Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Jean-Marie Allain

Marseille, après le pastis, le cannabis...

11 Janvier 2017 , Rédigé par Jean-Marie Allain

Les citoyens ne sont pas traités en France sur un pied d’égalité .

Le fumeur subit beaucoup plus de contraintes (économiques et réglementaires) que le consommateur d’alcool qui peut, en toute liberté, se détériorer la santé pourvu que cela n’ait pas d’incidence sur autrui (même si cela en a indirectement sur les dépenses de santé !), tout simplement parce que le second fait vivre une filière économique bénéficiant de puissants lobbies et pas le second.

L’alcool tue pourtant 40 000 personnes par an. Pas autant que le tabac certes mais quand même…

Certes, celui qui achète une bouteille d’alcool ne devient pas forcément un alcoolique mais, ce qui est vrai du consommateur d’alcool, l’est aussi du fumeur, au même titre d’ailleurs que celui qui s’offrirait un paquet de cigarettes au cannabis ne deviendrait pas forcément un toxico dépendant.
Si la question de la légalisation du cannabis se pose avec autant d’acuité à Marseille, c’est parce que la prohibition du cannabis a démontré qu’elle générait trafics, mafias et meurtres, empêchant les services de police et l’appareil judiciaire de s’investir sur des missions socialement plus urgentes, notamment la sécurité des citoyens.

C’est parce que l’alcool et le tabac sont en vente libres qu’on en contrôle le prix, les taxes, la qualité de fabrication et qu’on peut mettre en place des campagnes d’information et de sensibilisation.

Je me sens solidaire de l’appel lancé par 150 marseillais, conscients du désastre que cause le trafic dans leur ville et qui demandent la légalisation contrôlée de la production, de la vente et de la consommation, accompagnée d’une vraie politique de prévention.

C’est la seule solution pour tuer les réseaux mafieux et en finir avec la spirale meurtrière des règlements de compte. La prohibition se solde de toute façon par un échec total.

Il est temps d’agir et Marseille n’est que la partie émergée de l’iceberg.
Notre territoire sambrien souffre aussi des dommages causés par cette prohibition.

C’est la raison pour laquelle l’appel de Marseille doit être relayé (y compris par les élus) dans toutes les régions de France afin que, dans la période électorale qui s’ouvre, le débat sur la légalisation du cannabis soit enfin ouvert.

Partager cet article

Repost 0