PC) pensent encore rehausser à 3 ou 4 % (il est vrai qu’ils ont tous passé par le même moule des mêmes grandes écoles)), dont la part est devenue marginale dans la baisse du chômage (le gain de productivité peut se traduire par des pertes d’emplois, plus importantes que les délocalisations) et qui se heurterait de toute façon à la raréfaction des ressources énergétiques. En misant sur un retour d’une croissance à 2,5 % en 2013, « le PS n’est pas sérieux » assène l’économiste des Verts.

 

-          La prospérité sans croissance, ce qui passe par :

1°) la fin d’un système financier parasitaire en interdisant aux banques d’être à la fois banque de dépôt et banque d’affaires (dont les gains sont captées par quelques - uns et les pertes sont partagées par tous lorsqu’elles font les deux métiers, ce qui empêche de les laisser faire faillite car on pénaliserait les petits épargnants).

2°) une fiscalité progressive sur les revenus

3°)  La création d’un impôt européen sur les bénéfices (actuellement de 25 % en moyenne en Europe, il a baissé d’un tiers en 20 ans, contre 40 % aux Etats-Unis)

afin d’alléger le déficit public (ce qui n’est pas aujourd’hui levé par cet impôt est versé par les Etats, soit 20 milliers par an pour la France) et de limiter la concurrence entre Etats de l’Union Européenne

4°) Le partage équitable du travail (pas une ligne dans le projet du PS pour 2012) : aujourd’hui, le partage se fait entre ceux qui travaillent et ceux qui ne trouvent pas d’emplois. Or, une baisse du chiffre d’affaires de 20 % peut se traduire par les licenciements de 20 % des effectifs (option française) …. ou par une réduction de 20 % du travail pour tous.

C’est ce que l’Allemagne a fait en 2009, ce qui lui a permis, avec une récession double de la nôtre, de voir son chômage augmenter 5 fois moins  et sa consommation intérieure  mieux résister.

« Il faut passer à 32 heures, sans étape intermédiaire » disait déjà Antoine Riboud, le patron de BSN Danone en 1993, reprenant la thèse d’Albert Einstein qui écrivait en 1934 «  ce même progrès technique qui pourrait libérer les hommes d’une grande partie du travail nécessaire à leur vie est le responsable de la catastrophe actuelle » .

Selon l’Association Nationale des docteurs  en sciences économiques, la semaine de quatre jours créerait 1 600 000 emplois sans augmenter les coûts de production ! et sans baisse de revenus en-dessous de 1500 euros.

5°) Que l’Europe oblige la Chine à respecter les 22 conventions sociales qu’elle a signées avant d’adhérer à l’OMC mais quelle ne respecte pas.

6°) Négociation d’un Traité social européen pour tirer vers le haut en matière sociale

(projet bloqué par Giscard qui présidait les travaux de la Convention sur l’avenir de l’Europe)

7°) Donner à l’Etat le pouvoir de bloquer certaines décisions lorsqu’il détient une part de capital, même minoritaire, dans l’entreprise («  les golden share » ou «  actions en or »).

 

Lire la suite

Sénatoriales : le choix d'Ivan Renar

13 Août 2011 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #LE PLURALISME POLITIQUE

Ce n’était pas prévu il y a un mois mais me voilà candidat sur une liste pour les sénatoriales (à une place non éligible cela va de soi).

Le sénateur sortant Ivan RENAR emmènera en effet une liste de gauche ouverte aux démocrates, aux écologistes et, le plus important pour moi, qui sera indépendante des partis.

Initialement, une de mes adjointes devait figurer sur cette liste.

Cela n'a pas pu se faire pour des raisons professionnelles.

J’ai donc fait le choix de la remplacer et de partir sur cette liste de rassemblement qui compte également  deux de mes amis, le maire de Fourmies, Alain Berteaux et celui de Bachant, Jean Gandibleux.

Lire la suite

Le déshonneur de la république

30 Juillet 2011 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #SOCIETE

Fin juin, René Dosière, député apparenté  PS de l’Aisne, fait voter deux amendements à l’Assemblée.

1°) Obligation pour les collectivités d’une délibération pour accorder des avantages en nature aux élus (voiture de fonction, téléphone etc…)

Et 2°) interdiction de reverser à un autre élu le montant du dépassement du cumul des indemnités  (actuellement un élu peut reverser tout ce qui  dépasse 8272 € à un autre élu, même si c’est son épouse comme on l’a vu avec M et Mme Balkany, dans les Hauts de Seine)

Mais plusieurs parlementaires cumulards de droite ont vécu comme un cauchemar ces deux amendements,  probablement votés à la faveur de la fatigue d’une séance de nuit qu’ils avaient, tout cumulards  qu’ils sont, bien désertée.

Et bien, figurez-vous que Jean-Claude Gaudin, président du groupe UMP au Sénat, avec l’accord du gouvernement, a fait voter un amendement qui  annule ces deux dispositions.

Lire la suite

La dialectique des guignols

28 Juillet 2011 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #AGGLO INTERCOMMUNALITE

Lors de la séance plénière du Conseil général du Nord le 20 juin 2011, le groupe communiste (dans lequel on trouve Bernard Baudoux et Jean Jarosz) vote une motion sur le Schéma Départemental de Coopération Intercommunale.

Cette motion demande le respect de la libre administration des collectivités et « qu’aucune intercommunalité ne soit contrainte à modifier son périmètre ».

Autrement dit, même lorsque le périmètre présente une anomalie grossière comme celui de la CCSA qui ne respecte même pas le principe de la continuité territoriale.

Les communistes, parallèlement, votent à l’agglo le projet de Schéma qui prévoit pourtant le rattachement de la CCSA à l’AMVS.

Ils vont certainement nous justifier tout cela avec l’art de la dialectique qui permettait autrefois de clamer le socialisme démocratique d’un côté et de justifier l’entrée des chars dans les pays de l’Est de l’autre.

Je n’y vois pour ma part qu’une contradiction politicienne lamentable qui transforme nos petits camarades en guignols de l’info.

Lire la suite

Un stade pour le Hainaut

27 Juillet 2011 , Rédigé par Jean-Marie Allain

Je n’étais allé qu’une seule fois voir un match de foot professionnel.

C’était au stade Nungesser, il y a une quarantaine d’années.

Hier soir, j’ai donc fait un effort. Et je suis parti assister à l’inauguration du Stade du Hainaut, nom judicistade-du-Hainaut.jpgeusement choisi qui permettra  aux habitants du Sud de ce département de se reconnaître dans cet équipement qui est le leur, financé par Valenciennes Métropole et la Région.

Une marée humaine portant écharpes rouges et blanches (couleur du club)  se dirige vers le nouveau stade.

Moi qui a ait eu la bonne idée de mettre une écharpe bleue, je plaisante : «  pourvu que les allemands ne débarquent pas en maillot bleu ».

Faudra d’ailleurs que je pense à en acheter une rouge et blanche puisque ce sont les deux couleurs du blason de Marpent… et de notre équipe de foot.

Des allocutions bien cadrées, pas trop longues et intéressantes, parfois même un peu émouvantes comme celle de JL Borloo.

Puis, Valérie Létard coupe le ruban et me tend le traditionnel morceau souvenir (j’ai trouvé çà sympa de la part d'une ancienne Ministre qui n’oublie pas les excellentes relations professionnelles que nous avons eues en mairie de Valenciennes et qu’elle est ensuite marraine de notre Maison de la Petite Enfance).

Plusieurs élus de l’avesnois, majoritairement de l’avesnois rural, ont fait le déplacement pour cet évènement.

Le match Valenciennes Dortmund se déroule dans une bonne ambiance devant très de 23 000 spectateurs.

Les orateurs avaient parlé à la Tribune de lieu fusionnel où la fierté d’un territoire s’exprime.

C’est vrai qu’il y a fusion et que j’en arrive presque à regretter de ne pas avoir pris un drapeau rouge et blanc.

Après le match, la Compagnie des Grandes Personnes défile au son des tambours avec ses géants articulés.
C’est à ce moment que j’aperçois qu’un des géants est porté par un marpentois, Jean-Michel Pilaëte, le porteur de notre meunier, co-fabriqué avec l’aide de cette même Compagnie.

Sacré Jean-Michel, quand il ne travaille pas à l’usine de nuit, il fait l’artiste devant 23000 spectateurs !

Ensuite, durant une heure c’est le spectacle sublime et inoubliable d’aéro-sculptures où des femmes drapées de blancs et marchand sur des échasses vont se gonfler en lucioles géantes (et clignotantes) tandis que d’autres femmes en blanc et avec des ailes de papillons arrivent suspendues à des ballons dirigeables, le tout autour d’une petite scène où un accordéoniste égrène une série de morceaux tout aussi insolites.

Un spectacle pyro-technique va embraser le stade pour clôturer cette soirée mémorable.

Lire la suite

Quand la posture anti-Grenelle devient une imposture

27 Juillet 2011 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #ECOLOGIE - DVLPT DURABLE

M Thierry Levent, président de l'association Houdain Environnement diffuse actuellement un texte qui se veut accablant pour l’écologie. Ce texte appelle plusieurs remarques.

Il reproche aux Plans Climat de coûter des millions d’euros qui seraient bien utiles pour satisfaire des besoins dans le Tiers-Monde.

Beaucoup d’actions inscrites dans les plans climat ne coûtent rien (encourager le vélo ou le train plutôt que la voiture coûte globalement moins cher à la collectivité) ou si elle coûtent en investissement (économies d’énergie dans l’habitat), c’est pour économiser en fonctionnement ensuite. Il est donc  malhabile, voire malhonnête de scinder l’investissement et le fonctionnement.

La transition démographique est en voie d’achèvement : on vit plus longtemps, la fécondité repart, les victimes des évènements météorologiques extrêmes diminuent…

On vit certes plus longtemps mais pas plus longtemps en bonne santé hélas.

D’autre part, Les cancers sont la première cause de mortalité prématurée avant l’âge de 65 ans, essentiellement due aux conditions de vie sans oublier (merci Ivan Illich) les mortalités  par suite d’erreurs de diagnostic ou de traitement anti-cancer qui ne sont hélas pas comptabilisées séparément.

Pour l’OMS, 25 % des maladies sont liées à des expositions environnementales.

La fécondité s’est redressée mais on ne demande pas à ce qu’elle reparte de plus belle (une démographie forte est synonyme d’une forte demande en énergie !)

Les victimes des catastrophes naturelles sont certes moins nombreuses mais les victimes des catastrophes dites naturelles, en réalité créées par l’homme (comme en Vendée) sont toujours trop nombreuses.

Les pesticides ne seraient pas responsables d’un problème de santé publique.

Mais le texte ne parle pas des effets sur l’eau, sur la terre et sur la bio-diversité dont la raréfaction est mise en doute, faute de données empiriques !

C’est faire fi  des milliers de diagnostics et tableaux de bord qui sont gérés par une multitude d’organismes spécialisés.

Rien que dans le Nord, la disparition d’une quinzaine d’espèces de papillons ces vingt dernières années est constatée par des données empiriques.

Le texte promeut les OGM, estimant que rien ne permet aujourd’hui de dire qu’ils sont nocifs pour la santé publique.

Certes, mais rien ne permet de dire le contraire et l’on sait d’autre part que leur dissémination dans l’atmosphère menace la spécificité des filières de production alimentaire.

On nous parle d’efficacité de l’agriculture et des progrès accomplis  quant à l’utilisation de pesticides.

Certes, près de la moitié seulement ! des fruits et légumes en contiennent des traces
Concernant l’eau, les avancées sont incontestables pour les eaux de surface mais démenties  pour l’eau souterraine.

Si l’eau de la Sambre a retrouvé une qualité acceptable mais les eaux de la nappe phréatique atteignent un seuil critique pour les nitrates et le dépasse par endroits.

La diatribe se tourne ensuite sur le réchauffement climatique, bien entendu « Allègrement »  mis en doute et considéré, s’il se confirmait, comme une mutation somme toute parmi d’autres, oubliant que l’interrogation légitime vient du fait qu’habituellement un changement d’ère climatique se produit sur des milliers d’années, par sur un siècle.

Le texte se termine par une réhabilitation de l’optimisme (qui n’est pas ringard) et la confiance (aveugle ou pas) au progrès.

Moi, je continue à lui préférer la formule de Gramsci : «  le pessimisme de la raison, l’optimisme de la volonté ».

Il est pour le moins paradoxal qu’une association dont la vocation est la protection de l’environnement fasse à ce point l’éloge du productivisme effréné.

On se demande si ces pourfendeurs de l’écologie ne s’en servent pas comme un drapeau quand cela peut arranger leur propre environnement.

On tombe alors dans l’instrumentalisation la plus totale.

D’aucuns désigneraient cette posture comme une imposture.

Lire la suite

La Fête de mon moulin 2011

19 Juillet 2011 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #Histoire locale

benjamin.JPGcheveaux-de-trait.JPGles-meuniers.JPGle-bal-des-sabots.JPGla-foule.JPGle-meunier.JPGflambeaux.JPG

Ronde des meuniers, retraite aux flambeaux et bal des sabots !

Lire la suite

Le dogmatisme a encore frappé

13 Juillet 2011 , Rédigé par Jean-Marie Allain Publié dans #LE PLURALISME POLITIQUE

La défaite de Nicolas Hulot à la primaire d’EELV n’est pas une surprise.

Elle n’en génère pas moins un sentiment de tristesse devant le gâchis que cela représente pour l’écologie politique.

Malgré un  engagement de longue date en faveur du sauvetage de la planète, contrairement à sa concurrente à l’écologie à la faveur de la constitution de liste écolo aux dernières européennes, Nicolas Hulot n’aura pas réussi à convaincre une majorité de militants décidément arcboutés sur des postures idéologiques, certes légitimes, mais oh combien dérisoires face à ce qui était en jeu.

Quand on connait le socle de l’idéologie productiviste qui a façonné depuis plus d'un siècle la gauche française, cette posture radicale d’une partie des écolos me laisse dubitatif.

Certes, il y a bien eu quelques ajustements de discours  à propos de  «  la sortie du nucléaire » mais ces ajustements, opérés dans la foulée de l’émotion devant le drame japonais,  avaient un relent d’opportunisme.

De ce point de vue, la position pro-nucléaire de François Hollande, même si on ne la partage pas, suscite plus de respect par sa constance.

L’attitude d’un responsable politique ne doit être dictée ni par l’émotion, ni par l’opinion.

Revenons à Nicolas Hulot.

Les écolos  viennent de repousser  son offre de service comme une partie de la gauche l’avait fait avec François Bayrou, doutant de sa sincérité et de sa bonne foi. C’est dommage.

Il est regrettable que certains aient cru bon de vouloir humilier le candidat à la candidature en lui jetant des épluchures au visage.

Il est encore plus regrettable, comme le disait Hulot ce matin sur RTL, qu’aucune déclaration de soutien, ni de solidarité de la part des responsables d’EELV, ne lui fut adressée à la suite de cet épisode aussi nul  que celui de la banderole déployée pour faire honte aux gens du Nord.

Qu’Hulot ait été battu , c’est la démocratie.

Que ces imbéciles n’aient été ni sanctionnés, ni même réprimandés , c’est  le signe de la médiocrité politique.

Lire la suite