Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Jean-Marie Allain

Les évêques affichent leur foi dans le libéralisme sauvage

31 Janvier 2017 , Rédigé par Jean-Marie Allain

Le rapport du Conseil permanent de la conférence des évêques de France aborde la question de l’Europe qui aurait permis « un enrichissement mutuel par la libre circulation des personnes, des biens et des idées ».

Une telle « croyance » relève davantage du postulat que de la démonstration.

Si tel était d’ailleurs le cas, pourquoi vouloir, à la ligne suivante, «reprendre le projet européen, lui donner son souffle politique et démocratique » ?

1/La libre circulation des idées est une bonne chose mais des échanges tout aussi riches peuvent se faire avec des ressortissants de pays non membres de l’espace européen.

Et lorsque la Commission européenne fait le blocus sur les rapports scientifiques qui alertent les gouvernements à propos des effets des perturbateurs endocriniens, on voit que la libre circulation des idées se heurte à la libre circulation commerciale.

2/La libre circulation des personnes ne crée pas mécaniquement d’enrichissement mutuel. Tout dépend de l’ampleur de cette circulation (la quantité des flux nuit à la qualité des échanges qu’ils rendent possibles) et des conditions dans lesquelles cette libre circulation s’opère, notamment le milieu vers lequel elle se réalise. C’est au nom de la libre circulation des personnes que des entreprises étrangères « détachent » des travailleurs pour concurrencer de manière déloyale les travailleurs français.

En d’autres termes, l’ouverture des esprits n’est pas synonyme de l’ouverture des frontières. On peut même se demander si ce n’est pas l’inverse lorsqu’on voit la montée des replis identitaires, nationaux et régionaux, au fur et à mesure que les flux s’intensifient.

3/Quant à l’enrichissement mutuel engendré par la libre circulation des biens, autre volet de l’Acte Unique de 1986 (Mitterrand /Jospin), il ne s’agit ni plus, ni moins, que d’une adhésion, de la part de la Conférence des évêques de France, à l’idéologie de la concurrence déloyale et faussée qui, depuis, fait des ravages en France.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que ces évêques semblent, comme nos hommes politiques, tellement loin du réel qu’ils restent sourds aux cris de ceux qui sont broyés par cette concurrence impitoyable et déloyale…On est loin de la féroce dénonciation du capitalisme et du libéralisme économique faite par le pape François dans son document « «exhortation apostolique».

Partager cet article

Repost 0