Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Jean-Marie Allain

Bienvenue à L'Oiseau-lyre

16 Décembre 2016 , Rédigé par Jean-Marie Allain

Notre conseil municipal vient de voter la gratuité d’accès à la médiathèque « L’Oiseau-lyre » pour les habitants de la commune qui pourront ainsi bénéficier des prêts de livres (bibliothèque et bouquinerie) et de l’accès au cyber-centre, incluant les prêts de liseuses, du scanner diapos et conseils personnalisés pour le numérique.

Dans de nombreux pays dits développés, la gratuité des médiathèques va de soi, que ce soit dans le monde anglo-saxon ou dans le nord de l’Europe, conformément au principe affiché par le Manifeste de l’Unesco.

Le service public a un prix certes, mais il existe deux possibilités de payer ce prix : soit en faisant payer le service à l’utilisateur, soit en mutualisant la charge du service entre tous les contribuables. C’est cette seconde option qui est souvent utilisée pour payer l’entrée des parcs et jardins ou celle des aires de jeux pour les enfants..

Pourquoi n’en serait-il pas de même avec le service d’une médiathèque ?

Faire payer une médiathèque par le biais de ses impôts est une démarche aussi citoyenne que de faire payer le service à chaque utilisateur et peut-être même une démarche encore plus républicaine.

Le paiement génère en effet des inconvénients comme ces stratégies de contournement qui consistent à inscrire les enfants et utiliser leurs cartes pour prendre des livres adultes. Toute une stratégie de bricolage tarifaire, dont peuvent profiter certains et qui ne clarifie pas les relations avec la culture.

La gratuité du prêt évite surtout la concurrence impitoyable avec le numérique : n’oublions pas, en effet,qu’avec le développement d’internet, l’information est produite, diffusée, reproduite à l’infini, et ce, gratuitement.

Demander une somme symbolique pour emprunter des livres n’a plus beaucoup de sens lorsqu’on peut télécharger en quelques secondes des centaines d’ouvrages. Les anciens modèles économiques sont bousculés.

La gratuité exigera une comptabilité rigoureuse des adhérents par année civile, l’enjeu étant de montrer que le coût du personnel affecté à cette mission est justifié.

Partager cet article

Repost 0