Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Jean-Marie Allain
Articles récents

Confrérie ou confrairie ?

3 Avril 2017 , Rédigé par Jean-Marie Allain

« Une nouvelle terrine pour la confrairie » de la terrine de foie de porc.

C’est en lisant l’article de ce lundi dans la Voix du Nord que je sursaute .Réflexe probablement lié à mon jeunesse durant laquelle j’ai écrit et publié mon premier ouvrage sur la confrérie des charitables de Saint-Eloi.

Pourquoi « confrairie » et pas « confrérie » ?

Le terme de « confrairie » au était en usage au XVIIe siècle mais ne l’est plus depuis belle lurette.

La langue a aussi sa logique. Une confrérie rassemble des membres qui se comportent comme des frères pour former une véritable communauté.

Préférer « confrairie » à « confrérie », c’est compliquer inutilement les choses et surtout propager une orthographe inexacte.

Le journaliste n’y est pour rien, il a repris l’intitulé exact de l’association des amis de la terrine de foie de porc.

Mais à une époque où on se lamente de la baisse du niveau en français, il  est inopportun d’écrire comme des cochons.

Lire la suite

Todd, Mélenchon et Dupont-Aignan

2 Avril 2017 , Rédigé par Jean-Marie Allain

Emmanuel Todd se livre sans détours et avec la franchise qu’on lui connait dans le JDD.

Un par un les candidats sont écartés par ses jugements féroces mais justes.

Au final, il en reste deux qui ont sa sympathie : Mélenchon et Dupont-Aignan.

Mais, il ne peut voter Mélenchon qui veut sortir de l’Otan alors que pour échapper à la toute-puissance de l’Allemagne, ce n’est pas le moment pour lui de dénigrer les américains dont le président n’aurait pas que des défauts.

Quant à Dupont-Aignan, Todd dit que « sa constance patriotique force l’admiration et il a une netteté comme personne qui manque à Mélenchon ».

Alors où est le problème ? « Il est de droite et je suis de gauche » confie Todd « mais j’adorerais que les électeurs de droite, touchés par la grâce patriotique et sociale, votent en masse pour Nicolas Dupont-Aignan ! ».

Or, il n’en manque pas des électeurs de gauche qui voteront Dupont-Aignan, non pas parce que la gauche et droite n’existent plus mais parce qu’il existe des moments où le choix des idées et des hommes doit prévaloir sur les affinités idéologiques.

J’ajoute, puisque Todd aime la clarté, que l’une des césures à mes yeux entre ces deux brillants candidats concerne la problématique des frontières et donc par conséquent la question de la gestion migratoire, trop imprégnée à mon sens d’angélisme révolutionnaire chez Mélenchon, héritier de l’internationalisme prolétarien dans sa volonté d’accueillir tous ceux qui le souhaitent, là où Nicolas Dupont-Aignan déroule des propositions réalistes fermes mais toujours humanistes et pas si éloignées qu’on le croit d’une pensée de gauche qui a toujours dénoncé dans la présence d’une surpopulation de main d’œuvre à bon marché (« l’homme par la femme, l’adulte par l’adolescent et l’enfant, un Yankee par trois chinois » dixit Marx « le Capital/ 7e section / livre XXV) une arme des industriels pour tirer les salaires à la baisse.

Lire la suite

CNI : les bugs qui donnent le blues...

22 Mars 2017 , Rédigé par Jean-Marie Allain

Depuis début mars, les petites communes se sont vues retirer la réception des demandes de carte d’identité nationale au profit des communes pourvues par l’Etat d’un dispositif de recueil d’empreintes numériques., Jeumont dans notre cas.

Outre que les habitants des petites communes ont encore perdu un service de proximité, le problème se complique lorsque la machine tombe en panne comme c’est le cas depuis une semaine.

Les usagers vont en mairie de Jeumont et reviennent en mairie de Marpent pour déposer leur demande mais impossible désormais pour nous de répondre.

Il y a des bugs qui donnent le blues…

Lire la suite

Hommage aux déportés civils de Moeuvres

19 Mars 2017 , Rédigé par Jean-Marie Allain

On a tendance à l’oublier mais les déportations civiles ont eu lieu durant la première guerre mondiale pour accomplir des tâches que les allemands ne voulaient pas faire.

Ces civils, belges et français, se retrouvaient ainsi sur des chantiers avec des prisonniers de guerre.

En novembre 1916, 2500 civils dont plusieurs centaines de sambriens sont envoyés en travail obligatoire à Moeuvres, près de Cambrai, pour y creuser les tranchées des soldats allemands faisant partie de la ligne de front Lens – Chemin des Dames.

80 marpentois en font partie, 120 jeumontois également, d’autres venant des communes avoisinantes.

Le travail pénible, les privations de nourriture, les brimades font de ce chantier un véritable enfer dans lequel 16 marpentois vont laisser leur vie.

A l’occasion de la commémoration des évènements 1914-1918, l’association Moeuvres Historique, présidée par Mme Karine Déprez et M.Gérard Sétan, maire commune de Moeuvres, ont organisé deux jours de célébration les 18 et 19 mars, comportant notamment l’inauguration d’une stèle en souvenir de ces déportés.

Le maire de Marpent, accompagné de son épouse ainsi que Claude Ménissez, maire de Colleret, ont participé à cette cérémonie au cours de laquelle les deux élus ont été a été invités à prendre la parole, après s’être recueillis devant la stèle.

Les sénateurs Jacques Legendre et Delphine bataille, de même que l’historien maubeugeois Jean-Claude Decamps, participaient à cette commémoration.

Lire la suite

Ethique religieuse et répartition des dividendes

26 Février 2017 , Rédigé par Jean-Marie Allain

 

Dans le numéro de Marianne du 24 février, Jacques Dion souligne dans sa rubrique, l’originalité de la France, pays où, contrairement à l’Allemagne et le Royaume Uni, les dividendes sont les plus massivement redistribués aux actionnaires, quitte à affaiblir les entreprises dont les capacités d’investissement et de redistribution salariale se trouvent ainsi amoindries.

Cette énigmatique singularité tricolore peut, à mon sens, s’expliquer par les particularités culturelles que Max Weber, à la fin du XIXe siècle, avait démontrées dans son célèbre ouvrage « Ethique protestante et esprit du capitalisme ».

Le sociologue allemand soulignait combien l’ éthique protestante est une éthique détachée du monde , ne recherchant pas le plaisir comme but premier, sa finalité étant d’accumuler l'argent, toujours plus d'argent en se gardant des jouissances strictement de la vie et que, finalement, pour les évangélistes, c’est moins la possession de richesses qui est condamnable que le fait de se reposer dessus et d’en jouir.

Cette sobriété protestante face à la cupidité des pays où l’éthique catholique est dominante permettrait-elle d’expliquer la différence dans la politique des dividendes des actionnaires ?

Lire la suite

" Made for sharing ", le coup d'épée dans l'eau

18 Février 2017 , Rédigé par Jean-Marie Allain

Dans le cadre de l’accueil de loisirs, et grâce à une initiative du Conseil départemental du Nord, les enfants ont pu s’initier à la pratique de l’escrime dans la salle des sports grâce au Centre d’Initiation à l’Escrime et à la Canne de Combat.

Les jeunes participants ont fortement apprécié ce moment qui leur a permis de découvrir les règles de base de cette noble discipline, bien implantée en France et où, rappelons-le, le français reste la langue officielle dans les compétitions internationales, ce qu’ont semblé oublier les communicants de la candidature de Paris aux JO 2024.

On ne peut en effet que rester dubitatif devant le «Made for sharing»» (littéralement "faits pour être partagés") :  ça donne le sentiment d’être moderne, et branché mais au détriment de la singularité territoriale et de l’identité : d’ailleurs, c’est tellement cosmopolite qu’on peut mettre ce slogan sur tous les évènements du monde, un peu comme ces hôtels silos normalisés et interchangeables, symptômes d’une prétendue modernité qui a perdu jusqu’au sens de la poésie et donc de la beauté.

Lire la suite

Marpent redécouvre la farine sur meules de pierre

16 Février 2017 , Rédigé par Jean-Marie Allain

Après moult déboires, notre moulin à farine est enfin arrivé.

Commandé en avril 2015 à M.Luc Cévat, des Compagnons de l’Audace, dans la Drôme, la fabrication fut arrêtée durant plusieurs mois après le dépôt de bilan de cette petite entreprise.

Grâce à la création de l’association « les Compagnons du Vivant », M Cévat a pu reprendre son activité et, entre une livraison à Madagascar et deux en Suisse, terminé la fabrication de notre moulin, financé pour partie avec l’aide de l’enveloppe parlementaire de la sénatrice Marie-Christine Blandin.

Après avoir déposé les différents composants au second étage du moulin (meules, moteur, tamis, bluterie, ensacheuse…), M. Cévat reconstitua en deux journées avec une minutie d’horloger le bel ensemble en frêne.

Le 8 février, après les derniers réglages, le moulin livra son premier « nectar blanc » à 11 h 37 précisément.

Les deux jours suivants furent dédiés à la formation des meuniers de l’association locale « le moulin d’antan ».

Terminons par deux témoignages.

Le Dc Jean-Charles Charrié, auteur de « se soigner toute l’année au naturel » constate que l’on incrimine au gluten de trop de maux alors que le plus souvent, c’est la qualité de la farine de blé qui est en cause.

« Dans ma pratique quotidienne, parmi mes patients au régime sans gluten, quatre sur cinq peuvent réintroduire des farines fabriquées traditionnellement à la meule de pierre, sans réapparition des troubles préexistants ».

Dans le même sens, pour le docteur naturopathe Lauren Salomon, la meule de pierre dégrade moins les constituants du blé que le broyage moderne sur cyclindre d’acier qui les échauffe. Cela concourt sans doute à une meilleure digestibilité : le son procure des fibres indispensables au bon fonctionnement de l’intestin tandis que le germe de blé est très riche en vitamines, sels minéraux, acides gras essentiels et protéines (« Bio info » de juin 2014).
 

Lire la suite

Hauts-de-France propres : oui mais...

16 Février 2017 , Rédigé par Jean-Marie Allain

L’opération « Nettoyons les Hauts de France » lancée par les Fédérations de chasse et de pêche et à laquelle s’est associée la Région n’est pas sans provoquer quelques états - d’âme, bien au-delà des rangs des militants de la cause environnementale.

Présentée comme telle, cette opération est aussi sympathique que celle que l’enseigne commerciale Leclerc orchestre chaque année au mois de septembre, en lien avec les établissements scolaires et à laquelle je participe.

Mais, lorsqu’on sait que, dans le même temps, le vice-président chasseur de la Région en charge de l’environnement fait lui-même le grand nettoyage des subventions aux associations jugées trop engagées, on peut se demander si la Région ne tente pas par ce coup médiatique de se refaire une virginité sur le dos des citoyens.

Je suis un passionné de pêche, je ne suis pas un anti-chasse (et j’ai côtoyé dans la société de chasse locale des chasseurs respectueux de l’environnement) et je lis toujours avec intérêt la revue instructive de la Fédération des chasseurs du Nord mais je sais aussi que les adhérents du Groupement Ornithologique Nord et ceux de la Ligue de Protection des Oiseaux font un travail d’intérêt public et établi sur des bases scientifiques, dussent-ils parfois se heurter à certains viandards qui n’ont que faire de l’avenir de la planète.

On attend sur ces sujets qu’une sérénité pérenne retrouve sa place car le temps d’un week-end à ramasser les cannettes et les mouchoirs en papier jetés par des meutes d’individus qui ne méritent pas d’être appelés citoyens, ne suffira pas à nous faire oublier l’inquiétante politique actuellement en cours au Conseil Régional à l’encontre des associations de défense de l’environnement.

Lire la suite

Quand le journal servait d'unité de mesure !

14 Février 2017 , Rédigé par Jean-Marie Allain

Bienvenue sur votre journal-blog préféré !

Mais au fait, qui se souvient que « le journal » fut une unité de mesure jusqu’en 1789 ?

C’est au cours d’une investigation en vue de rédiger un article pour le bulletin communal que je me suis heurté au problème des superficies des terres confisquées par les révolutionnaires, les fameux « biens nationaux ».

Ces biens étaient le plus souvent la propriété de nobles et de l’Eglise, considérée comme contre-révolutionnaire, mais pouvaient concerner, à partir de 1792, des biens appartenant à des émigrés ayant fui la France ou encore à des condamnés politiques.

Ces biens étaient principalement revendus à des particuliers qui possédaient une créance sur l'État et que celui-ci ne pouvait rembourser.

A Marpent, la liste des biens nationaux non revendus a été dressée en décembre 1795 (Frimaire de l'an 4).

Hormis l’église, tous les biens concernés sont des terres dont la superficie est exprimée en « quartes ».

Mon collège Bruno Legros a fait les recherches nécessires et me précise qu’à l’époque, il n’existait pas encore d’unité de mesure nationale.

Chaque région, voire chaque commune ou paroisse, avaient établi ses références.

Par exemple, « le pied » pouvait correspondre à différentes valeurs en fonction de la longueur de celui qui régnait sur le royaume, la région, le district, le canton ou la commune.

L'une des mesures de surface utilisée à la fin du 18ème siècle dans la partie nord du royaume de France (au nord d'une ligne allant de Rochefort à Gex) était le « journal », la « quarte » étant équivalente à un quart de « journal ».

Le « journal » correspondait à la surface travaillée par un paysan à l'aide de 2 chevaux ou 2 boeufs en une journée (« le journal », c’est ce qui se réalise en une journée !).

Preuve de la subjectivité de cette mesure, on ne sait pas s’il s’agissait du labourage de cette terre, de son ensemencement ou du fauchage…

Autre facteur influant, la période de l'année, déterminante pour la durée d'une journée. Sans parler du profil du terrain dont on voulait estimer la surface.

Pour information, un « journal » à Vesoul équivaut à 35,4 ares, à Luxeuil à 42,2 ares, à Bordeaux à 31,93 ares et à Paris à 32,86 ares.

Si l’on se réfère à la valeur parisienne, la « quartes » désignait donc une surface de 8,21 ares (821 m2).

A Marpent, les biens nationaux allaient ainsi de 2 quartes (16 ares) à 120 quartes (près de 10 hectares).

Lire la suite

L'entente Feignies-Aulnoye Football Club, victime du tri sélectif

11 Février 2017 , Rédigé par Jean-Marie Allain

La communauté d’Agglomération Maubeuge Val de Sambre a voté l’attribution des subventions 2017 aux associations.

L’article 1 des statuts de la CAMVS stipule que, au titre de ses compétences facultatives, l’agglomération participe aux actions de développement des clubs de sport collectif pour leur équipe de haut niveau, ce dernier étant défini par le fait pour l’équipe de « jouer en nationale ».

A ce titre, la CAMVS verse une subvention de 100 000 € à l’association sportive basket d’Aulnoye, 90 000 € au club Sambre-Avesnois de handball et 12 000 € au ping-pong de Jeumont !

Or, l’Entente Feignies-Aulnoye Football Club joue en Nationale 2 et se voit systématiquement oublié de la part du Conseil Communautaire.

Ce non respect des statuts nous paraît d’autant plus curieux que le Club est le résultat d’une fusion entre le Club d’Aulnoye et celui de Feignies, fusion réalisée à la demande de la Communauté d’Agglomération dans une lettre du 25 octobre 2012.

Cette fusion a abouti à la création d’un club regroupant près de 800 licenciés et employant 27 salariés, sans aucune subvention de l'agglomération.

Ce tri sélectif entre les sports, outre qu’elle pose un problème en termes de discrimination, est contraire aux statuts votés par le conseil communautaire et les conseils municipaux.

Lire la suite