Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Jean-Marie Allain

Quand on partait de bon matin, quand on partait sur les chemins...

24 Mai 2018 , Rédigé par Jean-Marie Allain

L’Association des Chemins ruraux du Nord Pas de Calais-Picardie, à notre demande, vient de réaliser  une étude sur la commune.

Cette association est financée par la Région et la Fédération de chasse. Il est vrai que les chemins représentent un potentiel de préservation pour le petit gibier, en termes d’habitat et de biodiversité.

Mais on pourrait imaginer que d’autres acteurs  (Fédérations de randonneurs, Départements puisqu’ils ont la compétence tourisme...) participent à ce type de projet.

Toujours est-il que la commune a saisi cette opportunité et qu’elle ne le regrette pas.

Ces chemins sont qualifiés de « chemins ruraux » ou encore de «  sentes », ou «  ruelles » lorsqu’ils traversent des parties urbanisées.

Ils appartiennent aux communes et sont affectés à l’usage du public. Ils font  partie intégrante du patrimoine communal.

La chargée d’étude a travaillé à partir de données cadastrales et réalisé des relevés sur le terrain.

Le comité de pilotage a réuni deux élus et quelques randonneurs.

Il assure le suivi de l’étude et sa mise en oeuvre. Il est également chargé de veiller à reconstituer la continuité des chemins qui ont parfois été coupés, sauf lorsque la coupure est justifiée pour des raisons de sécurité (traversée de voie ferrée par exemple).

Certes, tout «  chemin rural » n’est pas forcément piétonnier, sa fonction de desserte agricole étant souvent présente mais il appartient à la commune de s’interroger justement, à partir d’un tel diagnostic, sur les restrictions de circulation à mettre en place, physiquement et réglementairement, en concertation avec le monde agricole et les randonneurs.

 

Afin de produire un support utile pour les piétons, nous avons refaçonné la cartographie à partir d’un graphisme plaisant et rajouté des chemins piétonniers non qualifiés de « chemin rural » au cadastre (chemins de la trame verte et bleue, chemin de halage).

La commune dispose ainsi, pour l’élaboration du Plan Local d’Urbanisme Intercommunal, d’un sérieux support qu’elle fera prendre en compte dans les annexes cartographiques.

Elle dispose également par ce biais d’une forme de protection juridique à l’encontre des velléités d’extension d’exploitants agricoles ou de riverains gourmands en décor champêtre.

 

Le Plan de gestion proposé mentionne l’entretien, la plantation de haies, ou encore l’installation de panneaux pédagogiques. Plusieurs de ces chemins seront matérialisés par une plaque, une façon pour en faciliter l’accès et donc aussi les protéger.

 

La commune devra également réfléchir aux moyens à mettre en

oeuvre pour rétablir la continuité des chemins qui ont été coupés  et dont l’intérêt pédagogique, environnemental et touristique appelle une politique forte de notre part.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :